Le genre Cyanoramphus - Les kakarikis

 

2. Répartition taxonomique et classification.

 

A l'origine, les kakarikis étaient repris sous le genre Psittacus à l'exception du kakariki vert que Edward Lear a repris en 1831 lors de sa découverte et description sous le genre Platycercus. En 1854, Bonaparte a repris les 5 espèces de kakarikis découvertes et décrites à ce moment-là sous le nouveau genre Cyanoramphus qu'il a créé.

Il s'agissait de :

Cyanoramphus novaezelandiae
Cyanoramphus ulietanus
Cyanoramphus zealandicus
Cyanoramphus auriceps
Cyanoramphus unicolor

Dans les dernières 150 années, la classification du genre Cyanoramphus a été revu plusieurs fois, sans en revoir le succès. Ainsi, par exemple, la perruche à front orange a été rajouté en 1859 au genre Cyanoramphus et par la suite a nouveau enlevé avec comme motif qu'il s'agirait uniquement d'une variété de couleur du kakariki à front jaune et pas d'une espèce à part entière et indépendante.

En 1999, Higgens proposa à nouveau de reconnaître le front orange comme une sous-espèce du kakariki à front jaune, mais il n'a pas eu suffisamment de soutien pour y arriver. Je pourrais vous citer de cette manière encore plusieurs exemples de modifications qui ont été faites et dont plusieurs années plus tard l'on pensait a nouveau le contraire. Récemment, des examens génétiques, morphologiques et taxonomiques a conduit au fait que l'on disposait de suffisamment de matières comme preuve pour agrandir le genre Cyanoramphus, de 6 espèces et 4 sous espèces.

Cyanoramphus novaezelandiae (Sparrman, 1787) - Kakariki à front rouge

Sous espèces:

Cyanoramphus n. chathamensis Oliver, 1930 - Kakariki à front rouge de Chatham.

 

Cyanoramphus n. cyanurus Salvadori, 1891 - Kakariki à front rouge de Kermadec.

 

Cyanoramphus n. subflavescens Salvadori, 1891 - Kakariki à front rouge de Lord Howe.

 

Cyanoramphus n. novaezelandiae (Sparrman, 1787) - Kakariki à front rouge.

 

Cyanoramphus ulietanus (Gmelin, 1788) - kakariki brun

Cyanoramphus zealandicus (Latham, 1790) - Kakariki à

front noir

Cyanoramphus auriceps (Kuhl, 1820) - Kakariki à front jaune, kakariki à tête jaune

Cyanoramphus unicolor (Lear, 1831) - Kakariki vert ou Perruche verte des Antipodes

Cyanoramphus erythrotis (Wagler, 1832) - Kakariki à front rouge Macquarie

 

Cyanoramphus  hochstetteri (Reischek, 1889) - Perruche Reischek ou Kakariki des Antipodes

Cyanoramphus malherbi Souancé, 1857 - Kakariki à front orange ou Kakariki Malherbe

 

Cyanoramphus cookii (G.R.Gray. 1859) - Kakariki des îles Norfolk

Cyanoramphus saisseti Verreaux & Des Murs, 1860 - Kakariki à front rouge de Nouvelle Calédonie

Cyanoramphus forbesi Rothschild, 1893 - Kakariki à front jaune des îles Chatham ou perruche de Forbes

 

Comme vous voyez, la dénomination scientifique de chaque espèce commence par le nom du genre auquel l'oiseau appartient, donc Cyanoramphus, suivit par le nom spécifique qui donne l'espèce de fait et ensemble ils forment le double terme de la classification. Cyanoramphus novaezelandiae a plusieurs sous-espèces, qui se ressemblent forts mais qui ne sont pas identiques, ce qui fait que la classification en deux termes doit être agrandie en trois termes pour pouvoir faire une différence entre les sous-espèces.

Dans le cas du kakariki à front rouge par exemple, la dénomination scientifique complète en trois termes est Cyanoramphus novaezelandiae novaezelandiae et le fait que l'on répète novaezelandiae veut dire que dans ce cas l'on parie de la forme nominale ou de la race de départ. La sous-espèce dénommée Cyanoramphus n. chathamensis est reconnue comme telle pour la légère anomalie de couleur.

Précédemment, les espèces de Cyanoramphus étaient classifiées dans d'autres genres. Ce n'est que plus tard qu'ils ont été places dans le genre Cyanoramphus. Les oiseaux qui ont été découverts après la reconnaissance du nouveau genre, ont directement eu le nouveau nom du nouveau genre Cyanoramphus suivit par le nom de l'espèce suivit par le nom de la personne qui a donné son nom scientifique et qui l'a décrit, complète par l'année dans laquelle la description scientifique a eu lieu.  Pour pouvoir indiquer la
nomenclature modifiée pour les espèces qui précédemment étaient répertoriées sous un autre genre, il a été décidé que systématiquement le nom de l'auteur qui a décrit l'espèce originalement serait mentionné entre parenthèses. Il a aussi
été convenu mondialement que le nom du genre serait écrit en italique et qu'il commencerait par une majuscule, ensuite également en italique, mais uniquement en minuscules le nom de l'espèce éventuellement suivit par le nom de la sous-espèce.

 

Texte: H.W.J. van der Linden