Le genre Cyanoramphus – Les kakarikis

 

14. L'alimentation des kakarikis dans la pratique

 

Une des caractéristiques des êtres vivants est qu'ils se nourrissent.  Ainsi, ils absorbent les matières dont ils ont besoin pour rester en vie, se reproduire et grandir. Chaque organisme est fortement spécialisé dans ses besoins concernant  ses prévisions alimentaires. Certains micro-organismes vivent totalement sans nourriture organique. Suivant le degré de complexité des formes de vie, il semble qu'ils deviennent de plus en plus dépendants de leur alimentation afin de fournir les matériaux de construction organiques nécessaires pour l’édification de tissus vivants.

 

Une plante produit à partir de dioxyde de carbone pur, de l'eau et certains sels inorganiques bien déterminés tirés hors du sol, ses propres matériaux de construction. Les oiseaux, et de loin, la plupart des animaux ne sont pas capables de cela.  Il leur manque tout simplement les enzymes qui sont nécessaires pour fabriquer les protéines, graisses et hydrates de carbone nécessaires à partir des matériaux inorganiques, et sont directement ou indirectement dépendants du règne végétal pour leurs matériaux de construction et d´entretien

 

Quasiment tous les animaux ont encore besoin de matières nutritives supplémentaires pour le fonctionnement correct des  différents processus physiologiques et psychologiques dans leur organisme. L'on appelle ces matières les vitamines. Ce sont des composés organiques qui sont également fabriqués par le règne végétal. Les vitamines sont en petites quantités, un moyen efficace pour les différents procédés vitaux et par conséquent passent inaperçues comme productrices d´énergie et n’interviennent pas comme distributeur d'énergie ou comme matériaux de construction. Un manque ou une insuffisance de vitamines entraine des symptômes de maladies liées au manque d´une vitamine déterminée. 

De plus, l'on a ainsi pu démontrer de manière expérimentale, qu'un grand nombre d'éléments organiques accomplissent une fonction dans le corps animal.  Ils sont résumés sous le nom collectif de minéraux.  Les minéraux sont des matières indispensables pour le squelette, pour la croissance et le renouvellement des cellules de plus certains sont indispensables  à la formation de l’hémoglobine et l’oxygénation des globules rouges ou interviennent dans la synthèse de l’ADN , la composition d’enzymes et le métabolisme de l’ATP. Un manque  chronique de minéraux conduit à des maladies de carences caractéristiques de ces minéraux, un ralentissement général du développement, et une diminution de la résistance.

 

Lorsque nous considérons qu'environ 60 % du corps d'un oiseau est constitué d'eau, que la quantité en poids des muscles et de certains organes est de 70 à 80 % d'eau et que la perte de 10 % d'eau provoque des dérangements importants et qu'une perte d'environ 20 % est une mort assurée, alors il est clair que l'eau est un élément essentiel pour un métabolisme cellulaire normal et un constituant principal de la nourriture   .

Résumons les matières premières dont doit être composée la nourriture: protéines, graisses, hydrates de carbone, vitamines, minéraux et eau.  Dans une simple tartine, tous ces composants sont présents en quantités restreintes.

 

La diététique fait une différence entre aliments et aliments essentiels. Une matière nutritive est une substance chimique bien définie d'une denrée alimentaire, qui peut être utilisée pour le maintien d’activités vitales et la construction de l'organisme, indépendamment du fait que cet élément puisse être fabriqué en  quantité suffisante dans le métabolisme. Une matière nutritive essentielle ne peut pas être fabriquée dans le corps ou en quantités insuffisantes. Les matières nutritives essentielles doivent donc être données aux oiseaux sous forme de nourriture. Qu´un élément nutritif soit essentiel n´est pas difficile à comprendre. Ce qui est beaucoup plus compliqué c'est de pouvoir déterminer le besoin en nourriture, cela veut dire combien l'organisme a besoin de chaque matière nutritive essentielle. Non seulement le besoin de nourriture est différent pour chaque individu, mais aussi la manière dont les oiseaux sont logés joue ici un rôle important. Un oiseau dans une grande volière a une consommation en énergie qui est plus importante et donc un autre besoin en nourriture qu'un oiseau qui est logé dans une cage d'élevage. De même, la période de reproduction, de mue, de repos, ainsi que le climat ont une influence lors de la détermination du besoin de nourriture. Certaines matières peuvent être stockées par l'organisme, d'autres matières s'influencent de manière chimique de telle manière qu'ici aussi leur besoin est variable. Lorsque l'on réalise ce qui a été dit précédemment, alors il est compréhensible que lors de la composition d'une alimentation justifiée, l'on doit tenir compte d'un besoin « moyen ».

 

Mélanges de graines.

Pour commencer, nous devons présenter à nos oiseaux un mélange de graines de bonne qualité.  Pour être certain d'avoir une composition constante du mélange de graines, je mélange moi-même les graines.  L'expérience nous a appris que la plupart des fournisseurs de graines réduisent certaines graines du mélange ou même ne les rajoutent pas lorsque les prix sur le marché mondial en donne l’occasion.  Ceci ne serait pas aussi important si une autre sorte de graine remplaçante était ajoutée avec une composition similaire.  En règle générale, l'on ne fait pas vraiment attention à cela.

 

Pendant la période de repos, dans mon mélange de graines, je mélange les graines suivantes avec le pourcentage mentionné.

24% de millet La Plata

  5% de millet du Sénégal

  5% de millet japonais

  5% de dari rouge

  5% de dari blanc sauvage

15% d’alpiste

  8% de sarrasin

  5% de paddy (riz non pelé)

  8% d'avoine (pelé)

  3% de froment (brisé)

  2% de graines de tournesol

  5% de graines de carthame

  5% de graines de lin

  3% de chènevis

  2% de graines de Niger.

 

De ce mélange, les 10 premières graines, donc 90% sont très riches en hydrates de carbone, les autres graines, c’est-à-dire tournesol, carthame, lin, chènevis et graines de Niger sont particulièrement riches en graisses. Dans ce mélange de graines, à l'exception de l'acide aminée lysine, tous les autres acides aminés essentiels sont présents en quantité suffisante. Les amateurs qui détiennent leurs oiseaux uniquement en cages, je leur conseille de diminuer  le pourcentage des graines riches en graisses et d'augmenter du même pourcentage leur mélange avec du millet La Plata car sinon, le risque existe que les oiseaux deviennent à la longue trop gras.

 

Mélange de graines pendant la période de reproduction et de mue:

12% de millet La Plata

  3% de millet du Sénégal

  3% de millet japonais

  2% de dari rouge

  2% de dari blanc sauvage

30% d’alpiste

12% de sarrasin

  5% de paddy (riz non pelé)

10% d'avoine (pelé)

  2% de froment (brisé)

  2% de graines de tournesol

  5% de graines de carthame

  7% de graines de lin

  3% de chènevis

  2% de graines de Niger.

 

Mélange de graines pour la préparation à la période de reproduction:

15% de millet La Plata

  5% de millet du Sénégal

  5% de millet japonais

  4% de dari rouge

  4% de dari blanc sauvage

20% d’alpiste

10% de sarrasin

  5% de paddy (riz non pelé)

10% d'avoine (pelé)

  3% de froment (brisé)

  2% de graines de tournesol

  5% de graines de carthame

  5% de graines de lin

  5% de chènevis

  2% de graines de Niger.

 

Mélange de graines pour les jeunes en phase de croissance:

15% de millet La Plata

  5% de millet du Sénégal

12% de millet japonais

  2% de dari rouge

  2% de dari blanc sauvage

40% d’alpiste

  2% de sarrasin

  2% de paddy (riz non pelé)

  6% d'avoine (pelé)

  1% de froment (brisé)

  2% de graines de tournesol

  2% de graines de carthame

  5% de graines de lin

  1% de chènevis

  3% de graines de Niger

 

Vous aurez certainement remarqué que dans les mélanges repris ci-dessus, ce sont toujours les mêmes sortes de graines qui sont reprises.  Ceci est fait pour éviter la désaccoutumance de certaines sortes de graines. Lorsque, pendant un certain temps, on ne leur donne pas une sorte de graines bien précise, l'on court  le risque  que les oiseaux ne veulent plus les manger lorsque par la suite on la rajoute pendant la période suivante.

Comme je l'ai déjà dit plus haut, le besoin nutritif de nos oiseaux est dépendant de beaucoup de facteurs. Il est donc clair - je l'espère - que les mélanges de graines que j'ai mentionnés ci-dessus ne peuvent pas être repris sans réflexion, certainement pas concernant le ratio des proportions des différentes graines du mélange.  Il faut prendre ces pourcentages que j'ai mentionnés comme une ligne de conduite. Vous devez donc les adapter aux besoins nutritifs de vos oiseaux.  Employez pour cela les tableaux 1 et 2 à la fin de cet article

Pour terminer cette partie des différentes sortes de graines, je vais vous les présenter sommairement.

 

L’alpiste

L’alpiste est aussi appelé graine pour canaris. En plus des différentes sortes de millet, elles appartiennent aux graines les plus employées dans les mélanges pour volières. L’alpiste est une graine pointue aux deux extrémités avec un noyau brun qui appartient à la famille des herbacés. Il est principalement cultivé aux USA, en Argentine, au Canada, en Europe méridionale et au Maroc. Le meilleur alpiste provient du Maroc. L’alpiste contient un pourcentage élevé de protéines, il est riche en leucine, arginine et tryptophane mais par contre il est pauvre en lysine et est complètement dépourvu de cystine.

Le prix d’alpiste est très fluctuant. Si l'on possède un bon endroit de stockage, il est intéressant de prendre un bon stock lorsque les prix sont favorables.

 

Millet du Sénégal

C'est sous ce nom qu'actuellement est vendu la graine manne (mohair jaune d'Argentine) et qui provient d'Argentine. Le véritable millet du Sénégal n'est plus disponible depuis des années. Cette petite sorte de millet rond granuleux est bien mangée par les kakarikis. Ces graines contiennent un pourcentage relativement élevé de protéines et sont riches en acides aminés leucine et phénylalanine, mais pauvres en lysine, arginine et thréonine.  Les autres acides aminés sont relativement bien représentés.

 

Millet La Plata

Cette sorte de millet est au niveau grain, un peu plus grossier que la graine manne, mais il est un peu plus petit que le millet blanc que tout le monde connaît bien.  Bien que les amateurs d'oiseaux fassent une nette distinction entre les différentes variétés de millets et les millets en grappe, sur le plan scientifique elles appartiennent toutes à la famille des plantes à grains ou graminées (Gramineaue)

Le patron en acides aminés de toutes sortes de millets correspond à celle des millets en grappe.

 

Millet japonais

Il n'est pas clair comment on en est arrivé à ce nom. Le millet japonais ne provient pas du Japon mais bien d'Australie. Le grain de cette sorte de millet est un peu anguleux. La couleur de cette graine est grisâtre brun clair et semble quelque peu souillée. Il est bien mangé par les oiseaux. Le millet japonais est riche en acides aminés leucine, cystine, phénylalanine et valine et pauvre en lysine, arginine, méthionine, tryptophane et histidine.

Le millet japonais fait partie des variétés de millets les plus chers.

 

Dari

Le dari, aussi nommé sorgho, mil ou blé de Guinée est une sorte de graine qui est comptée parmi les sortes de millet en grappe.  Le dari a la grandeur d'une graine de chènevis. Cette graine est originaire des régions chaudes d'Australie, Asie, Afrique et Amérique du sud.

L'on différencie 3 sortes: dari blanc, jaune et rouge, brun.

Ce qui est remarquable, c'est que l'on reconnaît plus de valeur à celui de couleur clair qu'au rouge, brun.  Au niveau valeur nutritive, il n'y a aucune différence.  De plus le dari rouge, brun est bien mangé par les kakarikis.

Le dari, avec son taux d’amidon peut rivaliser avec l'avoine.  La graine a un patron d'acides aminés favorables.

La protéine dans le dari a un taux de leucine particulièrement élevé.

 

Sarrasin

Le sarrasin n'est pas une graine mais un fruit. Il est de couleur grisâtre brun et plus ou moins de forme triangulaire. D'origine il s'agit d'une plante asiatique. Actuellement beaucoup de sarrasin provient du Brésil, du Canada et de Chine mais aussi aux Pays-Bas il est travaillé à petite échelle. Le sarrasin est une bonne source de protéine et possède un pourcentage de graisse qui est bas. Les hydrates de carbone sont constitués d’amidons et un peu de sucre. Il est riche en acides aminés arginine et lysine. Les kakarikis en mangent bien.

 

Avoine

L'avoine est cultivée quasiment partout aux Pays-Bas. Il s'agit d'une sorte de graine généralement connue. On arrive à obtenir l'avoine pelée en enlevant l'avoine de sa coque.  Cette graine est employée quasiment dans tous les mélanges de graines pour psittacidés.  Elle possède donc une très bonne réputation comme aliment nutritif pour oiseaux et a un excellent niveau d’amidon, protéines et graisses.  L'avoine est pauvre en lysine mais contient beaucoup d'arginine, de vitamine B, de vitamine E, potassium et phosphore.

 

Froment

Le froment est aussi une sorte de graines connues par tout le monde.  Il est aussi cultivé un peu partout aux Pays-Bas.  Le froment a un taux en amidon de presque 70 %.  Le germe de froment contient beaucoup d'acides aminés essentiels et est riche en vitamine E. Le froment est pauvre en lysines

 

Paddy

Le paddy n'est rien d'autre que du riz non pelé.  Pour plus de la moitié de la population mondiale il s'agit de la source de nourriture principale. Il est surtout travaillé en Asie et en Amérique.  En Italie et dans le sud de la France, il est actuellement aussi cultivé mais à une échelle plus modeste.  Le paddy est pauvre en graisse, il contient beaucoup d'arginine tandis que son taux de lysine dans les protéines est raisonnable.

 

Chènevis

Le chanvre est une plante à fibres, annuelle, qui provient de l'Asie centrale. Les fibres écorce fibreuse son utilisées pour la fabrication de ficelles, cordages pour bateaux et tissus grossiers. Ses graines, appelées chènevis, servent entre autre comme nourriture pour les oiseaux.

Comme il est possible d'avoir du haschich de la sève de la fleur de chanvre, il est interdit de semer du chanvre dans plusieurs pays d’Europe.  Les graines ont une couleur brunâtre. Le chènevis que nous employons est importé de Russie, Chine, Chili et Liban. Le chanvre est cultivé aussi  en France.  Le chènevis est particulièrement riche en graisses et protéines. Le taux de leucine et de valine dans les protéines est élevé, par contre les acides aminés cystine et tyrosine sont totalement absentes.

 

Graines de tournesol

Le tournesol appartient à la famille des composacées et provient à l'origine d'Amérique du Nord. Les plantes de 2 à 3 m de haut sont terminées par de grandes fleurs jaunes et fort appréciées comme plantes de décoration.  En plus de cela, les tournesols sont aussi cultivés pour leurs graines contenant de l'huile.  Il y a différentes sortes de graines de tournesol, le blanc, noir, gris strié et noir strié.

Les graines blanches proviennent du Kenya et d'Egypte, les noires d'Amérique et les striées entre autre d'Argentine, Canada, Hongrie et Chine. Concernant la valeur nutritive, il n'y a aucune différence entre les différentes couleurs de graines de tournesol. Les graines du tournesol appartiennent aux graines riches en graisses. La protéine est riche en acides aminés arginine.

 

Graines de carthame

Cette graine est parfois aussi appelée graine de cardy. Le carthame est considéré dans la famille des chardons. La forme triangulaire des graines le montre aussi. Il est principalement cultivé aux USA. Les graines de carthame appartiennent aux graines riches en graisses.  Le patron d'acides aminés de la graine est très favorable, surtout pour le taux d'arginine élevé. La graine est par contre pauvre en lysine et méthionine + cystine tandis que l'acide aminé tryptophane est totalement manquante.

 

Graines de lin

Les graines de lin proviennent de la plante de lin et appartiennent à la famille des plantes oléagineuses. La graine a un patron d'acides aminés favorable, surtout le taux d'arginine est élevé.  Les graines de lin sont pauvres en lysine.

 

Graines de niger

Il s'agit d'une plante qui a l'aspect d'une mauvaise herbe avec une manière de floraison et de fabrication de graines de chardons.  Les graines sont de couleur gris noir. Les graines de niger sont cultivées principalement en Ethiopie mais aussi en Inde. Cette graine est particulièrement riche en graisses et protéines et a un patron en acides aminés très favorable.

En plus de cela, les graines de niger contiennent des quantités de calcium, phosphore et manganèse relativement élevé.

 

Nourriture complémentaire

Comme c'est bien connu, un mélange de graines seul est insuffisant.  Les kakarikis ne sont pas seulement des mangeurs de graines, mais il faut leur présenter aussi chaque jour des fruits.  Leurs fruits favoris sont la pomme, poire, banane, orange, kiwi, raisins, baies, cerises et fraises mais aussi les gratte culs, les baies de buisson ardent et les baies de sureau.

En plus de cette nourriture de base, je leur donne chaque jour une pâtée à l'œuf disponible dans le commerce à laquelle un mélange de méthionine et de lysine est ajouté. Pendant la période de couvaison, élevage et mue, je leur en donne en quantité non limitée, cela veut dire autant que les oiseaux veulent en manger.

 

Pendant la période d'élevage, la quantité est naturellement fort dépendante de la quantité de jeunes, mais correspond en pratique à environ 25 % de la ration journalière. Pendant la période de repos, je donne la même pâtée a l'œuf mais fortement rationnée. En plus de cela, je leur donne chaque jour un peu de verdure ou un peu de graines légèrement germées composé d'avoine, froment, millet, dari et des graines de soja. Je leur donne aussi de temps en temps du maïs et du riz cuit. Aux jeunes oiseaux qui viennent de quitter le nid, je leur donne toujours du vieux pain trempé dans du lait. En dehors de la saison de reproduction, je leur en donne aussi de temps en temps pour l’alternance. Mes oiseaux le mangent très facilement et cela me donne la possibilité, si nécessaire, d'y rajouter des médicaments.

La plupart des kakarikis aiment de temps en temps quelques vers de farine. Si ce n'est pas le cas, essayez que vos oiseaux s'y habituent.  Surtout en période de reproduction, lorsqu'il y a des jeunes, cela forme un excellent complément de protéines animales en plus de la pâtée à l'œuf.

 

Pâtée à l'œuf

La pâtée à l'œuf sert comme complément de matières de développement comme les acides aminés, les vitamines, les minéraux et les oligo-éléments qui sont manquants dans le mélange de graines.  Il est donc important que la pâtée à l'œuf que nous employons, contienne bien les compléments indispensables au mélange de graines.  Les pâtées à l'œuf disponibles dans les commerces spécialisés sont très souvent très différents concernant la composition et donc les niveaux de protéines sont donc aussi très divergents. Bien que le niveau de protéines ne soit pas un facteur à négliger, c'est surtout le patron d'aides aminés qui est de grande importance. Encore à l'heure actuelle, trop d'éleveurs se basent uniquement sur un niveau important en protéines comme facteur important pour une alimentation correcte.  Cette manière de voir n'est pas correcte. Un surplus de protéines alimentaires peut provoquer des dérèglements digestifs et donc provoquer des dérèglements intestinaux. La digestion est alors influencée négativement.  Un patron en acides aminés propice est nécessaire, sans plus. Les acides aminés sont d'ailleurs les pierres de construction pour les protéines. Le manque d’un certain acide aminé peut dérégler la formation des protéines corporelles. Les fabricants qui sont persuadés de la qualité de leur produit, ne donnent pas uniquement sur l'emballage une description du contenu mais aussi une analyse précise et claire.  En plus de cela ils rajoutent aussi la date de production ou la date jusqu'à laquelle ils garantissent le produit.  Un grand désavantage de pâtées à l'œuf en vrac est que l'analyse du produit est en général manquant et qu'il n'est pas possible de retrouver la date de production.

 

Graines germées

La plupart des détenteurs d'oiseaux attachent exceptionnellement beaucoup trop de valeur aux graines germées.  Jusqu'à un certain point, c'est correct. Les graines germées sont une nourriture végétale de bonne valeur, facilement digérable et riche en vitamines, mais rien de plus. Chaque appréciation plus élevée est une appréciation exagérée.  Si l'on regarde cela d'une manière neutre, c'est facile à remarquer.

Les graines courantes contiennent environ 12% d'humidité. Lorsque ces graines sont trempées quelques jours dans l'eau pour les faire germer, le taux d'humidité monte jusqu'a environ 90%.  L'eau, et certainement l'eau courante contient à peine des matières nutritives.  Pour cette raison, il est illogique de donner à des graines trempées dans de l'eau une plus grande valeur nutritive qu'une graine sèche. Au contraire, au plus haut est le pourcentage d'humidité, au plus bas est la valeur nutritive de l'aliment. De plus, pour le procédé de germination, une certaine énergie est employée qui peut provoquer jusqu'à une perte de 25% des matières nutritives.  Il n'est donc absolument pas question d'une augmentation de la qualité au niveau des matières nutritives.

Un avertissement est nécessaire contre la distribution de manière illimitée de la quantité des graines germés et le traitement des graines germés de mauvaise manière.  La germination de manière erronée peut parfois découler à des symptômes d'empoisonnement (empoisonnement par le nitrite). Ceci demande une explication un peu plus précise.

 

Pendant le processus normal de germination, c'est-à-dire lorsque le grain est semé sur le champ, la plante à l'état embryonnaire, en plus de l'eau, tire également du sol des matières nutritives. L'élément le plus nutritif pour la plante est le nitrate. L'engrais du  sol est transformé en nitrites par les bactéries des nitrites, ensuite, les nitrites sont transformés en nitrates par les bactéries des nitrates. Une basse teneur en nitrates dans le sol a pour conséquence une basse teneur en nitrates dans le produit en croissance et vice-versa.

Les plantes et donc aussi leurs graines ont toujours une teneur en nitrates déterminée. Les nitrates ne sont pas du tout du poison. Cela devient différent lorsque le nitrate se transforme en nitrite. La transformation de nitrate en nitrite est une étape de la transformation de l'azote par les plantes. Dans des conditions déterminées, le nitrate des plantes et des graines obtenu à partir du nitrite, est retransformé en nitrate. Le nitrite retourne dans le sol et est à nouveau transformé en nitrate par les bactéries du nitrate lequel est repris par la même plante comme nourriture.

I1 s'agit donc bien d'un cycle. Nous faisons germer des graines dans l'eau, alors les nitrites peuvent venir dans l'eau sans être transformés en nitrates par les bactéries des nitrates. Le processus cyclique se termine littéralement dans l'eau. La possibilité existe alors de se trouver devant un mélange toxique. Le fait de faire germer des graines dans des circonstances défavorables, comme par exemple la germination dans l'eau chaude, sur un sol chauffé et sans égouttage suffisant des graines, accroît la possibilité d'intoxication par les nitrites. Si vous tenez compte de tout cela et que vous ne distribuez que de petites quantités de graines germées, vous ne devez craindre aucun phénomène indésirable.

 

Verdure

Concernant la valeur de la verdure et la manière de la donner à nos oiseaux, le monde des éleveurs d'oiseaux pense de manières différentes. Personnellement, je trouve cela une bonne idée de donner un peu de verdure à nos oiseaux en plus d'un peu de graines germées, et ceci pas uniquement parce que nos oiseaux aiment bien en manger, mais surtout pour les vitamines, minéraux et oligo-éléments qu'ils contiennent.

En plus de la salade, l’endive, le persil, la carotte et différents fruits comme la pomme, la poire, la prune, et le raisin, toute une série de plantes sauvages sont à prendre en considération. Les aliments verts et les graines d'herbes sauvages que les kakarikis aiment manger sont: le mouron des oiseaux, le pissenlit, le mille-feuille, le grand plantain, le plantain fin, la renouée persicaire, le rumex à feuilles obtuses, l’oseille, la bourse-à-pasteur, le seneçon et différentes herbes. En plus de ces mauvaises herbes, du froment et de l'avoine mi-mûrs en épis et les épis de maïs frais sont des excellents végétaux. Les oiseaux aiment aussi les gratte culs et les baies de sureau.  Saviez-vous d'ailleurs que les épis de mais mi-mûrs, les gratte culs et les baies de sureau peuvent être conservés impeccablement dans le congélateur?

 

Branches à ronger

Les branches et rameaux frais notamment de saule et arbres fruitiers doivent être présents toute l'année. A part les bourgeons, que les oiseaux mangent totalement, ils adorent mâchouiller l'écorce fraîche et ils emploient par la suite le bois pour apaiser leur envie de ronger.  L'écorce contient en plus de la cellulose, une diversité riche en minéraux et oligo-éléments.

 

Grit, os de sèche et gravier pour l'estomac

Il est primordial que les oiseaux aient toujours à leur disposition du grit, de l'os de sèche et du gravier pour l'estomac. Les deux premiers veillent pour l'apport en calcium qui est employé entre autre pour la formation et le maintien du squelette et pour la formation de la coquille de l'œuf. Étant donné que le calcium ne peut être fixé dans l’organisme que par la vitamine D3 et que les graines ne contiennent pas de vitamines D3, celle-ci doit être présente dans la pâtée à l'œuf. Administrer soi-même des gouttes de vitamines D doit être déconseillé car le propriétaire des oiseaux ne peut pas définir la quantité de vitamines D que l'oiseau a besoin.  Un surdosage pendant une longue période peut provoquer une décalcification du squelette.  Dans les marques connues de pâtée à l'œuf, la quantité de vitamine D3 est dosée exactement.

L'os de sèche contient, en plus de beaucoup de calcium, de sels et une quantité faible de protéines, une grande diversité en minéraux et oligo-éléments essentiels:  près 1% de magnésium, 0,1% de manganèse, moins de 0,01% de silicium, fer, cuivre, nickel, chrome, vanadium, zinc et molybdène.

Le gravier pour l'estomac n’a pas de valeur nutritive, mais doit être plus considéré comme une substance adjuvante. Les petites pierres acérées peuvent être considérées comme les molaires des oiseaux. Elles broient les graines pelées dans le pro ventricule, agrandissent de cette manière la superficie des graines et donnent aux sucs gastriques la chance optimale de faire leur travail, ce qui améliore la digestion des aliments.

 

L'eau

Les kakarikis boivent assez bien. De l'eau fraîche doit donc toujours être à leur disposition. L'eau fournie doit être de qualité alimentaire ce qui veut dire provenant du robinet et chaque jour fraîche.

Du fait que de l'eau souillée peut être considérée comme un porteur potentiel de maladie, il faut donc porter une attention spéciale à l'hygiène de l'eau. Les abreuvoirs ouverts sont vite souillés, surtout par les fientes. 

Les biens connues, fontaines à eau, peuvent à leur tour facilement être salies.  Les échantillons d'eau provenant des fontaines d'eau semblent déjà contenir après 24 heures une incroyable quantité de micro-organismes pathogènes. Au bout de 48 heures, la quantité de micro organismes pathogènes dans l'eau a tellement augmenté qu'ils menacent de manière sérieuse la santé des oiseaux. Le risque de santé que les oiseaux courent en buvant de l'eau de 2 jours dans des abreuvoirs ouverts est facilement à évaluer par ce qui précède et est à considérer comme absolument inacceptable.

 

Tableau no 1

 

Valeur moyenne en %

Espèces de graines

pb

mgb

cb

hdc

cen

hum

 Ca

P

Alpiste

15,1

6,1

5,3

56,0

4,7

12,8

0,05

0,55

Millet du Sénégal

11,1

3,7

8,9

59,0

3,8

12,7

0,03

0,32

Millet Plata

11,1

3,7

8,9

59,8

3,8

12,7

0,03

0,32

Millet japonais

11,1

3,7

8,9

59,8

3,8

12,7

0,03

0,32

Dari

10,2

3,2

2,0

69,6

1,9

13,1

0,03

0,27

Sarrasin

11,5

2,4

10,8

57,8

2,4

15,1

0,04

0,30

Avoine (décortiquée)

13,9

8,0

1,5

64,2

1,8

10,6

0,09

0,41

Froment

11,5

1,7

2,1

68,8

1,7

14,2

0,05

0,33

Paddy

  7,1

2,1

10,0

64,1

5,1

11,6

0,06

0,21

Chènevis

19,5

32,1

16,9

18,0

4,8

8,7

0,81

0,76

Graine de tournesol

14,9

29,8

26,9

17,5

3,1

7,8

0,18

0,45

Graine de carthame

14,3

27,8

31,2

16,5

3,0

7,2

 

 

Graine de lin

21,5

34,2

7,3

22,3

5,3

9,4

0,23

0,66

Niger

20,7

42,2

13,5

13,1

3,9

6,6

0,43

0,65

 

Tableau no 2

 

Pourcentage d’acides aminés dans les protéines

% blanc d’œuf

3,8

7,0

5,0

2,0

1,6

3,6

3,5

3,0

6,5

3,5

1,0

4,0

5,0

2,0

Esp. de graines

iso

leu

lys

met

cys

m+c

fen

tyr

f+t

thr

try

val

arg

his

Alpiste

4,0

6,6

2,0

1,3

 

 

5,4

2,3

7,7

2,3

1,9

3,4

5,1

2,1

Millet du Sénégal

4,0

11,5

1,8

2,7

1,8

4,5

5,3

3,7

9,0

3,1

1,2

5,4

3,7

2,1

Millet Plata

4,0

11,5

1,8

2,7

1,8

4,5

5,3

3,7

9,0

3,1

1,2

5,4

3,7

2,1

Dari

4,2

13,2

2,3

1,7

1,8

3,5

4,9

4,2

9,1

3,4

1,1

5,2

4,1

2,1

Millet japonais

4,6

11,6

1,7

1,8

2,8

4,6

5,8

2,4

8,2

3,7

1,0

6,2

3,7

1,9

Sarrasin

4,0

6,3

5,4

1,9

2,4

4,3

4,6

3,0

7,6

3,9

1,7

5,4

9,4

2,4

Avoine

3,9

7,0

3,6

1,5

2,5

4,0

4,8

3,6

8,4

3,4

1,3

5,4

6,5

2,1

Froment

3,8

6,8

2,9

1,7

2,3

4,0

4,5

3,1

7,6

3,1

1,1

4,7

4,8

2,2

Paddy

3,8

7,0

4,7

2,0

2,0

4,0

4,5

3,8

8,3

4,0

1,0

6,0

7,9

2,5

Chènevis

4,4

7,7

2,7

2,2

 

 

5,8

 

 

3,8

1,5

6,3

5,0

3,9

Graine de tournesol

4,4

6,5

3,4

2,2

1,7

3,9

4,5

2,6

7,1

3,6

1,4

5,0

8,1

2,4

Graine de carthame

4,8

7,3

3,7

1,1

1,6

2,7

4,2

2,8

7,0

3,6

 

5,7

10.1

2,8

Graine de lin

4,3

6,0

3,7

2,0

1,9

3,9

4,6

2,7

7,3

3,8

1,8

5,2

9,1

2,1

Niger

4,3

6,2

3,7

2,1

2,2

4,3

4,3

2,5

6,8

3,5

1,5

5,4

8,5

2,2

 

Texte: H.W.J. van der Linden