Le genre Cyanoramphus - Les kakarikis

 

13. Kakariki à front noir

Cyanoramphus zealandicus  (Latham, 1790)

 

Territoire

Précédemment restreint à l'île de Tahiti, la plus grande île des îles de la Société en Polynésie française.  Actuellement disparu.

 

Description

Taille: 25 cm.

En se basant sur un exemplaire de musée dans le Musée d'Histoire Naturelle à Paris, le front est noir. Les lores sont rouge et il y a une fine ligne rouge derrière l’œil. La couleur générale du corps est verte. Sur le dessous du corps et la queue, la couleur est plus claire et un tant soit peu teinté bleuté. Le croupion est rouge. La couverture alaire primaire et les étendards des rémiges sont violet bleu. Le bec est bleuté, gris clair avec la pointe foncée. La couleur de l'iris n'est plus contrôlable mais était probablement orange ou orange rouge. Les pattes sont brun grisâtre et les ongles noirâtres.

 

Information générale

Le Kakariki à front noir était probablement un oiseau des forêts. Il a été découvert en 1769 lors du premier grand voyage de découvertes de James Cook et trois exemplaires ont été rassemblés et ramenés en 1771 à Londres.  Sidney Parkinson, un illustrateur renommé en son temps, qui faisait partie de l'équipage de Cook a peint l'oiseau, probablement pendant le temps passé à Tahiti ou bien, peut-être pendant le chemin de retour vers l'Angleterre, car il est décédé à l’arrivée.

Un des trois exemplaires, qui avaient été rassemblés, est finalement arrivé à Tring et les deux autres à Liverpool. Un quatrième exemplaire a été ramené par Amadis en 1842 et celui-ci s'est retrouvé dans un musée à Perpignan. En 1844, un cinquième exemplaire a été ramené par un certain Des Marollen. Cet exemplaire de musée est toujours visible au Musée National d'Histoire Naturelle à Paris.

L'année exacte de la disparition de cet oiseau n'est pas connue mais cela devait être vers les années 1844 car par la suite il n'y a plus de mentions de ses observations.

La raison de leur déclin n'est pas connue. L'on admet que la disparition de leur biotope, la chasse et les mammifères chasseurs comme les rats et apparentés ont dû être d'une influence décisive.

 

Texte: H.W.J. van der Linden