Le genre Cyanoramphus - Les kakarikis

 

12. Kakariki brun

Cyanoramphus ulietanus  (Gmelin, 1788)

 

Territoire

Dans le temps, il était restreint à Raiatea, la seconde plus grande île du groupe des îles de la Société. Maintenant il est éteint.

 

Description

Taille: 25 cm.

En se basant sur l’exemplaire du musé, au Musé d’Histoire Naturelle de Vienne, la tête est noirâtre, brune et, vers le cou, un tant soit peu plus clair de couleur. La couverture alaire et le dos sont bruns, le croupion et la couverture du dessus de la queue ont une couleur brun, rouge. La poitrine, le ventre, les flancs, les cuisses, la région anale et les plumes de la couverture du dessous de la queue sont olive jaune.  La couverture alaire primaire et les étendards des rémiges sont de couleur mauve, gris.  Les plumes primaires de la queue sont de couleur olive brun, les plumes secondaires de la queue de couleur mauve, gris.  Il n’est plus possible de définir la couleur de l’iris de l’œil, mais probablement orange ou rouge orangé. Le bec est grisâtre avec la pointe foncée.                                                                           Les pattes sont gris brun et les ongles noirâtres.

 

Information générale :

Il n’y a que très peu d’informations sur cette espèce qui était déjà disparue à la fin du 18ème siècle.  Leur biotope était probablement composé de régions boisées.

Il n’y a que deux exemplaires de musée connus du Kakariki brun, qui ont été ramenés en 1773 ou 1774 – certains prétendent suite aux notes des navires de ce moment-là en 1777 – par des naturalistes à bord du « Resolution » sous le commandement du réputé navigateur James Cook.  Un des deux exemplaires de musée se trouve au Musée d’Histoire Naturelle de Londres et le second au Musée d’Histoire Naturelle de Vienne.

Peu de temps après qu’ils ont été découverts, ils ont probablement aussi disparu. La raison de leur disparition n'est pas connue. L'on suppose que le déboisement et l’introduction des rats et apparentés sur l'île a joué un rôle dans le déclin de cette espèce.

 

Texte: H.W.J. van der Linden