Perruches ondulées panachées

 

 

Le facteur panaché n’est pas nouveau en soi, de nombreuses plantes et animaux ont cette caractéristique. La génétique nous apprend qu’ils se répartissent en deux groupes :

a. le facteur panaché dominant : oiseau avec une caractéristique  

    évolutive dominante, tache typique à la nuque. Trois formes

    différentes d’après leur forme d’apparition spécifique : panachée

    hollandaise, panachée australienne, pennes claires.

b. le facteur panaché récessif : oiseau avec une caractéristique

    évolutive récessive. Deux formes: panachée danoise, mottle.

 

 

Les facteurs panachés des différentes formes de mutations sont très variables. Pour un amateur normal il est assez difficile de les distinguer les unes des autres. D’abord les caractéristiques principales de chaque type. Pour éviter tout malentendu ces descriptions ne servent qu’à faire les distinctions et ne constituent pas des standards de ces oiseaux.

 

Le type panaché hollandais est en général légèrement marqué sur le haut du corps, tache à la nuque de la couleur du masque. La couleur du corps est entrecoupée de taches de la couleur du masque, elles sont arbitraires mais doivent être symétriques. Le panachage des ailes doit également être symétrique. Yeux noirs mais iris blanc, les perles sont présentes ou complètement absentes.

 

Le type à pennes claires a un dessin symétrique sur les ailes, sept rémiges dans chaque aile ainsi que les longues rectrices qui sont pures, de la couleur du masque. Cet oiseau doit être considéré comme une forme sélective de la panachée hollandaise.

 

Le type australien : la tache à la nuque, les grandes rémiges et les deux rectrices centrales doivent être de la même couleur que le masque. Les perles doivent être complètement présentes ou complètement absentes. Les taches se présentent ici, sous la forme d’une bande ventrale de la couleur du masque. Des pattes panachées sont admises.

 

Le type danois, également appelé panaché récessif a les yeux noirs, pas d’iris blanc sont le signe de reconnaissance principal de ces panachés danois. Les pattes sont roses, la cire du bec est couleur chair, seules des ondulations autour des yeux, et les autres sont remplacées par des taches irrégulières sur une couleur de fond semblable à celle du masque. Les perles sont ou ne sont pas présentes. Cette mutation peut survenir dans toutes les nuances de couleur.

 

Le type mottle  est une forme ou le facteur panaché apparaît après la première grande mue. Ces oiseaux quittent le nid sans patron panaché comme des perruches ondulées normales. Les rémiges sont complètement pigmentées, il y a également l’iris blanc.

 

Panachés dominants

Trois sortes citées plus hautes, en pratique deux sortes car les pennes claires sont en principe des hollandaises à la base. Le facteur panaché de la Hollandaise et de l’Australienne ne se trouve pas sur la même paire de chromosome autosomale. Le symbole de la Hollandaise et des pennes claires est Pi (pied = panachée), l’Australienne est Pb. Les deux héritent d’une façon indépendante de l’autre et de toutes autres couleurs.

 

Une hollandaise verte claire simple facteur et les pennes claires ont la formule b+_D+/b+_D+; Pi+/Pi,  en dessous celle de l’Australienne bleue claire à double facteur b_D+/b_D+; Pb/Pb.

 

Voici quelques accouplements possibles et qui donnent:

Panachée hollandaise simple facteur x panachée hollandaise simple

facteur, formule Pi+/Pi x Pi+/Pi :

25 % normales (Pi+/Pi+)

50 % panachée hollandaise simple facteur (Pi+/Pi)

25 % panachée hollandaise double facteur (Pi/Pi)

 

Panachée australienne double facteur x panachée australienne simple facteur,  formule Pb/Pb x Pb+/Pb :

50% panachée australienne simple facteur Pb+/Pb

50% panachée australienne double facteur Pb/Pb.

 

Il n’est jamais possible d’obtenir avec ces oiseaux des porteurs. Les facteurs panachés hollandais et australien peuvent être combinés avec toutes les couleurs. Les descendants des panachées dominantes peuvent être croisées entre-elles.

En dessous vous trouvez une vue complète des combinaisons possibles avec les dominantes.

1. panachée dominante df x panachée dominante df =

   100% panachée dominante df             

2. panachée dominante df x panachée dominante sf =

    50% panachée dominante sf

    50% panachée dominante df    

3. panachée dominante df  x  normale =

   100% panachée dominante sf

4. panachée dominante sf x panachée dominante sf = 

    25% normale       

    50% panachée dominante sf

    25% panachée dominante df

5. panachée dominante sf x normale = 

    50% normale

    50% panachée dominante sf

 

 

Panachée danoise

Symbole: s

 

Le facteur qui est responsable de la caractéristique se trouve sur une paire de chromosomes autosomales et hérite indépendamment de tout autres facteurs.

De l’accouplement entre panachée danoise et une normale nous obtenons 100 % de normale/panachée danoise.

Si l’on accouple ces derniers donc normale/panachée danoise avec normale/panachée danoise, formule s+/s x s+/s  on obtient:

25 % normale (s+/s+);

50 % normale/panachée danoise (s+/s);

25% panachée danoise (s/s).

 

Cet accouplement est comparable avec celui d’une verte/bleue avec une verte/bleue.  La danoise peut être combinée avec toutes les couleurs.  Dans la série ino le facteur ino masque entièrement le facteur panaché. 

En dessous je vous donne l’ensemble des combinaisons possibles avec la danoise.

1. panachée danoise x panachée danoise = 100% panachée danoise

2. panachée danoise x normale/panachée danois = 

    50% normale/panachée danoise

    50% panachée danoise

3. panachée danoise x normale = 100% normale/ panachée danoise  

4. Normale/ panachée danoise x normale/ panachée danoise =

    25% normale

    50% normale/panachée danoise

    25% panachée danoise

5. Normale/panachée danoise x normale =

    50% normale

    50% normale/panachée danoise

 

Mottle

Le facteur se trouve sur une paire de chromosomes autosomales, le facteur est récessif et a comme symbole mo. Egalement possible dans toutes les couleurs.

Si cela a un sens je répondrai dans un article future, le facteur ino masque le facteur panaché. De l’accouplement mottle avec normale on obtient 100 % de normale/mottle (mo+/mo).  Si l’on prend une femelle de cet accouplement avec le père donc mottle avec normale/mottle, formule mo/mo x mo+/mo on obtient:

50 % mottle (mo/mo) et 50 % normale/mottle  (mo+/mo).

De deux oiseaux porteurs, par exemple vert clair/mottle avec vert clair/mottle on obtient:

25 % vert clair,

50% vert clair/mottle

25 % vert clair mottle.

 

 

Blanc et jaune aux yeux noirs

Les blancs et jaunes aux yeux noirs, sans cercles oculaires, sont des sujets présentant simultanément les mutations panachées dominante et récessive.  Ces oiseaux, comme le panaché danois, ont les yeux noirs sans cercles oculaires.  Lorsque l’on dit d’un jaune ou d’un blanc aux yeux noirs qu’il est à simple ou à double facteur, cela signifie que la mutation dominante est présente sur un ou sur les deux gènes.

Nous accouplons une panachée hollandaise à une panachée danoise. En partant du double facteur de la hollandaise nous obtenons dans la formule  Pi/Pi; s+/s+  x  Pi+/Pi+; s/s = 100 % de panachée hollandaise simple facteur /panachée danoise (Pi+/Pi; s+/s)

Si l’on poursuit les accouplements avec les jeunes on obtient entre autres des panachées hollandaises à double facteur et des panachées danoises (Pi/Pi; s/s).

Ces oiseaux sont des blancs ou des jaunes purs aux yeux noirs, dépendant du facteur couleur que nous avons utilisé. Il faudra évidemment, avec cette mutation récessive, veillez à toujours réintroduire du sang frais par des classiques ou des porteurs panachés danois de bonne taille, sinon nous aurions vite rejoint le format des petites ondulées.

 

La variété à collier

Lorsque dans les années 70 j’écrivais le livre « Tenue et élevage des perruches ondulées » il y avait des informations venant du Texas qui circulaient au sujet d’un élevage de perruches ondulées panachées avec une similitude de la perruche à collier. Je n’y ai à ce moment attaché beaucoup d’importance mais maintenant je l’ai étudiée. Cette panachée provient d’une combinaison entre les panachées australiennes et danoises. Elle n’est pas reconnue chez nous comme couleur et de ce fait dans un standard de couleurs.

Nous allons étudié quelques accouplements qui vont nous amener à la variété à collier. Nous débutons avec une panachée australienne à double facteur et une panachée danoise, (Pb/Pb; s+/s+  x Pb+/Pb+; s/s). 

Il en résulte 100 % de panachées australiennes qui sont porteuses pour panachées danoises (Pb+/Pb; s+/s). Ensuite nous accouplons une panachée australienne simple facteur porteuse pour panachée danoise avec une panachée danoise (Pb+/Pb; s+/s x Pb+/Pb+; s/s).

On peut s’attendre à:

25 % panachée australienne sf/panachée danoise (Pb+/Pb; s+/s)

25% normale/panachée danoise (Pb+/Pb+; s+/s)

25% panachée danoise (Pb+/Pb+; s/s)

25% panachée perruche à effet collier (Pb+/Pb; s/s)

 

La collier est donc une forme de combinaison et pas une mutation à part.  N’allez pas croire que chaque perruche de cette association de gènes porte un magnifique collier.  C’est une minorité. L’introduction de la panachée australienne à double facteur ne donne rien, épargnez vous cette peine.

 

Développement et variation du facteur panaché

Nous aurons une meilleure connaissance du développement du facteur panaché si nous approfondissons le processus de la formation des pigments et de l’activité des gènes, qui tout deux gèrent le processus. Lorsque le jeune oiseau est encore dans l’œuf  les cellules de la mélanine se forment. Celles-ci sont les précurseurs du système mélanique pour les cellules spécialisées dans la production de la mélanine.  Elles trouvent leur origine dans les neurones qui se trouvent fixées sur la colonne vertébrale pendant le stade embryonnaire de l’oiseau.  Dans les circonstances normales, donc quand il n’y a pas de changements mutatifs qui s’opèrent, les cellules mélaniques sont activées et émigrent. L’éparpillement de ces cellules, à la base de la formation du système mélanique, provoque la synthèse des pigments.  Ces derniers sont transférés aux barbes et crochets qui s’assemblent et qui forment ainsi la plume pigmentée. Le processus de la formation des pigments est géré par les gènes.  C’est toute la biologie cellulaire qui est à la base de l’obtention des couleurs.

En résumé nous pouvons établir que le facteur panaché est en grande partie lié aux facteurs héréditaires et que les variations importantes qui se produisent dans une descendance est due à une modification dans les gènes. Par des sélections sévères nous pouvons arriver à fixer certains facteurs qui influencent le degré de la partie panachée.  Tout ne peut être déterminé par les facteurs héréditaires, voyez les jumeaux qui présentent pourtant quelques différences. Les animaux clonés présentent également des particularités différentes de l’un à l’autre.  Il est évident que l’influence du milieu joue un très grand rôle dans le développement. Je ne serais pas étonné qu’un jour on prouvera la grande influence de ce dernier élément.

 

Texte: H.W.J. van der Linden