Perruches ondulées – Les ‘fallows’

 

En dehors du facteur cinnamon, qui nous donne une mélanine brune au lieu de noire, nous connaissons bien d’autres mutations qui provoquent chez les perruches des modifications comparables. Nous nommons ces mutations ‘Fallow’. La couleur de la melanine brune des fallows diverge nettement de celle des cinnamon. La couleur du brun est quelque peu plus prononcée, plutôt brun-gris, chose qui se remarque le mieux dans les dessins d’ondulations, sur les ailes, l’occiput et dans la nuque. La couleur du corps est vert-jaunâtre dans la série verte ou bleu terne dans la série bleue.

 

On distingue quatre formes de mutation différentes chez les

‘fallows’:

 

1. Fallow-allemand: une variété qui présente des yeux rouges  

    foncé et un iris blanc.

 

2. Fallow-anglais: une variété qui présente des yeux rouges rubis

    mais où l’iris blanc manque

 

3. Fallow-ecossais: une variété qui présente des yeux brun-rouge

    à rouge prune mais également où  l’iris blanc manque.

 

4. Fallow-Moffat, qui vraisemblablement n’existe plus.

    Personnellement, je n’ai jamais vu cette variété, mais, si j’en 

    crois la littérature en ma possession, cette fallow présentait des

    yeux rouges et un iris rarement présent.

 

On ne peut distinguer de différence visible entre la couleur du corps et celle des dessins des diverses variétés de fallows.

 

La détermination des caractéristiques de toutes les fallows est récessives autosome.

 

Toutes les mutations fallow se transmettent, d’ailleurs indépendamment l’une par rapport a l’autre et, pour autant que nos connaissances soient exactes, indépendamment de tous les facteurs héréditaires actuellement connus. En conséquence, les facteurs qui provoquent les différentes manifestations fallow se retrouvent chacun sur une paire de chromosomes différente.

 

Les opinions les plus récentes nous apprennent que la fallow allemande et l’autosome récessive ino, des formes de mutations du “locus-c“ (niveau) de la perruche. Ceci sous-entend que le facteur fallow-allemand et le facteur autosome ino récessif sont des allèles multiples de c+, ou c+ (facteur non mute) est dominant par rapport aux deux allèles multiples et que le facteur fallow-allemand soit dominant par rapport au facteur ino récessif.

 

Le caractère ino récessif autosome est exprime dans la formulation avec la lettre symbole c (c=clearcell), la fallow-allemande sera décrite, ainsi qu’il est d’usage avec des allèles multiples, en plaçant le symbole allélomorphe g (g+ = german) au-dessus, que le facteur non mute est effectivement: c+

 

Donc l’ordre de dominance de cette série d’allèles multiples devient dans la formulation: c+, cg et c.

 

La formule pour la fallow allemande vert pâle est: b+_D+/b+_D+ ; cg/cg

La formule pour la fallow anglais vert pâle est: b+_D+/b+_D+ ; f/f

La formule pour la fallow écossais vert pâle est: b+_D+/b+_D+ ; s/s

 

Si nous nous limitons uniquement aux facteurs fallow, nous obtiendrons d’un appariement fallow allemande x normale = normale/fallow allemande

 

De deux oiseaux split nous obtiendrons donc à nouveau c+/cg x c+/cg  ce qui donne:

25% normales ;

50% normales/fallow allemande ;

25% fallow allemandes.

 

Appariement de fallow allemande x fallow allemande = 100% de fallow allemande.

 

Récessive ino

Pour autant que je le sache, cette forme, ino, apparue en Amérique n’est pas représente en Europe. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse, ici, de descendants de ce que l’on appelle des “lutino Böhm“. II s’agit d’une mutation ino, récessive, que l’on rencontrait en Europe. II ne s’agit pas dans ce cas d’une nouvelle mutation ino mais d’une manifestation qui est réapparue en Amérique.

 

La relation de l’allèle multiple du facteur récessif ino avec le facteur fallow allemande nous amène dans cette direction, mais ce peut aussi être une pure coïncidence. Un croisement ino récessif x ino récessif donne uniquement des ino récessifs. Appariement de normal x ino récessif ou inversement donne cent pourcent de normales qui sont split pour l’ino récessif. Le croisement de normal/ino récessif x normal/ino récessif nous donnera 25% de normal, 50% normal/ino récessif et 25% de ino récessif.

 

Actuellement, on recherche en Amérique quel phénotype ressortirait d’un appariement de fallow allemande x ino récessif. Le génotype cg/c porterait-il les caractéristiques de la fallow allemande ou s’agit-il de l’apparition d’un phénotype intermédiaire comparable à celui de l’aile grise à couleur profonde ?

 

Seul le temps pourra nous le démontrer !

 

 

Texte: H.W.J. van der Linden