5. L’acquisition de perruches ondulées

 

Ce n’est qu’après avoir préparé leur futur séjour que nous allons faire l’acquisition de nos oiseaux. La première question que nous devons nous poser est : combien d’oiseaux acquérir et de quelle couleur ? J’aimerais dire à l’amateur débutant : ne mettez pas directement ‘trop de foin sur la fourchette’ ! Commencez par un bon couple plutôt que par un grand nombre de mauvais. On n’oublie que trop souvent qu’un petit nombre souvent qu’un petit nombre d’oiseaux de bon qualité donne plus de plaisir qu’un grand nombre de moins bons ou de mauvais. Si l’on veut atteindre un certain degré dans le hobby des perruches ondulées, seul le meilleur matériel d’élevage est assez bon. Ceci implique qu’on dit acheter des oiseaux en excellente santé qui excellent en format, en type et en tête et qui doivent être d’une bonne couleur.

En un mot, achetez des oiseaux sans graves défauts. Le non-initié fait bien d’avoir ici recours à quelqu’un qui connaît les choses.

 

Le moment le plus favorable pour l’achat, c’est après l’été ou en automne. La plupart des éleveurs ont alors sélectionne les oiseaux qu’ils veulent garder et se débarrassent de leur stock en surplus. N’achetez exclusivement que de jeunes oiseaux. La raison en est qu’un automne, les vieux oiseaux qui durant la saison d’élevage n’ont pas donne satisfaction sont aussi sur le marché, si bien qu’on court le risque de se retrouver en possession d’oiseaux d’élevage sans valeur. Certain ‘amateurs’ ont hélas  dans ce domaine la conscience large ! Ne remettez pas non plus l’achat de vos oiseaux d’élevage jusqu’à la saison des nids, car il est alors beaucoup trop tard et si jamais il vous arrivait de réussir, vous le payeriez beaucoup trop cher.

 

Voici encore un conseil spécial pour les éleveurs novices qui veulent faire des débuts sérieux dans leur amateurisme au moment de faire leurs premiers achats : commencez autant que possible avec les couleurs normales comme le gris vert, le vert, le bleu et le gris, éventuellement en combinaison avec le facteur opaline. Même si vous trouvez que sont toutes aussi belles les couleurs spécifiquement récessives telles qu’ailes grises, fallows ou panachés danois, pour n’en citer que quelques-unes, je vous conseille instamment de ne pas commencer avec de pareilles couleurs. Une fois que vous disposez, après quelques années, de bons oiseaux normaux, vous pouvez alors tranquillement faire un essai. Et vous aurez alors immanquablement du succès, si vous étés persévérant.

 

Pour acheter toujours intelligemment, il faut acheter chez l’éleveur lui-même. Vous avez alors un bon aperçu de tout son ‘cheptel’ d’élevage visible et cet éleveur peut vous fournir de plus amples informations au sujet de l’oiseau souhaite à l’aide de son registre d’élevage. N’oubliez pas de lui demander quelle méthode d’élevage il applique. Les oiseaux des éleveurs qui possèdent un stam sont à préférer à ceux qui proviennent de croisements n’importe lesquels.

 

Un bon conseil : n’achetez jamais un oiseau simplement parce que vous ne voudriez pas avoir fait une démarche inutile ou parce que vous voulez pas revenir chez vous les mains vides. Acheter des oiseaux d’élevage signifie faire avec soin un choix raisonné correspondant à vos souhaits et en tenant compte de la qualité. Pesez bien ces données de façon critique par rapport au prix demandé. Il va de soi que des oiseaux de qualité vont se payer plus cher, ce qui ne veut toutefois pas dire que les oiseaux chers toujours de bons oiseaux. En général, le prix payé par l’amateur débutant est beaucoup trop cher, ce qui n’est réellement pas nécessaire. Achetez vos oiseaux chez un ou deux éleveurs, pour éviter de recevoir trop types différents.

 

Diverses expositions présentent aussi un stand de vente. On trouve ainsi l’occasion de compléter ses matériaux d’élevage. Les débutants peuvent donc à ces expositions confier leurs achats à des gens plus expérimentés, sinon ils risquent parfois de se sentir floués alors que ce ne doit pas être le cas. Finalement, la marchandise qu’on reçoit pour son argent dépend de la connaissance qu’on a soit même des oiseaux. En général, dans ce stand de vente, la qualité est moyenne bien que parfois des oiseaux de bon niveau peuvent s’y trouver. Des oiseaux de toute grande classe, bien sûr on n’en trouvera pas. Il serait préférable aux expositions, surtout si on ne s’y connaît pas trop, d’obtenir l’appréciation du juge ; elle peut être d’un grand secours.

 

Un autre désavantage de l’achat à une exposition est qu’on ne peut pas devenir à voir l’oiseau quelles sont les qualités des parents du stam dont il est issu. Un oiseau bon en soi peut paraître être un as. Les prix demandés à une exposition sont également en général plus élevés.

 

En règle générale, chez les perruches ondulées, les mâles et les femelles sont facilement reconnaissables les uns des autres. La cire du bec chez le mâle est bleue alors que cela peut varier de la couleur chair au brun chez les femelles. Font ici exception les inos, les lacewings, les panachés danois, les jaunes et blancs au yeux noirs et les fallows. Chez tous ceux-ci, les narines des mâles sont couleur chair et ceux des femelles varient de la couleur chair au brun. Normalement la tête des femelles est un peu plus plate que celle des mâles mais comme je l’ai déjà dit, il faut mieux pour les débutants de commencer avec les couleurs normales. Plus tard, une fois qu’on a acquis plus d’expérience des perruches ondulées, on s’apercevra que la différence entre les sexes ne pose pas de problèmes non plus.

 

Texte : H.W.J. van der Linden