3. La place des perruches dans le règne animal

Une caractéristique de tous les animaux vivants est qu’ils sont classes d’après leurs analogies dans un système zoologique. Le critère le plus important pour classer les animaux est leur uniformité. Celle-ci repose sur la possession en commun de toute une série de facteurs héréditaires semblables. Il est important par conséquent que les animaux puissent entre eux engendrer des descendants.

 

En l’an 1735, le Suédois Linné publia son célèbre ouvrage Le système de la nature dans lequel il donnait que nous employons actuellement de la division des plantes et des animaux. Le système repose sur la divisions des organismes en groupes de plus en plus petits dont les membres de chaque groupe présentent entre eux des analogies toujours de plus en plus grandes.

La division la plus élémentaire est celle des trois règnes :

- le règne unicellulaire ;

- le règne végétal ;

- le règne animal.

La première subdivision est alors celle des embranchements. Un des embranchements les plus importants, Chordata, celui des chordes, comprend tous les animaux qui possèdent une colonne vertébrale. Cet embranchement comprend cinq classes : les poissons, les amphibies, les reptiles, les oiseaux et les mammifères. La subdivision suivante est celle des ordres.

La classe des oiseaux par exemple comprend 27 ordres. Les nommer tous mènerait trop loin et je me contenterai de l’ordre qui nous intéresse ici le plus, l’ordre des psittaciformes. Cet ordre comprend tous les perroquets, perruches, loris et cacatoès. Vient ensuite la subdivision en familles et souvent encore des sous-familles. L’ordre des psittaciformes est dans la littérature moderne habituellement subdivisée comme suit en familles :

 

La famille des loris (Loridae) qui ne comprend aucune sous-famille.

 

La famille des cacatoès (Cacatuidae) qui compte deux sous-familles :

Cacatuinae ;

Nymphicina.

 

La famille des psittacidés (perroquets et perruches) compte quatre sous-familles :

Nestorinae ;

Micropsittinae ;

Strigopinae ;

Psittacinae.

 

Après les familles et les sous-familles, on distingue alors les genres, qui comprennent é leur tour les espèces.

La sous-famille Psittacinae comprend 62 genres parmi lesquels Melopsittacus (le melopsitte). Si nous ajoutons au nom du genre Melopsittacus, le nom l’espèce undulatus, nous obtenons finalement pour la perruche ondulée, son nom scientifique Melopsittacus undulatus.

 

En résume, voici la généalogie de la perruche ondulée :

 

Le règne (Regnum) : le règne animal (Regnum animale) 

  L’embranchement (Phylum) des chordés ou cordés (Chordata)

    La classe (Classis) des oiseaux (Aves)

      L’ordre (Ordo) des psittaciformes (Psittaciformes)

        La famille (Familia) des psittacidés) (Psittacidae)

          La sous-famille (Subfamilia) des psittacidés (Psittacinae)

            Le genre (Genus) : le melopsitte (Melopsittacus)

              L’espèce (Species) : la perruche ondulée (undulatus)

 

Le concept ‘espèce’ mérite dans ce contexte une explication complémentaire. Il ne s’agit pas seulement d’une uniformité constatée de façon arbitraire par un homme, mais bien par un facteur naturel. Ce dernier existe du fait que des groupes d’individus se trouvent catalogues à l’intérieur d’une même espèce et se reproduisent entre eux en présentant une uniformité héréditaire précise.

 

L’espèce n’est donc pas simplement un groupe d’individus qui, dans des stades analogues de leur développement et dans des circonstances égales en structure et en fonction, ont beaucoup de choses en commun. Mais l’espèce est aussi une communauté de reproduction, qui, par rapport aux autres espèces, est, dans une forte mesure, différente. C’est ainsi que se garanti pour chaque espèce la transmission à ses descendants de caractéristiques pour ainsi dire inchangées.