LES ARATINGAS (1)

 

 

Introduction générale

Les aratingas, nom commun pour les membres du genre Aratinga - Spix 1824 font partie du groupe de perruches au volume le plus important de la grande famille des psittacidés (Psittacidae). Ce sont des perruches de petite à moyenne taille qui varient de 24 à 42 cm.

 

Une caractéristique des aratingas est la queue en forme d'escalier sphénoïdal. Ce qui leur est typique  c'est une grande tête en proportion de leur corps, le bec large et pourvu d'une encoche bien visible, la cire fine, parfois pourvue de quelques petites plumes, mais toujours avec les trous de nez bien visibles et enfin le pourtour de l'oeil en général blanc. Une seule exception de cette dernière caractéristique est faite par la perruche à front d'or (Aratinga aurea) dont le pourtour de l'oeil est pourvu de petites plumes de couleur orange. Les ailes des aratingas sont relativement longues, les extrémités dépassent bien la couverture supérieure de la queue.

 

Dans les couleurs de leur plumage, les aratingas montrent aussi de grandes similitudes. A part quelques exceptions (A. solstitialis et A. jandaya), la plus grande partie de leur plumage est vert et, selon chaque espèce, combiné avec du rouge, jaune, orange, bleu ou brun. Il n'y a pas de dimorphisme sexuel.

 

Le genre Aratinga est composé de 15 à 21 espèces en fonction de la division systématique suivie et dont la plupart seront ensuite encore divisées en sous-espèces.  Dans cette série d'articles nous allons partir sur une base de 19 espèces et au total 55 sous-espèces pour lesquelles je place une note marginale spécifiant que cette division se base sur les idées actuelles, mais en tenant compte que les discussions scientifiques constantes sur ce thème vont encore modifier cette idée dans le futur.

 

Le territoire naturel des aratingas va du Mexique au sud jusque profondément en Argentine, à peu près jusqu'à l’embouchure du Rio de Plata, y compris les îles à côté de ce territoire.

 

Dans leur environnement naturel, ils vivent pendant la saison de reproduction généralement en couples, sinon en dehors de cette saison en petits groupes et même en grandes nuées.  Certaines espèces vivent dans des bois ouverts, d'autres dans les forêts denses, les forêts de mangroves, le long des rives des rivières ou dans les régions marécageuses. Quelques espèces vivent dans des régions sèches et montagneuses et d'autres encore dans les savanes d'herbe où poussent peu de buissons et arbres, les régions basses tropicales sèches, les forêts nébuleuses fort humides ou les régions agricoles ou déboisées avec encore quelques arbres mais toujours à proximité d'eau.

 

Ils se nourrissent de différentes graines, baies, fruits ou bourgeons et parfois aussi d'insectes. Ils visitent aussi régulièrement des régions de cultures où ils deviennent une vraie plaie, ce qui fait qu'ils sont souvent chassés par la population locale.  Heureusement les aratingas n'appartiennent pas (encore) aux espèces d'oiseaux menacés d'extinction, bien que pour certaines espèces la population décline fortement.  Dû à des réglementations sévères, l'importation des perruches sud américaines a pratiquement été nulle ces dernières années et les amateurs vont devoir tenir compte du fait qu'il ne faudra bientôt plus compter que sur les oiseaux élevés parmi les amateurs.

 

Pour les espèces comme: A. acuticaudata, A. aurea, A. holochlora, A. erythrogenys, A. leucopcephalus, A. solstitialis, A. jandaya et A. auricapilla nous ne devons pas avoir peur de voir ces espèces disparaître chez les amateurs. Ces espèces sont élevées dans notre pays et dans les pays avoisinants de manière régulière et en nombre suffisant. Concernant les autres espèces, l'avenir est moins rose car tout simplement il n'y a pas assez d'oiseaux disponibles pour l'élevage.

 

Les aratingas sont d'excellents oiseaux de volières qui surtout ces dernières années ont pris un certain intérêt au niveau mondial chez les amateurs. Un facteur non négligeable est le résultat de reproduction auquel nous sommes arrivés avec la plupart des espèces ainsi que la demande des amateurs vers des oiseaux de propre élevage.

 

Dans certains articles, la perruche dorée (Guarouba guaroba) et la perruche nanday (Nandayus nenday) ont présentées dans ce groupe. Dans le temps la perruche dorée faisait partie du genre Aratinga mais elle a été placée il n'y a pas longtemps dans le genre séparé Guarouba. Suite à une importante demande, en 1959 la perruche nanday a été placée dans le genre Aratinga mais ce changement n'a pas été accepté par tout le monde. Beaucoup soutiennent cependant que ces deux espèces sont liées de près au genre Aratinga.

En écrivant cette série d'articles j'espère stimuler la détention et l'élevage des aratingas. Surtout l'élevage des espèces moins détenues dans notre pays afin qu'elles ne soient pas perdues à jamais parmi les amateurs.

 

Texte: H. W. J. van der Linden