PERRUCHE DE STANLEY

Platycercus icterotis (Kuhl 1820)

 

Description générale

Format environ 27 cm  de longueur.

Mâle : La tête, la nuque les côtés du cou et le dessous du corps sont rouge, les tâches sur les joues et le menton sont jaunes, le manteau et la partie du milieu sont noir et le tout se termine par des plumes verts foncer quand on regarde le passage de la nuque et le reste du corps on remarque beaucoup de plumes rouges.  Les tâches sur les épaules sont noires avec un dessin en écailles de couleur bleu vert.  Les petites plumes autour des ailes et plus loin les ailes même sont d’une couleur violets/bleu.  Le dessous du dos et les plumes de la queue sont d’une couleur vert-foncés avec des plumes rouges.  Le bec est gris foncé et l’iris brun foncé, les pattes sont grises et les ongles gris /noir.

Femelle : La femelle diffère nettement du mâle, seule sa tête est rouge.  La nuque le cou les côtés de la tête tout  est vert foncé les tâches sur les joues sont plus petites et on les distingue  beaucoup moins que chez  le mâle.  Le dessous du corps est d’une couleur rouge terne et écaillée en vert foncé, sur la poitrine c’est la couleur verte qui est dominante.  Le reste de la coloration ressemble à celle du mâle. 

           

Différentes sortes

1 P.i. icterotis (Kuhl 1820)

   Est surtout répandu dans les régions côtières du  sud

   Ouest  d’Australie

   Les caractéristiques sont celle comme décrite ci-dessus

2 P. i. xanthogenys (Salvadori 1891)

   Est appelé la joue jaune.

   Est surtout répandu à l’intérieur du pays dans les zones  

   très  sèches du sud  Ouest d’Australie

 

Les caractéristiques : de cette sous sorte est que la couleur est  beaucoup plus terne et que la tâche jaune sur les joues est beaucoup plus claire. Les plumes de la queue ont une couleur.

 

Renseignement général

Les  Stanley sont à recommander pour tous les débutants et sont très en vogue chez tous les amateurs de perruches australiennes.  Les différentes sous sortes ont été importés en grande quantité et ont été mélangé entre eux, de façon qu’il n’excite plus de race pure.

  

Comportement

C’est un oiseau très résistant contre le froid,  actif, qui n’est pas peureux, et dont la mélodie n’est pas désagréable.  Ils aiment bien se baigner, et viennent très souvent par terre et rongent très peu.

 

Habitation et soins

Il est recommandable de les mettre par couple dans la volière, les dimensions minimales de celle-ci sont de 3x1x2 m avec un abri d’au moins un mètre carré de surface couverte et à l’abri du vent pour mettre la nourriture et y suspendre  un nichoir.  Bien que les  Stanley sont les moins agressif parmi la famille des Rosella il n’est pas recommander de mettre un couple de la même famille à côté.  Il faut également mettre des branches de saules et d’arbres fruitiers dans la volière afin qu’ils puissent s’occuper et qu’ils laissent la volière tranquille, surtout si la construction est en bois. Il faut renouveler journellement leurs eaux de baignade et un contrôle régulier contre les vers s’impose. 

 

Nourriture

Il faut leur donner un mélange pour grand perroquet ayant la composition suivante 48% de millet,  6% de millet rouge, 6%  de d’alpiste, 8% de sarrasin, 4% de chanvre, 4% de padi, 4% d’avoine, 6% de froment, 2% de lin, 8% de tournesol.  Ensuite de la pâtée(rationné) toutes sortes de légumes, de la pomme, des carottes, des gratte-culs et des graines d’herbe non mûries.  L’eau de boisson doit être toujours impeccable, et du grit et gravier feront un complément nécessaire pour leur estomac.

En période de couvaison ou de mue, il est nécessaire d’effectuer quelques modifications dans leur mélange de graines, voici les nouveaux pourcentages 30 % de millet (La plata), 4% de millet rouge, 12% d’alpiste, 6% de sarrasin, 4% de padi, 4% de chanvre, 8% d’avoine, 6% de froment, 2% de lin, 16% de tournesol. On peut leur donner de la pâtée mélanger avec des graines germées ou des carottes râpées.  On peut leur fournir également du pain noir séché trempé dans du lait mélangé avec des graines germées  Attention à la fraîcheur en période d’été (il tourne facilement).  

 

Elevage

L’élevage est relativement simple et comporte un grand taux de réussite.  Les jeunes oiseaux nés  en début de saison peuvent déjà convenir pour l’élevage, déplus le mâle n’est pas aussi sélectif  et est beaucoup moins agressif vis à vis de la femelle.  Une bonne habitude est de mettre d’abord la femelle dans la volière et par après le mâle. Fin mars on peut suspendre les nichoirs dans la volière. Le nid de reproduction doit avoir les dimensions suivantes ;  20x20 cm et une hauteur de 60 cm, le trou d’entrée ayant un diamètre 6/7 cm.  Placer des copeaux de bois ou du bois vermoulu à l’intérieur. La femelle pond de quatre à six œufs, exceptionnellement neuf, le temps de couvaison est de vingt jours, et les petits restent environ cinq semaines dans le nid.  Les premiers jours après leur sortie du nid, les jeunes oiseaux sont relativement craintifs et viennent se heurter continuellement contre les murs et grillages de la volière, il faut habiller les parois avec des branches de saule au maximum de façon à protéger les petits de quelque éventuelle blessure qui leur serait dommageable. Pour le baguage le diamètre de 5,4 mm est à recommander.  Après deux à trois semaines les jeunes sont complètement indépendants. Parfois la femelle entame une deuxième couvaison, si cela se présente il faut impérativement enlever les jeunes de la volière

 

Texte: H.W.J. van der Linden