Perruche à ventre jaune

Platycercus caledonicus (Gmelin 1788)

 

Répartition: en Tasmanie et sur quelques îles du détroit de Bass.

 

Description

Format : 36 cm

Mâle et femelle: tête et masque: bande frontale rouge, plaque des joues bleu profond, reste de la tête jaune profond. Une légère suffusion orange au-dessous de l’œil est possible.

Ailes: bordure alaire bleue, moyennes sus-alaires noir verdâtre, autres sus-alaires noires liserées de vert foncé, sous-alaires bleues, bord externe des rémiges primaires bleu (pas de bande  sous alaire).

Corps: plumes de la nuque et du dos noires bordées de vert foncé, croupion vert olive, parties inférieures jaune profond, une légère suffusion orange est possible.

Queue: rectrices centrales vertes marquées de bleu, rectrices latérales bleu pâle avec le bout blanc, dessous plus terne  

Bec: corne

Yeux: iris brun        

Pattes: gris avec les ongles gris foncé

La femelle est plus petite que le mâle, avec le bec moins robuste et la gorge généralement lavée d’orange rouge, généralement pas de bande sous alaire.

Les jeunes ont la tête et les parties inférieures jaune verdâtre mat, les plaques des joues bleues, dos et ailes vert terne, bandes sous-alaires présentes. La couleur adulte est acquise vers l’âge de 15 mois.

 

Information générale

La perruche à ventre jaune est aussi nombreuse chez les éleveurs que la perruche d’Adélaïde, à peine moins, mais il y a des volières avec des colonies stables de ces oiseaux ce qui rend parfois difficile l’acquisition. Elles ne sont pas toutes de race pure, certaines portent des traces de croisements avec d’autres sortes telle que la perruche paille. Faites attention lors d’achats.  La perruche à ventre jaune convient bien pour les éleveurs débutants.

 

Comportement

Oiseau solide, résiste à l’hiver, pas très remuante et plutôt calme, plus nerveuse pendant la période d’élevage, confiante en son soigneur. Insupportable vis à vis de ses congénères et autres espèces Platycercus, le mâle est très dominant sur la femelle.  Chant mélodieux un peu moins criard que la plupart des autres espèces Platycercus, son cri n’est jamais perçant, bon éleveur, assez mordant, adore se baigner, se déplace beaucoup au sol d’où la nécessité de vermifuger.

 

Investissement et soins

Par couple en volière extérieure, dimensions minimales 5x1x2 m avec un abri à la pluie et des mauvais vents d’une surface d’un mètre carré sous lequel sera placé le nid. Ces oiseaux ne conviennent pas pour être tenus en solitaire dans une cage. Ne pas placer côte à côte différents couples ni d’autres espèces Platycercus. Fournir régulièrement des branches fraîches. Journellement de l’eau fraîche. Vermifuger à temps.

 

Nourriture

Comme base un mélange de graines composé comme suit: 48% de millet plata, 6% de millet rouge, 6% d’alpiste, 8% de sarrasin, 4% de niger, 4% de chanvre, 4% de paddy (riz non pelé), 4% d’avoine pelée, 6% de blé, 2% graines de lin, 8% graines de tournesol. En plus de la pâtée d’oeufs, diverses verdures, graines sauvages, pommes, baies du rosier du Japon, des carottes.  Journellement de l’eau fraîche, du grit et minéraux.

Pendant la période d’élevage et de mue le mélange de graines est composé comme suit: 30% de millet plata, 4% de millet rouge, 12% d’alpiste, 6% de sarrasin, 8% de niger, 4% de chanvre, 4% de riz non pelé, 8% d’avoine pelée, 6% de blé, 2% de lin, 16% de tournesol. Journellement de la pâtée à volonté au quelle on ajoute des graines germées, des carottes râpées, du vieux pain gris trempé au lait.

 

Elevage

Réussit régulièrement, mais cette perruche est tout de même moins portée à l’élevage que les autres espèces Platycercus. Pour démarrer les oiseaux doivent avoir deux ans et il doit y avoir une bonne harmonie entre les partenaires, il faut les surveiller au début de l’élevage.  La mise en condition est assez longue.  Le nid est placé vers la mi-avril de préférence sous la partie couverte. Il a comme dimensions: hauteur 60 à 80 cm, 25 cm de diamètre intérieur ou une base de 22 x 22 cm, diamètre du trou d’accès 8 cm.  Le fond est garni d’une couche d’environ 5 cm d’épaisseur de copeaux.  Les œufs sont pondus à une journée d’intervalle, il y a de 4 à 6 œufs parfois 8.

Certaines femelles pondent jusqu’à 12 œufs mais ne les couvent pas, il faut recourir à des parents adoptifs.  La couvée est de 20 jours et les jeunes restent 5 semaines au nid. Pendant les premiers jours après la sortie du nid les jeunes sont assez peureux et sauvages, ils volent contre les parois et il est bon de protéger celles-ci par des branches afin d’éviter les blessures.  Pour les baguer il faut du 6 mm, les jeunes sont indépendants 14 jours après avoir quitté le nid. Si le mâle montre des signes d’agressivité il est conseillé de retirer les jeunes. Bien que des tentatives ont été faites pour avoir une deuxième couvaison il y a très peu de réussite.

 

Mutations: il n’y en pas.

 

Texte: H.W.J. van der Linden