Perroquet maillé

Deroptyus accipitrinus (Linnaeus 1758)

 

Description

Format: 35 cm. 

Mâle et femelle: front et crâne blanc sale, arrière-tête et les côtés de la tête brun terreux liserés de blanc, les lores brun terreux foncé. Les plumes allongées du cou, rouges violettes bordées de bleu, peuvent se dresser en cas de stress ou de danger pour former une collerette. La couverture dorsale, les flancs, les cuisses et les sous caudales inférieures sont de couleur vert gazon foncé.  Les plumes de la poitrine et du ventre sont rouges violettes et, comme la collerette, bordées par du bleu.  Les grandes sus alaires et les rémiges secondaires sont de couleur brun noir.  Les rémiges primaires sont vertes, légèrement couvertes d’un voile bleu et les bouts brun noir. Le dessus de la queue est vert voilé de bleu vers les extrémités. La partie extérieure des rectrices latérales de la queue est bleue et la partie intérieure des rectrices latérales porte une marque brun marron qui est visible uniquement quand la queue est déployée. Le dessous de la queue est gris noir. L’iris est jaune, l’anneau oculaire nu est brun. Le bec est gris noir. Les pattes sont grises et les ongles sont gris noir.

 

Sous-espèces

Deroptyus a. accipitrinus (Linnaeus, 1758) - Perroquet maillé

Régions de répartition : le nord de l’Amazone de Amapá (nord du Brésil) vers l’ouest par les Guyanes et le sud du Venezuela jusqu’au sud-est de la Colombie, l’est de l’Equateur et le nord-est du Pérou.

Forme nominale.

 

Deroptyus a. fuscifrons (Hellmayr, 1905) - Perroquet maillé du Brésil

Régions de répartition : le nord du Brésil au sud de l’Amazone depuis Pará est jusqu’à la rivière Tapajos, le nord de la Bolivie.

Caractéristiques: ressemble à la forme nominale mais le front et le crâne montrent du brun liseré de fines lignes blanches; les lores et les joues sont brunes foncées; la marque brun marron des rectrices latérales manque.

 

Information générale

La perruche maillée est peu rencontrée chez les amateurs et la D. a. fuscifrons est encore plus rare. Elle est peu présentée et est de ce fait hors de prix.  Il y a eu des résultats d’élevages avec les deux sous-espèces.

 

Comportement

Oiseau actif, agressif vis à vis des autres espèces d’oiseaux, très agressif pour le soigneur pendant la période d’élevage et même parfois en dehors de cette période.  Très bruyant et rongeur et son cri peut être perçant, aime se baigner avec éclaboussement, dort dans le nid. L’oiseau fraîchement capturé est peureux et nerveux, ce qui peut provoquer le picage de son propre plumage.  Bien acclimaté il est très solide et peu enclin aux maladies.

 

Logement et soins

Par couple en volière avec abri de nuit dont la température ne peut pas descendre en dessous de 15°C.  Dimensions de la volière (longueur x largeur x hauteur) 3 x 1,5 x 2 m, de l’abri 2,5 x 1,5 x 2,2 m. Pendant la période d’acclimatation la température doit être maintenue entre 20° et 25°C. La volière doit être métallique et le treillis utilisé doit avoir au moins 2 mm de diamètre, l’abri doit être construit en pierres ou en panneaux durs. L’idéal est de construire la volière dans le jardin de telle façon que les oiseaux soient hors de vue, éventuellement on peut planter des buissons.

Ces oiseaux peuvent très bien se trouver dans une volière intérieure, à condition qu’il y ait assez de lumière naturelle. Dimensions minima d’une telle volière (longueur x largeur x hauteur) 4 x 1,5 x 2 m.

 

Placez les nichoirs naturels et les nichoirs dortoirs à diverses hauteurs dans l’abri, mais de telle façon que les oiseaux puissent encore se loger au dessus.  Dimensions: 70 - 180 cm de haut, diamètre intérieur 30 cm, diamètre du trou d’accès 8 à 9 cm. Le fond est garni à l’aide de bois naturel vermoulu.  Quand les oiseaux ont choisi le nid on peut enlever les autres.

 

Les oiseaux acclimatés et ceux provenant d’élevage chez nous peuvent supporter du froid mais ils doivent avoir accès à un local chauffé.  Ces oiseaux aiment se baigner et ils doivent pouvoir disposer d’un récipient dont l’eau est renouvelée tous les jours.  Donnez régulièrement des branches fraîches.

 

Nourriture

Pour cet oiseau la nourriture doit être abondante mais pas trop grasse.  Comme base on peut donner un mélange de graines composé de sarrasin, d’orge, d’avoine, du paddy, différents sortes de millet, de l’alpiste, du chanvre, du sorgho et un peu de tournesol. Ceci aussi bien en graines sèches qu’en graines germées. En plus on donne des fruits comme des pommes, des poires, des bananes, des oranges et des raisins. Des baies diverses comme les baies du rosier du Japon, des épis de maïs pas tout à fait mûr sont des friandises pour ces oiseaux. Différentes verdures d’après la saison, des carottes, des céleris, des cornichons et des tomates sont appréciés. Une paire de vers de farine pelé et quelques crevettes séchées sont journellement au menu. En dehors de la saison d’élevage et à raison de deux fois par semaine je donne un peu de pâtée à base d’oeufs mélangé avec des graines germées. Du grit et des minéraux sont présents en permanence.

Quand il y a des jeunes il faut donner quotidiennement de la pâtée à base d’oeufs et tant qu’ils veulent en prendre. Ils apprécient aussi de la panade pour loris à laquelle on ajoute un peu de chanvre. De la pâtée pour insectivores peut être donnée.

 

Élevage

Réussit en fonction du nombre de ces oiseaux tenus en captivité. En général ils n’élèvent pas bien les jeunes et l’éleveur doit intervenir en nourrissant à la main. Le mâle adulte a l’iris moins coloré que celui de la femelle, les longues plumes de la collerette sont plus larges et plus longues que celles de la femelle. Mais pour être certain d’avoir un couple il vaut mieux faire l’examen endoscopique. On peut en même temps constater l’état de santé et de condition d’élevage des oiseaux. Pour l’élevage ils doivent au moins avoir 5 ans.

 

Comme toutes les perruches Sud-américaines le perroquet maillé a une préférence pour un nichoir naturel mais on peut réussir avec un nid fabriqué. La saison débute en mai parfois un peu avant, mais plus souvent plus tard. Des oiseaux importés sont peureux, ceux nés en captivité peuvent être très agressifs. En mai ou juin, d’après le degré de mise en condition, la femelle débute la ponte. Les oeufs sont pondus à intervalle d’un jour, souvent de deux à quatre oeufs, parfois cinq. Les jeunes femelles pondent de deux à trois oeufs, les plus vieilles quatre et parfois cinq oeufs. La femelle couve seule pendant 25 à 26 jours.  Pendant les quinze premiers jours les jeunes sont nourris uniquement par la femelle et ensuite le mâle l’assiste. Les jeunes restent au nid pendant environ 7 à 8 semaines, ils sont bagués avec du 7 mm.  A la sortie du nid les jeunes ressemblent aux parents, sont plus petits, ont les yeux foncés sans anneau à l’iris et ont la partie du bec inférieure blanche.  Bien que les jeunes soient adultes quinze jours après qu’ils aient quitté le nid, il ne faut pas les séparer trop vite des parents car ils sont encore nourris pendant 4 à 6 semaines par le mâle.

Les perroquets maillés sont très sensibles aux manipulations au nid, les contrôles ne doivent se faire que lorsque les adultes sont dans la volière extérieure et que la porte d’accès à l’abri est fermée.

 

Mutations : il n’y en a pas.

 

Texte: H.W.J. van der Linden