Le Perroquet à ventre bleu

Triclaria malachitacea (Spix, 1824)

 

Zone de répartition: Sud-est du Brésil

 

Description

Format : 28 cm

Mâle: la couleur générale du plumage est le vert foncé fluorescent, le vert de la tête et de la partie inférieure du corps sont de teinte plus claire avec une nuance jaune.  Le menton et les cuisses ont un reflet bleu, la partie centrale du bas du corps montre une trace irrégulière bleue violette. Les rémiges sont vertes foncées, la rémige extrême est bleue violette, le bout des rémiges ont un reflet bleu, les sus alaires primaires sont bleues vertes, le dessus des plumes de la queue est vert foncé et le bout est bleu clair, les ailes sont couvertes d’un reflet bleu liseré sur les bords.  L’iris est brun, l’anneau oculaire très étroit est nu de couleur gris blanc. Le bec est de couleur corne, les pattes sont grises, les ongles gris noir.

Femelle: même couleurs que le mâle mais il manque la trace sur le bas ventre.

 

Information générale

Très rare en captivité, uniquement dans les parcs à oiseaux et les zoos. Il n’y a pas d’importation, il n’y a que les oiseaux en captivité qui sont connus. Oiseau posé et calme, qui en dehors de la période d’élevage s’entend bien avec d’autres sortes de perroquets.  L’agressivité augmente pendant l’élevage, est joueur par nature et aime voler, vient peu au sol et n’est pas un grand mordant. Le mâle comme la femelle émettent un son semblable au chant du merle, en danger ils émettent un cri assez strident. Ils dorment au nid.

 

L’acclimatation des oiseaux sauvages est assez difficile mais après il n’y a plus de problèmes. Vu sa rareté cet oiseau devrait uniquement être tenu pour l’élevage afin qu’il puisse subsister en captivité.

 

Investissement et soins

Par couple en volière extérieure mais avec un abri chauffé, comme dimensions idéales on peut prévoir 4 x 1 x 2 m. (longueur, largeur, hauteur). En hiver les tenir dans l’abri à une température de 20° C. On peut aussi les tenir en volière intérieure mais alors il faut prévoir plus de surface. Le nid est un bloc naturel de 60 cm de haut, diamètre intérieur de 20 cm. Avec un trou d’accès de 7 à 8 cm, nid qui servira aussi de dortoir. Le fond est garni de copeaux de bois. Même s’il est peu mordant il accepte des branches fraîches de saule et de fruitiers.

 

Nourriture

La base est constituée d’haricots bouillis et un mélange pigeons du commerce, mélangez-le tout avec de la pâtée à base d’œufs.  Laissez bouillir pendant deux minutes et ajouter progressivement la pâtée à raison d’un mélange 1 pour 1. On y ajoute une pointe de vitamines et minéraux ainsi que d’une pointe de matière calcaire.  Une petite quantité de graines germées à base de tournesols, haricots et d’avoine. Des fruits, des légumes et des baies d’après la saison. Mettre en permanence un mélange de graines comprenant du tournesol, du safran, diverses sortes de millet. Des crevettes sèches et une dizaine de vers de farine bouillis par oiseau. De l’eau fraîche, du grit ainsi que du gravier moulu ne peuvent manquer. Il faut placer la nourriture et la boisson à hauteur des perchoirs.

 

Elevage

Très peu de renseignements sont connus. A Walsrode on a eu quelques jeunes avec également de nombreux échecs. En 1985 un jeune au perchoir dans une volière interne. Les oiseaux doivent être âgés de deux ans au moins pour débuter l’élevage. C’est au mois d’avril que les oiseaux viennent en condition. Environ 14 jours après les premiers accouplements la femelle commence la ponte, souvent 3 à 4 oeufs parfois 5. Seule la femelle couve, le mâle lui tient compagnie la nuit, la couvée est de 28 jours. Les jeunes restent au nid pendant 7 à 8 semaines, il faut prévoir des bagues de 6 mm.

 

Les contrôles du nid sont tolérés, mais il faut les réduire au minimum. Les jeunes sont adultes trois semaines après avoir quitté le nid. Si la volière est grande assez ils peuvent rester avec les parents jusqu’à la prochaine couvée.

 

Mutations: il n’y en a pas.

 

Texte: H.W.J. van der Linden