Le Lori Rouge

Eos bornea bornea

 

Un des plus populaires dans la classe des loris chez les amateurs.  Sa couleur uniforme rouge lui donne une attraction certaine, c’est en plus un oiseau très solide.

 

Origine: Les îles des Moluques, Archipel d’Indonésie entre les mers de Banda et des Moluques

 

Description

Mâle et femelle: longueur environ 31 cm.  Couleur générale du plumage rouge écarlate.  Les grandes sus alaires se terminent par une couleur bleue noire liserée, les rémiges secondaires sont liserées noires.  La région annale, le dessous des rémiges de la queue et l’intérieur des grandes rémiges des ailes sont de couleur bleue du bleuet, les rémiges noires interrompues au centre par un léger reflet rouge intensif.  Le dessus des plumes de la queue brun rouge, le dessous rouge terne.  Les yeux sont noirs avec iris rouge prune, l’anneau oculaire étroit est gris noir.  Le bec est rouge orange avec un reflet grisâtre à la base.  Les pattes sont grises foncées, les ongles gris noir.

 

Sous sortes

A part la race nominale Eos bornea  originaire des îles Ambon et Saparua on a trois sous sortes locales. L’E. b. cyanonothus originaire de l’île Buru se différencie de la forme nominale par une teinte du plumage plus foncée allant vers le rouge carmin et un plus petit format.  La juste dénomination de l’E. b. rothschildi, lori rouge de Rothschild, originaire de l’île Ceram et la dénomination de E. b. bernsteini, originaire des îles Kaai n’est possible que chez les F jeunes qui viennent de quitter le nid.  Une fois adulte ils se ressemblent et sont difficile à distinguer de la forme nominale.  L’E.b. bernsteini est plus grand que cette dernière.

 

 

Biotope

Ce sont des habitants des régions côtières où l’on trouve de nombreux arbres et arbustes très florissants et fruitiers, tels que l’Eugenia, Syzygium Paniculatum (myrtus ugni apprécié pour ses fleurs et le feuillage aromatique) et l’Erytrine.  En général les oiseaux se déplacent en groupes d’une vingtaine d’individus volant d’un sommet d’arbre à un autre à la recherche des fleurs et des fruits.  Comme supplément ils cherchent aussi des insectes et des larves.  L’élevage débute en septembre, le nid se trouve dans les sommets des arbres.

 

Investissement, soins et élevages

Les loris rouge sont régulièrement présentés à des prix raisonnables.  Très solide qui après acclimatation supportent bien nos climats d’été et d’hiver à condition de disposer d’un abri de nuit pour se protéger du gel nocturne.  Ce ne sont pas des oiseaux à tenir en groupes car ils peuvent être assez agressifs.  En couple dans une volière ils peuvent être assez jouettes et il est conseillé de fournir un ensemble de branches qui les occupera.

 

La base de la nourriture sera la bouillie pour loris et chaque jour quelques vers de farine et des fruits. Pour varier on peut prévoir du millet en grappes, du maïs tendre ou cuit.  De l’eau fraîche pour le bain est indispensable car ils adorent se baigner. De préférence ils dorment dans le nid.

 

Personnellement je prépare la bouillie pour deux mois que je conserve au congélateur.  La moitié est constitué d’une mousse de fruits tels que pommes, poire, carotte, concombres, tomates, églantiers, prunes, cerises, fraises, raisins, corinthes, peu de bananes et d’oranges. Certains fruits en période normale de production. L’autre moitié est un mélange de parts égales de Bambix, de Nutrix, de pâtée Cédé, de la pâtée insectivore Claus.  Le tout est bien mélangé et auquel j’ajoute encore quelques sachets de sucre de raisins, une bouteille de Karvan Cevitam et une bonne dose de miel de telle façon à obtenir un mélange homogène sucré. Le mélange est liquifié avec de l’eau afin d’obtenir une crème liquide.  Je prépare des petits récipients en verre munis d’un couvercle dont la capacité est de 150 cc, ce qui est suffisant pour un couple de loris.  La nuit je laisse dégeler les pots pour le lendemain, juste avant de les donner j’ajoute quelques gouttes de V 12 de Bogena et une pointe de Gistocal. Chaque couple reçoit son pot.  

 

Il y a régulièrement des résultats d’élevage avec les loris rouge, ils élèvent aussi bien en bloc naturel qu’en nid fabriqué. Celui-ci a 40 cm de haut et un diamètre d’environ 30 cm, trou d’accès de 8 cm. Sur le fond une couche de copeaux ou de grosses sciures de bois assez résistants. D’habitude il y a deux oeufs, parfois trois, la couvaison est de 28 jours et commence après la ponte du premier oeuf.  La femelle couve seule, le mâle nourrit la femelle et lui tient compagnie la nuit.  A la naissance les jeunes ont un duvet blanc  qui va tourner au gris.  Les jeunes sont bagués après quinze jours avec une bague de 7 mm, 6 mm pour l’E.b. cyanonothus.  Après 10 semaines, parfois plus tôt, les jeunes quittent le nid.  Le plumage est alors de couleur rouge terne et parsemé d’un reflet gris noir.  Le bec et l’iris sont de couleur foncée.  Bien que après une semaine ils se nourrissent ils sont encore nourrit par les parents.  Pendant la période d’élevage les parents doivent recevoir des extras sous la forme d’insectes et de larves.  Quand la femelle se remet à pondre il vaut mieux retirer les jeunes.  Trois nichées par an ne sont pas exceptionnelles.

 

Texte : H.W.J. van der Linden