La Perruche à masque écarlate ou conure mitrée

Aratinga mitrata (Tschudi 1844)

 

Description

Taille: 38 cm.

Mâle et femelle: front rouge foncé allant au rouge plus clair jusqu’à la couleur verte sur le crâne. Les lores, le pourtour des yeux finissant sur les joues, les oreillons et le cou sont rouges. 

La couleur générale du corps est verte; l’arrière tête, le cou, le manteau, la couverture alaire, le croupion et les couvertures sus caudales sont vert gazon foncé.  Le rabat, la poitrine, le ventre, les cuisses, les flancs, la zone anale et la couverture sous caudale sont vert gazon parfois parsemé de petites plumes rouges. Les rémiges sont de couleur vert gazon foncé finissant en gris. Le dessus des sus caudales est de couleur vert gazon foncé; le dessous est jaune olive. Les yeux foncés avec iris brun jaune. L’anneau oculaire nu est couleur crème. Le bec couleur corne avec une pointe gris foncé. Pattes grises brunâtres, ongles gris foncés à gris noir.

 

Sous-espèces

A. m. alticola (Chapman 1921) - Conure mitrée de Chapman

Répartition: les environs de Cusco au Pérou.

Taille: 37 cm. Ressemble à la forme nominale, mais la couleur générale du plumage est plus foncée surtout sur la couverture alaire. Le rouge est plutôt rouge foncé mais est limité au front avec quelques petites plumes rouges dans les environs des lores, autour des yeux et sur les côtés de la tête.

 

A. m. mitrata (Tschudi 1844) - Conure Mitrée

Répartition: Le centre du Pérou sur le versant Est de la cordillère des Andes, le sud du centre de la Bolivie jusqu’à l’ouest de l’Argentine.

Nom et caractéristiques: voir forme nominale

 

 

Biotope

Les flancs de montagnes et les vallées boisées attenantes à des altitudes variant entre 1000 et 2500 mètres, la sous espèce A. m. alticola peut se trouver à des altitudes encore plus élevées.

 

Statut de la population sauvage: elle reste stable.

 

Comportement dans la nature

Par couples ou petits groupes, après la saison d’élevage en plus grands groupes jusqu’à cent et plus d’individus.  Dans leur zone de répartition elles mènent une vie très active; parcourent de grandes distances à grande hauteur. Pendant l’élevage, de novembre à février, les couples se séparent. Elles nichent dans les cavités des arbres morts. Les oiseaux se nourrissent de fruits des bois, des baies, de différentes graines et de noix. Pendant le temps des moissons ils envahissent les champs de cultures surtout sur le maïs en y provoquant de gros dégâts.

 

Information générale 

La forme nominale est rare dans les volières des éleveurs d’Amérique du Sud, ceci malgré qu’il y ait eu dans le passé d’importantes importations.  Sporadiquement il y a des importations de l’ A. m. alticola mais elle reste quand même très rare en captivité. Premier résultat d’élevage avec la forme nominale en 1986 en Allemagne; nous n’avons aucun résultat avec l’alticola.

 

Dispositions légales

La Perruche à masque écarlate est considérée comme menacée et se retrouve de ce fait à l'annexe II de la CITES.

 

Comportement

Après acclimatation ce sont des oiseaux solides qui supportent même le gel léger, vivants et joueurs de nature, mais restent néanmoins farouches et peu confiants. Les jeunes oiseaux s’habituent assez vite au soigneur et deviennent assez confiants avec le temps, très fidèle en couple, entreprennent tout ensemble (voler, se nourrir, s’abreuver, se baigner); dorment au nid, très mordants, bruyants, peuvent gêner le voisinage, pas un oiseau à tenir en agglomération, aiment se baigner abondamment et cela plusieurs fois par jour.

 

Investissement et soins

L’idéal pour l’investissement de ces oiseaux est une volière extérieure métallique à grillage renforcé, un abri fermé y sera adjoint pour les protéger du froid et des dangers extérieurs, on y placera aussi le nid.  Dimensions pour la volière (longueur x largeur x hauteur) 4 x 1 x 2 m, pour l’abri 1,5 x 1 x 2 m. Dimensions du nichoir (naturel) 70 cm de hauteur, 30 cm de diamètre intérieur, épaisseur des parois 3 à 4 cm, diamètre du trou d’accès 10 à 15 cm. Le nichoir reste toute l’année car les oiseaux y dorment.

Construisez la volière en un endroit plutôt calme et un peu ombragé.  Si plusieurs couples de perruches sont dans des volières contiguës il faut prévoir un double grillage, aménagez l’intérieur de telle façon que les oiseaux ne se voient pas, on peut utiliser des panneaux durs.  Pendant les périodes sombres de l’année les oiseaux doivent disposer d’au moins douze heures de lumière.  Une fois les oiseaux bien acclimatés modifiez le moins possible l’installation, ceci est vrai pour toutes les aratingas.

 

Il faut fournir régulièrement des branches fraîches afin de satisfaire le besoin de mordre.  Renouveler journellement l’eau du bain et parfois plusieurs fois par jour.

 

Nourriture

Comme nourriture de base un mélange pour grandes perruches convient, dans lequel nous trouvons du blé, de l’orge, de l’avoine, du riz paddy, du dari rouge et blanc, du millet blanc, du niger, du sarrasin, du chanvre, du safran et quelques graines de tournesol ainsi que du maïs; ces trois derniers de préférence en graines légèrement germées. Des épis de maïs, des épis de blé et d’avoine, des graines sauvages sont également très appréciés.  Des fruits comme des pommes et des poires, des sortes de baies d’aubépines, des baies de rosiers du Japon, des carottes, des salades et du mouron sont de bons suppléments.  La pâtée à base d’oeufs ne peut manquer.  Du grit, des minéraux et des vitamines sont indispensables.  Pendant la période d’élevage la nourriture de base reste la même mais il faut renforcer la pâtée.  Quand il y a des jeunes on peut fournir des oeufs de fourmis et de la pâtée pour insectivores.

 

Elevage

Avec ces oiseaux il y a de temps en temps des résultats d’élevages, mais je connais un éleveur qui a régulièrement des jeunes au perchoir. Il n’y a pas d’indices visibles pour distinguer les sexes, pour toute certitude il faut procéder à un examen endoscopique ou par DNA.  Pour élever les oiseaux doivent avoir deux ans d’âge, mais parfois on peut attendre plusieurs années avant qu’ils ne démarrent l’élevage.  L’atout principal est de disposer d’un couple harmonieux. En général ces oiseaux sont en condition à partir d’avril, ceux qui sont tenus dans des espaces chauffés peuvent l’être toute l’année. Environ dix jours après l’accouplement le premier oeuf est pondu, les deux ou les trois autres avec un intervalle de deux jours, exceptionnellement cinq.  La femelle couve seule pendant 23 jours.  A la sortie du nid les jeunes sont couverts d’un duvet jaune qui devient gris après quelques semaines. Quand les jeunes ont 14 jours il faut les baguer avec du 7 mm.  Ils restent au nid pendant 7 à 8 semaines. Ils sont encore nourris pendant un certain temps.  Ils sont indépendants trois semaines après la sortie du nid.

 

Les jeunes oiseaux ressemblent aux parents mais le rouge de la tête est présent uniquement sur le front et les lores, l’anneau de l’iris est brun foncé, les pattes sont grises.

 

Mutations: il n’y en a pas.

 

Texte: H.W.J. van der Linden