La perruche à capuchon noir ou Hooded

Psephotus dissimilis Collet, 1898

 

Territoire

Les régions nord-est du territoire nord de la rivière Macarthur à l'ouest jusqu'au plateau Arnhem-Land (Arnhem-Land central), Australie.

 

Description de l'espèce

Taille environ 28 cm.

Mâle: Le front, les lores, la couverture du crâne et le cou sont de couleur noire. Le menton, la gorge, les côtés de la tête et le cou, de même que la partie supérieure de la poitrine sont de couleur bleu turquoise profond. Le dessous de la poitrine, le ventre, les flancs, les cuisses et la région anale sont bleu turquoise. Le dos et le croupion sont aussi bleu turquoise. Le manteau et la couverture alaire centrale sont de couleur brun terre foncé et les plumes moyennes et les petites plumes des ailes sont de couleur jaune or profond. Les rémiges primaires et secondaires sont gris foncés avec l'étendard bleu. Les sus-caudales sont bleu turquoise, les sous-caudales sont rouges avec des ourlets crème, blanc. La partie supérieure des plumes primaires de la queue sont vert olive et la fin bleuté noir. Les rectrices secondaires sont bleu vert avec les pointes d'un blanc sale. Les yeux sont pratiquement noirs avec l'iris brun et entourés d’un étroit anneau de peau nue de couleur gris foncé. Le bec est bleu gris, les pattes gris brunes et les ongles gris foncés.

 

Femelle: Le front, la couverture du crâne et les côtés de la tête sont de couleur grisâtre, vert clair se transformant en une couleur prédominante vert pâle sur la nuque et le manteau.  La région du cou et de la poitrine est de couleur vert clair, le ventre, les cuisses, les flancs et la région anale montrent bleu clair. Le dos et le croupion sont de couleur bleu turquoise, la couverture alaire est de couleur vert émeraude, paraissant un peu martelé.  Les grandes rémiges sont grisâtres avec l'étendard gris clair verdâtre. La couverture supérieure de la queue est de couleur bleu turquoise, les plumes inférieures de la queue sont rouge terne avec des ourlets crème, blanc.  La partie supérieure des plumes primaires de la queue est brune, verte et les secondaires sont bleutés gris avec les pointes blanches.  Les yeux sont plutôt noirs avec l'iris brun. Ceux-ci sont entourés par un anneau oculaire nu étroit de couleur gris foncé. Le bec est bleu gris, les pattes gris, brunes et les ongles gris foncés.

 

Classification taxonomique.

Dans le monde de l´ornithologie, la perruche à capuchon noir a été considérée de nombreuses années comme une sous-espèce de la perruche à ailes d'or (Psephotus chrysopterygius). Des examens taxonomiques approfondis par Sibley & Monroe (1990), Christides & Boles (1994), Colar (1997), Schodde (1997), Juniper & Parr (1998) et Dickinson (2003) ont fait qu'actuellement l'on possède suffisamment de matière comme preuve pour donner un statut à la perruche à capuchon noir, lui permettant de la placer dans une espèce propre Psephotus dissimilis.

 

Biotope

Le milieu dans lequel la perruche à  capuchon noir vit, est passablement le même que celui de la perruche à ailes d'or (Psephotus chrysopterygius). On les rencontre dans les régions boisées ouvertes vallonnées traversées par de nombreuses rivières et ruisseaux, les savanes accidentées mi-asséchées parsemées d'arbres, surtout de l'Eucalyptus et Melaleuca et beaucoup de termitières actives. Ces oiseaux se rencontrent aussi le long des flancs de coteaux rocailleux et dans des forêts galeries le long des cours d'eaux. Dans tout leur territoire, il y a pendant toute l'année des températures tropicales entre les 30 et 35° C et dont la valeur du degré d’humidité dans l'air varie entre 90 et 100%.

 

Statut de la population sauvage

La perruche à capuchon noir n'est signalée que localement aux périphéries de son territoire. Dans les environs de Pine Creek et de la rivière Daly, les oiseaux sont encore bien représentés. La perruche à capuchon noir se retrouve communément dans les territoires où la population originale d'Australie (= aborigènes) vit et où les feux annuels d'herbes ont lieu et où le pâturage est minimal ou autour des coteaux rocheux où la disponibilité en nourriture pendant la saison humide est relativement assurée.

Bien que la grandeur de la population totale ne soit pas quantifiée, l'on évalue le déclin continu de l'espèce de 10% en dix ans. Pour cette raison, la population peut être considérée comme menacée mais la densité de la population actuelle de l'espèce n'est pas directement alarmante.

 

La raison principale du déclin constant est le changement drastique de leur territoire de vie, principalement suite à la détention de bétail qui fait que le pâturage originel a changé progressivement en régions boisées ouvertes avec des arbres hauts (Melaleuca) et différentes pousses de graines d'origine étrangère. Régulièrement l'on parle aussi de la capture illégale des oiseaux mais bien qu’elle est plausible, ceci a des conséquences locales sur la population, elle ne peut pas être considérée comme responsable du déclin de toute la population des perruches à capuchon noir. La présence d'une grande quantité d'ennemis naturels joue incontestablement un rôle nettement plus grand. Le vol dans les nids des œufs ou des jeunes peut en grande partie être mise en compte au varan à tête noire (Veranus tristis) et à la pie-grièche (Genus Cracticus) qui se retrouvent dans le territoire où vit la perruche à capuchon noir. De même le faucon arboricole d'Australie (Falco longipennis) et les chats sauvages forment une menace sérieuse pour la  perruche à capuchon noir.

 

Manière de vivre

Les perruches à capuchon noir mènent à l'intérieur de leur territoire une existence nomade, suite à un manque périodique de nourriture à certains endroits.

Ces perruches vivent en général par couples ou bien avec leurs jeunes, mais en dehors de la saison de reproduction, on les rencontre aussi en petits groupes. On les retrouve aussi souvent en compagnie d'oiseaux appartenant au genre Artamus.

Leur nourriture est composée principalement de graines d'herbes, surtout de la famille Eriachne, et en plus différentes graines de mauvaises herbes qu'ils vont trouver au sol. Régulièrement elles picorent les graines directement du brin d’herbe ou de la grappe de graines. De même, les baies, et les bourgeons se retrouvent dans leur menu ainsi que les insectes et leurs larves.

Au point du jour, les oiseaux vont se rendre vers l'endroit le plus proche où ils peuvent s'abreuver et se baigner. Ensuite commence leur recherche de nourriture parmi les herbes et la végétation sur le sol. Lors de danger ils se réfugient directement vers l'arbre ou le buisson le plus proche. Une fois que le danger est parti, ils retournent au sol. Vers midi les oiseaux retournent dans les hautes cimes des arbres Eucalyptus ou Melaleuca, de préférence près de l'eau. En fin d'après-midi ils retournent au sol pour se nourrir et vont rendre visite à leur lieu où ils peuvent s'abreuver.

 

La saison de reproduction dans la nature va de mai à janvier. Les perruches à capuchon noir nichent principalement dans des trous qu'ils vont creuser eux-mêmes dans les hautes termitières des termites spinifex, Nasutiternes triodiae. Sporadiquement l'on a retrouvé des nids dans des trous dans des arbres.

La hauteur moyenne de ces termitières dans le territoire de la perruche à capuchon noir varie de 2 à 3,5m, mais sporadiquement l'on retrouve des monticules pouvant aller jusqu'à 5 m de haut. Le tunnel d´accès au nid est situé généralement à une hauteur entre 1 et 2 m et est généralement situé vers le nord-est. La longueur moyenne du tunnel est de 50 cm et a un diamètre variant de 4,5 à 5 cm.

Lorsque la période de reproduction approche les oiseaux creusent un début de tunnel dans plusieurs termitières. La fabrication de ce trou se fait en général facilement après la saison des pluies car la termitière est alors tendre par les nombreuses pluies de longue durée. Une fois que l'excitation de reproduction est assez forte, dans la termitière favorite, un tunnel d'entrée va alors être creusé avec à la fin une chambre de reproduction ronde ou un peu plus ovale avec un diamètre moyen de 14 à 15 cm.

 

La ponte est comprise entre 3 et 6 œufs qui sont pondus tous les deux jours. Seule la femelle couve. Une fois que le mâle approche du trou d'entrée, il appelle la femelle et va la nourrir à l'extérieur du nid. Apres une semaine de couvaison, la femelle va sortir plus souvent et plus longtemps du nid pour être nourrie et se délasser.  En cas de danger, elle quitte immédiatement le nid et va se mettre en sécurité. Seulement une fois que tout est à nouveau sûr, la femelle retourne au nid. La chaleur emprisonnée dans l'intérieur de la termitière veille à ce que les œufs ne se refroidissent pas trop. La durée de couvaison est d'environ 20 jours. Lorsqu'il y a des jeunes, ceux-ci sont nourris environ chaque heure par la femelle.  Au bout de 5 à 6 jours, la femelle est aidée par le mâle.  Les jeunes restent 4 bonnes semaines dans le nid, souvent jusqu'à ce qu'ils soient âgés de 5 semaines. Une fois qu'ils ont quitté le nid, ils sont encore nourris par les deux parents pendant environ 3 semaines. Par la suite, les petits restent encore avec les parents pendant un bon moment pour former par après de petits groupes avec d'autres juvéniles qui viennent de quitter le nid.

 

Dans la nature, la perruche à capuchon noir vit pendant la période de reproduction en même temps que le papillon de nuit, Trisyntopa neossophila. Ce papillon pond ses œufs dans le nichoir de la perruche à capuchon noir, ce qui fait que la naissance des larves est synchrone avec la naissance des petites perruches. Les larves se nourrissent des excréments et probablement aussi des écailles des plumes des jeunes et gardent de cette manière le nid propre. Même les pattes salies d'excréments des jeunes sont gardées propres par les larves. Une fois que les jeunes ont quitté le nid, les larves se déplacent vers les parois du nid pour former leurs chrysalides.

 

Information générale.

Bien que la popularité de la perruche à capuchon noir ait fortement augmenté cette dernière décennie, cette espèce est quand même plutôt méconnue en aviculture. La raison principale est probablement qu'ils ne sont pas si faciles à détenir et à faire reproduire en volière et leurs exigences élevées en soins et approvisionnement. La perruche à capuchon noir n'est pas un oiseau à conseiller pour un éleveur débutant.

On ne sait pas exactement quand ces oiseaux furent importés pour la première fois en Europe, mais probablement au début du siècle passé.  A l'automne de 1912, l'Anglais Hubert Astley a eu le premier résultat de reproduction avec la perruche à capuchon noir, son couple a élevé 4 jeunes d'une nichée de 5.  Au printemps de 1913 il a eu encore 2 jeunes à perche. Aux Pays-Bas, le Dr Polak a aussi eu des résultats avant la seconde guerre mondiale. Une fois que les jeunes étaient nés, ils avaient été déplacés sous un couple de perruches à croupion rouge (Psephotus haematonotus) qui les a élevés sans aucun problème.

Il y a différents oiseaux non purs qui circulent pour des perruches à capuchon noir. Il s'agit du résultat de reproduction de croisements entre la perruche multicolore (Psephotus varius)  et de la perruche à capuchon noir et de croisements de la perruche à capuchon noir avec la perruches à ailes d’or.  Il faut donc bien faire attention aux caractéristiques de la race lors de l'achat des futurs reproducteurs. Si vous deviez hésiter sur la pureté de certains oiseaux, consultez une personne qui connaît bien cette espèce de perruche.

 

Dispositions légales

La perruche à capuchon noir est considéré comme menacé d’extinction par la Convention de Washington et se retrouve de ce fait à l’annexe I de la CITES.

 

Comportement

Les perruches à capuchon noir supportent relativement bien notre climat, mais elles sont sensibles au temps froid et humide. Ce sont des oiseaux calmes, qui bougent beaucoup et qui sont actifs, pas farouches et qui s'habituent vite à leur soigneur. Leur voix n'est certainement pas dérangeante. Ces oiseaux aiment bien être au sol et y passent beaucoup de temps. Ils aiment se baigner et ne sont pas rongeurs. En période de reproduction ils sont agressifs vis-à-vis d'autres oiseaux. Même en dehors de la période de reproduction il n'est pas conseillé de les loger avec des congénères ou de les garder avec d’autre espèces d'oiseaux. Les jeunes oiseaux peuvent par contre être logés ensemble dans une volière. Comme règle de base, par oiseau prévoir une superficie d'un mètre carré.

 

Logement et soins

Il faut les loger dans une volière extérieure de dimensions minimales de (L x l x h) 2,5 x 1 x 2 m à laquelle est joint un abri de nuit que l'on peut fermer, sans humidité et qu'il y a moyen de chauffer avec une superficie au sol de minimum de 2 m² où il faut également prévoir le nichoir. Lors de temps, frais, brumeux et froid et lors de températures hivernales, les oiseaux doivent être logés dans l'abri de nuit fermé et avec une température minimale de 10° Celsius.

Comme matériau au sol dans la volière extérieure il est préférable de prévoir une grosse couche de sable de rivière grossier.

Une de mes connaissances loge ses couples reproducteurs dans des cages qui sont placées contre l'arrière d'une pièce intérieure chauffée. Ces cages ont une dimension de 2 m de long x 90 cm de profond et 1 m de haut.  A mon avis, au niveau longueur un peu juste mais les résultats de reproduction qu'il obtient avec ces oiseaux sont excellents. Pour ne pas restreindre encore l'espace de vol, le nid est placé à l'avant de la cage.  Il est possible d'offrir à la perruche à capuchon noir le même nichoir que celui déjà décrit pour la perruche à aile d'or. La perruche à capuchon noir, va accepter, comme parfois dans la nature, un tronc d’arbre creux pour nicher. La perruche à aile d'or par contre ne le fera pas. Pour autant que je sache, il n'y a encore aucune perruche à ailes d'or qui soit née dans un nichoir bûche.

L'espace de reproduction proprement dit d'un nichoir de construction propre doit avoir une superficie intérieure au sol de 15 x 15 cm et une hauteur d'environ 25 cm. Devant le trou d'entrée il faut encore un tunnel d'environ 10 cm de longueur et de 5 à 6 cm de diamètre. Il suffit de rendre double l'arrière ou un des cotés du nichoir et dans cette partie double l'on monte un élément électrique plat de chauffage réglable de 40 Watt. Par ce montage, il est possible d'atteindre dans le nichoir une température vers les 30° Celsius. Ne montez jamais l'élément chauffant en dessous du nichoir car s'il y fait trop chaud, les poussins n'ont nulle part ailleurs pour aller.

Du fait de leur agressivité pendant la période de reproduction, vis-à-vis d'autres espèces, il ne faut pas loger des congénères ou d’autre espèces de Psephotus directement à côté d'un couple de perruche à capuchon noir s'ils peuvent se voir. Si les volières sont séparées par des parois non translucides, alors il est possible de loger plusieurs couples l'un à coté de l'autre. Comme perchoirs vous pouvez utiliser des branches fraîches de saule ou d'arbre fruitier (non traité), ce qui occupe leur envie de ronger et empêche les oiseaux de s'attaquer à la boiserie de la volière. Il faut remplacer régulièrement les perchoirs par des nouveaux tout frais. Il faut aussi veiller à leur donner de l'eau de baignade fraîche chaque jour. Du fait que ces oiseaux passent beaucoup de temps au sol, il faut contrôler les oiseaux pour une éventuelle présence de vers et si nécessaire les vermifuger.

 

Alimentation

Comme nourriture de base, il faut présenter aux oiseaux un mélange varié de graines ou les différentes graines sont présentes suivant les quantités suivantes: 30% d’alpiste, 10% de graines d'herbes, 6% d'avoine pelée et brisée, 10% de paddy, 8% de sarrasin, 10% de millet japonais, 10% de millet rouge, 5% de chènevis, 4% de graines de tournesol, 2% de graines de lin et 5% de graines de Niger. En plus des graines sèches, donnez aux oiseaux, quelques fois par semaine, un peu de graines germées.  En plus de cela, chaque jour des légumes verts comme de la salade, du mouron, du pissenlit, de la bourse à pasteur, de la renouée persicaire, du plantain etc. .. et un peu de fruits sous forme de pomme, raisin, gratte cul et baies de sorbier. En été, des graines mi-mûres ou des épis d'avoine ou un morceau d’épis de maïs mi-mûrs est une bonne alternance pour vos oiseaux.  Donnez chaque jour un peu de pâtée à l'œuf (rationnée) éventuellement mélangée d'une même quantité de pâtée universelle. Vous pouvez éventuellement la rendre un peu plus  humide en rajoutant des graines germées, mais ne la rendez pas trop humide. Habituez aussi les oiseaux à manger des vers de farine. Dans la nature ils mangent aussi différents insectes et il s'agit d'une excellente source de protéines, calcium et phosphore.  Chaque jour deux vers de farine par oiseau sont suffisants.

Veillez aussi à ce que les oiseaux aient chaque jour de l'eau fraîche. Des graviers pour l'estomac, du grit et un bloc de [minéraux doivent toujours être à leur disposition.

En période de reproduction et de mue, les mêmes graines sont donnés mais les pourcentages sont modifiés comme suit: 40% d’alpiste, 10% de graines d'herbes, 8% d'avoine pelée et brisée, 4% de paddy, 6% de sarrasin, 10% de millet rouge, 5% de chènevis, 7% de graines de tournesol, 2% de graines de lin et 8% de graines de Niger. Une fois qu'il y a des jeunes, la pâtée à l'œuf

est donné de manière illimitée, cela veut dire autant que les oiseaux en prennent. De même le nombre de vers de farines est augmenté suivant le besoin. Rajouter des chrysalides de fourmis ou des pinkies à la pâtée à l'œuf, une fois qu'il y a des jeunes, est fortement conseillé.

 

Elevage

La reproduction avec la perruche à capuchon noir réussit régulièrement mais elle n'est pas facile. La première difficulté à laquelle l'éleveur est confronté, est le fait que chez nous, ces oiseaux se reproduisent en général pendant les mois froids, cela veut dire fin de l'automne et/ou le début du printemps. Voilà la raison pour laquelle plus haut, j'ai bien expliqué la nécessité de nichoirs chauffés et à quoi ils doivent satisfaire. Dans le logement d'élevage il doit y avoir au moins une température de 10° Celsius et la durée de lumière doit pouvoir être rallongée artificiellement à environ 15 heures. Les meilleurs résultats sont obtenus lorsqu'on donne aux oiseaux la possibilité de pouvoir choisir eux-mêmes leur partenaire. Ceci est déjà faisable avant que les oiseaux soient en âge de reproduire. Lorsque nous décidons nous même d'accoupler un mâle et une femelle, il existe la possibilité que les oiseaux ne s'acceptent pas et que la saison de reproduction ne réussisse pas. De même, des oiseaux qui ont perdu leur partenaire n'acceptent que rarement un nouveau partenaire.

Bien que dans la pratique il semble que les perruches à capuchon noir soient déjà capables d'élever ses jeunes, il est préférable d'attendre que les oiseaux soient âgés de 17 à 18 mois. Les oiseaux qui sont nés à l'automne d'une certaine année ne doivent être mis dans le circuit de l'élevage qu'au printemps deux ans plus tard. Pour les jeunes nés au printemps il faut attendre l'automne de l'année suivante.

N'accouplez pas des jeunes dont le mâle par exemple est né en automne et la femelle au printemps ou vice-versa.  Il a été prouvé que le moment où chaque oiseau d'un tel couple arrive en condition de reproduction est différent et ne correspond absolument pas.

 

Il est intéressant de recommander de placer deux nichoirs à deux différents endroits dans le logement de reproduction, de telle manière que les oiseaux puissent choisir. Sur le fond du nichoir il faut placer une grosse couche d'environ 5 cm de bois vermoulu ou de mousse de bruyère humide ou bien un mélange des deux.  Une fois que les oiseaux sont en condition de reproduction, les nichoirs vont être régulièrement inspectés. Généralement un des deux nichoirs proposés va être accepté sans problèmes par les oiseaux. Une fois qu'ils ont fait leur choix définitif, le second peut être enlevé pour être employé à un autre endroit.

Certaines femelles vont expulser une partie ou la totalité des matériaux du nid mais ceci est comparable à l'état sauvage où la femelle va creuser elle-même le tunnel et la chambre de couvaison. Souvent, au moment du choix du nichoir, l'on va pouvoir voir les premiers accouplements qui ont lieu la plupart du temps le matin tôt. Entre 10 et 15 jours plus tard, on peut  s'attendre à la ponte du premier œuf.  Les œufs sont pondus tous les deux jours. Une ponte complète comprend de 3 à 6 œufs. En  général la femelle commence à couver après la ponte du troisième œuf. Elle couve toute seule, mais c’est tout sauf une couveuse assidue. Après une semaine de couvaison, la femelle va quitter le nid pendant de plus en plus longtemps pour se faire nourrir par le mâle et se délasser. Pour cette raison, il est nécessaire de garder la température dans la chambre de couvaison à 20 degrés pendant tout le processus de couvaison afin que la ponte se refroidisse le moins possible. Pour garder le degré d'humidité suffisamment haut, il est nécessaire d'asperger régulièrement le dessous du couvercle du nichoir avec de l'eau tiède.  Selon le degré d'humidité dans la volière intérieure, 2 à 3 fois par semaine est suffisant. La période de couvaison est variable et varie entre 20 et 21 jours. Ceci tient compte de l’importance de la ponte, la non constance de la couvaison, la température intérieure de la chambre de couvaison qui est chauffée de même que les conditions climatologiques dans les volières.

 

Pendant la période de couvaison, la femelle est nourrie par le mâle qui se trouve toujours à proximité du nichoir, en général à l'entrée du tunnel du nichoir.

Une fois que les œufs ont éclos, la température à l'intérieur du nid doit être maintenue à 30° Celsius. Ceci est absolument nécessaire car la femelle ne tient pas assez chaud ses poussins et au bout d'une semaine, parfois même plus tôt, elle quitte souvent et longtemps le nid. Les deux parents nourrissent les petits.

Au bout d'une bonne semaine, leurs yeux s'ouvrent et  il est alors temps pour baguer les poussins. Diamètre de la bague 5 mm.  Une semaine plus tard, les premières hampes de la queue et des ailes font leur apparition.  A ce moment là, le corps est couvert d'un gros duvet gris. Une fois que les petits sont âgés de plus ou moins trois semaines, on peut diminuer la température dans le nid à 25°C et une semaine plus tard leur plumage est complet et la température peut alors aller vers 20° Celsius. Au bout d'environ 5 semaines les poussins quittent le nid.

 

Les jeunes perruches à capuchon noir qui viennent de quitter le nid ressemblent le plus aux femelles adultes. Les jeunes mâles sont plus difficiles à reconnaître que dans le cas de la perruche à ailes d'or, mais montrent parfois le début d'une couleur turquoise bleu sur les joues. Tous les jeunes montrent à l'intérieur des grandes plumes des ailes une ligne blanche. Une fois que les jeunes ont quitté le nid, ils sont encore nourris une à deux semaines par les deux parents.  Une semaine plus tard il faut les enlever de la volière des parents car le mâle les pourchasse. Souvent, à ce moment là, le couple commence un second tour.

Au bout d'un an et demi, les jeunes ont leur couleur d'adulte et sont eux-mêmes alors capable de se reproduire.

 

 

Mutations

Il y a trois mutations connues de la perruche à capuchon noir.  D'après moi, elles ne se retrouvent qu'en Australie. 

Il s'agit des 3 couleurs suivantes:

 

Ino

Le nom ino provient de albino et dans le cercle des éleveurs est souvent utilisé comme nom qui représente les couleurs lutino, aqua-ino et albino

La mutation SL-ino (SL= sex linked = liée au sexe) cause de grosses matrices mélanosomales malformées et sous développées dans le plumage. L'activité tyrosinase n'est cependant pas affaiblie par cette mutation, et de là provient le terme tyrosinase positive albinisme (TYR-pos). Par la grandeur déficiente et la forme des matrices, il n'y a que peu d'eumélanine qui est fabriquée, en tous les cas pas de quantités visibles à l'œil nu. Ce que l'on voit est un plumage sans pigmentation où la psittacine est arrivée complètement à développement, ce qui résulte dans la couleur lutino.

La mutation ino a une hérédité liée au sexe ou mieux, est accouplée au chromosome Z (Z désigné avant par X) et est récessive par rapport au facteur sauvage (lisez facteur ino non muté). Symbole génétique ino; forme sauvage ino+

Le mâle ino se désigne par Z ino/Z ino et la femelle ino Z ino/W  (W désigné avant par Y).

 

Cinnamon

La mutation cinnamon empêche la dernière phase de la synthèse de pigmentation par laquelle de la mélanine brune est formé au lieu de la noire.

La transmission génétique du facteur cinnamon est liée comme le facteur ino au chromosome Z et récessif par rapport au facteur sauvage (lisez facteur cinnamon non muté)

Symbole génétique cin; forme sauvage cin+

Le mâle cinnamon obtient la formule Z cin/Z cin et la femelle

Z cin/W.

 

Panaché

En me basant sur les photos, que j'ai vues de cette forme mutante, je m’en tiens à panaché dominant. La mutation panachée dominante a une hérédité autosomique et une  caractéristique dominante.

Symbole pour panaché dominant Pi; pour la forme sauvage Pi+

 

Texte: H.W.J. van der Linden