LE GENRE APROSMICTUS (Gould 1843)

 

Le genre Aprosmictus regroupe deux espèces: la Perruche érythroptère et la très rare Perruche à ailes rouges de Timor aussi appelée Perruche jonquille.

 

La Perruche érythroptère

 

Appellations

Scientifique: Aprosmictus erythropterus

Néerlandais: Roodvleugelparkiet

Anglais: Red-winged Parrot

Allemand: Rotflügelsittich

Italien: Parrocchetto alirosse

 

Description    

Taille: 32 centimètres.

Mâle: la couleur générale du corps est vert clair brillant.  Tout le dessous du corps, sous caudales incluses, est légèrement plus clair et aussi plus jaunâtre.

La couronne et la nuque sont vertes et sont voilées d'un peu de bleu. Le manteau et le haut du dos sont noirs. Le bas du dos est bleu outremer, le croupion est de la même couleur mais d'une nuance plus claire.  Les couvertures caudales sont de la même couleur que le bas du corps.

Les couvertures alaires petites, moyennes et secondaires sont rouge éclatant. Les couvertures des épaules sont noires avec un reflet vert. Les rémiges primaires et secondaires ainsi que les couvertures alaires tertiaires sont vert foncé.  L'arrondi de l'aile et les sous alaires sont vert pâle.

Le dessus de la queue et les rectrices sont vert foncé avec l'extrémité jaune. Le dessous de la queue est gris noir avec des points jaune blanc à l'extrémité des plumes.

Le bec est rouge clair et sa pointe est jaune. Les yeux ont un iris brun rouge. Les pattes sont grises et les ongles gris noir.

 

Femelle: la couleur générale du corps est vert mat. Le bas du corps est plutôt vert jaunâtre. Le manteau, le dessus du dos et la couverture alaire sont vert foncé. Les couvertures alaires présentent un liséré vert jaune plutôt vague. Le rouge se limite aux couvertures alaires les plus externes (liseré d'aile). Le bas du dos et le croupion sont bleu pâle. Les rectrices sont gris foncé sur leur dessous et l'extrémité de chacune d'elle est jaune blanchâtre.  Le miroir aperçu sur les rectrices secondaires est ourlé de rose terne. Le reste est identique au mâle.

 

 

Sous-espèces

Aprosmictus e. coccineopterus (Gould, 1865)

La Perruche à ailes rouges de Nouvelle-Guinée

Territoire d’origine: cette sous-espèce vivant en Australie septentrionale et sur quelques petites îles lui faisant face.  Se retrouve aussi sur les côtes méridionales de Nouvelle-Guinée.

Caractéristiques: Taille: environ 30 centimètres.

Mâle: pareil à celui de la forme nominale mais la couleur générale du corps est vert plus clair. Le vert de la couronne et de la nuque est porteur d'un voile bleu nettement visible. Le noir du manteau et du haut du dos présente un vert brillant.

Femelle: le vert est d'une nuance plus claire et plus mate que celui de la forme nominale, tout spécialement sur la partie supérieure de la couverture dorsale.

 

Aprosmictus e. erythropterus (Gmelin, 1788)

Territoire d’origine: la forme nominale, se tient en Australie orientale.

Nom et caractéristiques: voir forme nominale.

 

Aprosmictus e. papua (Mayer et Rand)

La Perruche à ailes rouges de Papouasie-Nouvelle-Guinée

Territoire d’origine: une autre sous-espèce que l’on rencontre sur les côtes méridionales de Nouvelle-Guinée.

Caractéristiques:

Mâle: pratiquement semblable au mâle de la sous-espèce coccineopterus mais le noir visible sur les épaules et sur le manteau est voilé de vert.

Femelle: est indiscernable de la femelle de la sous-espèce coccineopterus .

Cette sous-espèce est au centre de discussions sur la nécessité de la considérer comme telle; la majorité des ornithologues serait d'avis contraire.

 

 

 

 

Information générale

La Perruche érythroptère est relativement présente chez les amateurs.  On en rencontre toutefois en moins grand nombre que les espèces des genres Psephotus, Platycercus et Polytelis.  Cette Perruche est indiquée pour les amateurs qui ont acquis de l'expérience avec des espèces australiennes moins coûteuses.

 

L'élevage de la forme nominale et de la sous-espèce Aprosmictus e. coccineopterus est suivi en volière.  Ici aussi, l'hybridation entre sous-espèces a fait des ravages et bien des oiseaux que nous avons l'occasion de rencontrer sont des bâtards!  C'est bien dommage et il faudrait éradiquer cette façon de faire détestable.  Un conseil: assurez-vous bien lors de l'achat de Perruches érythroptères d'avoir à faire à des spécimens de race pure.

 

Dispositions légales

La Perruche érythroptère est classée comme vulnérable par la Convention de Washington, CITES, annexe II.

 

Comportement

La Perruche érythroptère est un oiseau agréable et calme en volière, elle est assez résistante et dispose d'une belle longévité: plus de vingt ans!

Elle est au mieux de sa forme lorsqu'elle peut vivre dans une volière spacieuse dans laquelle on peut admirer sa mobilité.  Logée trop petitement elle a tendance à devenir apathique en donnant une impression de mélancolie.  La Perruche érythroptère résiste bien au climat de nos régions tempérées occidentales mais elle est malgré tout assez sensible au gel et mue en général plus tôt que les autres espèces australiennes.

Il arrive que certains mâles soient assez agressifs vis-à-vis de leurs femelles respectives durant la reproduction.  Ce n'est pas une espèce qui détruit le bois et elle est peu bruyante.  Le son de sa voix est métallique et ses cris d'alarme sont malgré tout sonores lorsqu'elle estime qu'il y a danger.

Elle ne ressent pas outre mesure le besoin de se baigner mais elle aime se laisser doucher par la pluie.  Enfin il s'agit d'une espèce qui affectionne déambuler sur le sol de la volière et il faut lui faire subir régulièrement des contrôles pour voir si elle n'est pas infestée par des vers.

 

Logement et soins

La Perruche érythroptère sera détenue en couples séparés dans une volière extérieure pour chacun d'entre eux dont les dimensions minimales seront de (longueur x  largeur x hauteur en mètres) 4 x 1,5 x 2.  Un réduit pour la nuit sera accolé à chaque volière, il n'y gèlera pas et il fera 1 x 1,5 x 2 mètres. Le nichoir sera placé dans cet abri de nuit.

 

La Perruche érythroptère n'est certainement pas apte à vivre en cage, aussi grande soit elle!  Les couples peuvent être détenus, toujours séparément, dans une grande volière spacieuse en dehors de la période de reproduction; rien ne s'oppose à ce que ces Perruches y vivent en compagnie d'autres grandes Perruches australiennes, exception faite toutefois pour les Perruches à ailes rouges, les Perruches royales et toutes les espèces de Platycercus.   Il est aussi déconseillé de faire voisiner dans des volières mitoyennes les espèces précédentes, la reproduction ne donnera le plus souvent  rien de bon.  Bien que comme je vous l'ai dit plus haut, la Perruche érythroptère ne soit pas un rongeur de bois, il est préférable de lui donner régulièrement des branches de saule ou d'arbres fruitiers non traités pour qu'elle ait de quoi se délasser.

 

Alimentation

Comme base alimentaire je mélange les graines suivantes dans les proportions ci-après:

48% millet Plata

  6% millet rouge

  6% alpiste

  8% sarrasin

  4% niger

  4% chènevis

  4% paddy (riz non décortiqué)

  4% avoine (décortiquée)

  6% froment (concassé)

  2% graines de lin

  8% graines de tournesol

 

On ajoutera à cela de la pâtée aux œufs en la rationnant, de multiples verdures, surtout des graines de graminées et d'autres plantes sauvages (pissenlit, bourse à pasteur, mouron des oiseaux etc.) à moitié mûres, jamais en grande quantité.  Ensuite je conseille de donner aussi des pommes, des cynorhodons, des poivrons et des carottes. La Perruche érythroptère apprécie également l'eau à laquelle on a ajouté du miel qu'on lui présente en fontaine. L'eau de boisson sera renouvelée tous les jours et il ne faut pas oublier de fournir du gravier pour l’estomac et du grit.

 

On donne le même mélange durant la reproduction mais les pourcentages changent selon les proportions ci-dessous:

 

30% millet Plata

  4% millet rouge

12% alpiste

  6% sarrasin

  8% niger

  4% chènevis

  4% paddy (riz non décortiqué)

  8% avoine (décortiquée)

  6% froment (concassé)

  2% graines de lin

16% graines de tournesol

 

La pâtée aux œufs ne sera pas rationnée, les oiseaux en recevront autant qu'ils puissent en manger, en donner peu et plusieurs fois par jour.  On l'humectera éventuellement avec des graines germées ou des carottes râpées. On donnera aussi du pain bis rassis trempé dans le lait, du maïs trempé et des graines germées sans oublier le millet en grappes.

 

Elevage

L'élevage de la Perruche érythroptère réussit régulièrement. Les futurs reproducteurs doivent être âgés d'environ trois ans au moins. Les femelles sont parfois matures plus tôt, ce n'est certainement pas le cas des mâles; certains ne sont aptes à se reproduire qu'à partir de leur quatrième année. Le problème le plus courant est de réussir à former des couples harmonieux. Il faut placer à part  les couples qui se sont formés dès qu'on s'en aperçoit.

 

La reproduction de la Perruche érythroptère est précoce. Il est conseillé de placer les nichoirs dès le mois de février. Cette espèce préfère utiliser des nichoirs naturels d'environ 25 cm de diamètre sur 70 à 200 cm de hauteur. A défaut, elle accepte des nichoirs artificiels à base carrée de 22 cm de côté sur 70 à 200 cm de hauteur. Le trou d'envol a un diamètre de 9 à 10 cm. Le fond du nichoir doit être recouvert de copeaux de bois.  Le nichoir est placé à même le sol et en oblique.  Il faut prévoir un volet d'inspection lorsqu'on utilise des blocs de belle hauteur!  Il est conseillé de placer une plaque chauffante dans le bloc que l'on met en marche dès que les jeunes naissent car les parents quittent le nid assez rapidement et durant d'assez longues périodes.  Cette manière de faire peut se révéler néfaste à la nichée si le temps est froid.

 

Il faut lors de la formation du couple placer la femelle en premier lieu dans la volière et ensuite le mâle (jamais le contraire), cela est important lorsqu'on s'est rendu compte que les oiseaux ont des difficultés à s'entendre.  L'éleveur est parfois forcé d'intervenir lorsque le mâle est trop virulent dans la poursuite de la femelle, je conseille d'agir de la façon suivante: ayant capturé le mâle, raccourcir au moyen d'une paire de ciseaux, les rémiges d'une aile seulement ou raccourcir les rémiges des deux ailes de façon à rendre le vol plus malaisé. Cela permettra à la femelle d'éviter les attaques du mâle plus aisément et fatiguera aussi ce dernier en calmant ses ardeurs. On peut déménager le perturbateur dans une volière attenante lors des cas d'agressivité extrême.

 

Dans une situation normale, la femelle se met à pondre fin mars ou début avril.  Les œufs sont pondus à un jour d'intervalle et une ponte complète peut totaliser entre trois et six œufs. La femelle couve seule durant vingt jours. Les jeunes passent environ cinq semaines dans le nid avant de le quitter. Ils sont bagués avec le modèle de six millimètres de diamètre.  Les parents nourrissent encore leur progéniture pendant un mois.

 

Il n'est pas absolument nécessaire d'enlever les jeunes de leur volière natale; ils peuvent rester avec leurs parents jusqu'à l'année suivante, cette espèce ne faisant qu'un tour de ponte annuel.

 

Mutations

Panachée;  hérédité inconnue.

 

 

 

 

 

Perruche à ailes rouges de Timor

 

Appellations

Scientifique: Aprosmictus jonquillaceus

Néerlandais: Timor roodvleugelparkiet

Anglais: Olive-shouldered Parrot

Allemand: Timorsittich

Italien: Parrocchetto alirosse di Timor

 

Description

Taille: 35 centimètres.

Mâle: la couleur générale est vert jaunâtre. Le manteau et le dessus du dos sont vert foncé. Vues séparément les plumes montrent un liséré bleu. Le bas du dos et le croupion sont bleus.  Les couvertures alaires centrales et les petites couvertures alaires sont jaunes avec toutefois un voile vert à leur extrémité. Les couvertures alaires externes et les grandes couvertures alaires sont rouge éclatant. Le reste de l'aile est vert. Les rémiges primaires et secondaires sont vert foncé. L'arrondi de l'aile est bleu et les plumes sous les ailes sont vert jaunâtre. Le dessus des grandes rectrices est vert avec une extrémité jaune. Le dessous est gris et les plumes ont également du jaune à leur extrémité.  Les rectrices secondaires ont un miroir intérieur ourlé de jaune.

Le bec est rouge clair et son extrémité est jaune. Les yeux ont un iris orangé. Les pattes sont gris foncé et les ongles gris noir.

 

Femelle: identique au mâle mais les plumes vert foncé du manteau et du dessus du dos n'ont pas de liséré bleu. L'arrondi de l'aile est vert. L'iris de l'œil est légèrement plus foncé, d'un orangé brunâtre.

 

Sous-espèces

Aprosmictus j. jonquillaceus (Vieillot, 1818)

Territoire d’origine: Ne se rencontre que sur l'île de Timor en Indonésie.

Nom et caractéristiques: voir forme nominale.

 

Aprosmictus j. wetterensis (Salvadori, 1891)

Perruche à ailes rouges de Wetar

Territoire d’origine: Uniquement sur l'île de Wetar en Indonésie. 

Caractéristiques: Taille: 34 centimètres.

Mâle: identique à celui de la forme nominale mais les couvertures alaires centrales et les petites couvertures alaires sont pratiquement vertes et ne montrent qu'un peu de jaune. Le rouge des ailes est nettement moins intense.

Femelle: pareille à celle de la forme nominale mais les couvertures alaires n'ont pas de jaune.

 

Information générale

Rare en volière.  Les deux formes sont rarement aperçues dans les collections privées.  Cela en fait des espèces pour amateurs très avertis qui ambitionnent d'en faire l'élevage. Les spécimens importés en Europe par le passé ont souvent souffert du ver solitaire et la mortalité était dramatiquement élevée.

 

Dispositions légales

La Perruche érythroptère est classée comme vulnérable par la Convention de Washington, CITES, annexe II.

 

Comportement

Le comportement de cette espèce correspond à celui de la Perruche érythroptère mais elle est encore plus sensible au froid et au gel. Son cri est moins sonore.

Les jeunes nés en Europe se montrent bien robustes une fois acclimatés selon les règles.

 

Logement et soins

La Perruche à ailes rouges de Timor sera détenue en couples séparés dans une volière extérieure pour chacun d'entre eux dont les dimensions minimales seront de (longueur x largeur x hauteur en mètres) 5 x 1,5 x 2. Un réduit pour la nuit sera accolé à chaque volière, il fera 1 x 1,5 x 2 mètres. Il faudra pouvoir le chauffer pour que la température ne descende jamais sous 5° Celsius durant la reproduction. On y placera le nichoir.

Il vaut mieux ne pas faire voisiner cette espèce (comme la précédente) avec des Perruches royales, d'autres Perruches à ailes rouges et des espèces de Platycercus.     

 

Alimentation

On donnera la même nourriture de la même manière que celle prévue pour la Perruche érythroptère.

 

Elevage

L'élevage de la Perruche à ailes rouges de Timor réussit sporadiquement. Le nombre de reproducteurs présents dans les volières européennes joue un grand rôle à ce sujet.  Au plus il y en a, au plus grandes seront les chances d'enregistrer de réussites.

Le Dr Burkard, un Suisse, en est déjà à la quatrième génération et il assure que l'élevage de cette espèce n'est pas spécialement difficile.

 

Les reproducteurs doivent être âgés au minimum de trois à quatre ans pour bien faire. Le même Dr Burkard prétend également que la Perruche à ailes rouges de Timor a une préférence pour un nichoir de taille moyenne, 60 à 70 centimètres serait amplement suffisant d'après lui. Le diamètre intérieur idéal est de 25 centimètres et le trou d'envol varie entre 9 et 10 centimètres.

 

La saison de reproduction de la Perruche à ailes rouges de Timor débute en avril et une ponte normale comprend de trois à cinq œufs qui sont couvés durant vingt jours. Les jeunes passent encore trente cinq jours au nid après leur naissance. Diamètre de la bague: 6 millimètres. Enfin les jeunes sont encore nourris par leurs parents durant quatre semaines après l'envol du nid.

 

Mutations: aucune

 

 

Texte: H.W.J.  van der Linden