LA PERRUCHE A VENTRE ORANGE

 

Appellations

Scientifique: Neophema chrysogaster (Latham, 1790)

Néerlandais: Oranjebuikparkiet.

Anglais: Orange-bellied parrot

Allemand: Goldbauchsittich; Orangebauchsittich.

 

Répartition

Le sud-ouest de  la Tasmanie et la partie côtière de l’état Sud-Australie du sud-est et la partie côtière de l’état Victoria du sud-ouest; aussi l'île King et le groupe d'îles Hunter dans le détroit de Bass.

Description

Taille: 20 cm.

Le male: le front montre une double bande celle du bas est de couleur bleu outremer profond avec juste au-dessus une bande fine bleu ciel qui est faiblement frappante. Les deux vont jusqu'à l'œil. Le dessus du crâne, cou, manteau, croupion, et la couverture alaire sont de couleur vert gazon. La région entre l'oreille et les yeux, les joues, et la poitrine sont verdâtre jaune qui vire vers un jaune terne sur le ventre, flancs, cuisses et la région anale. Au centre sur le ventre il y a une tache orange rouge étendue.

La courbure de l'aile et le bord de l'aile sont d'un bleu outremer profond qui correspond à un bleu ciel foncé. Les rémiges sont noires avec l'étendard bleu foncé. La couverture du dessus de la queue est de couleur vert gazon. La couverture du dessous de la queue est jaune. La partie supérieure du milieu des plumes de la queue est de couleur vert gazon avec un reflet bleu; la partie inférieure est grise noire.

L'iris est brun foncé, le bec grisâtre brun, la cire brun gris, les pattes grises et les ongles gris noir.

La femelle: Elle ressemble en grandes lignes au mâle mais elle n'a pas la bande bleu ciel de la bande frontale. La couverture du dos est de couleur vert gazon foncé et la tache du ventre est nettement plus petite et teintée orange plus clair.

 

Dispositions légales

La perruche à ventre orange est considérée comme menacée d’extinction et se retrouve de ce fait à l’annexe I de la CITES.

Information générale

Elle est très rare en captivité et n'est probablement plus présente dans les collections en Europe. Elle est encore détenue en Australie accidentellement par quelques amateurs au sud du continent.
Il y a une quinzaine d'années, au sud de l'Australie, sous le commandement de scientifiques, quelques complexes de volières ont été construits avec comme but de faire reproduire ces oiseaux et ainsi éviter que la perruche à ventre orange ne disparaisse complètement. Les premières années, la plus grande partie des jeunes élevés sont morts suite à la maladie du bec et du plumage, (PBFD = Psittacine Beak and Feather Disease), un fameux virus que nous connaissons également en Europe. De même, les hivers froids dans cette région, où le projet avait été mis sur pied, avaient un effet néfaste sur le résultat final. Une fois que les volières ont été déplacées et que leur quantité a encore été agrandie, cela s'est amélioré et chaque année, quelques dizaines de perruches ont pu être relâchées dans la nature.

 

Comportement

Ce sont des oiseaux calmes, pacifiques et qui font peu de bruit. Ils
appartiennent aux oiseaux les moins actifs du genre Neophema, ce qui fait qu'ils ont tendance à devenir trop gros. Ces oiseaux descendent beaucoup au sol. Ils se baignent généralement une fois par jour, mais souvent pendant un long moment. Ils se reproduisent relativement bien en captivité. Ils sont exceptionnellement sensibles à différentes infections dont les parasites intestinaux. Les oiseaux meurent aussi souvent sans raisons apparentes.

Logement et soins

Ils doivent être logés dans de grandes volières de minimum (Lxlxh) 5 x 2 x 2 m terminé par un abri de nuit chauffé d'environ 2 m x 2 m de superficie au sol où il est possible de chauffer à environ 20 degrés Celsius pendant les périodes froides de l'année. La volière extérieure doit être plantée de quelques espèces d'herbes hautes et de quelques buissons solides.

A. Brummelen, aux Pays-Bas, qui détenait quelques perruches à ventre orange début des années 70 mentionne qu'il logeait les oiseaux dans des volières de 5 m et que les oiseaux ont passé l'hiver 70/71 dehors. Fred Lewitzka en Australie a détenu trois couples dans les années 1968-1974 dans une volière de 9,5 m x 2,5 x 2,5 m plantée d'herbes et de buissons avec une volière intérieure attenante de 2,5 m de longueur. Donc il ne faut pas loger ces oiseaux dans des cages d'élevage. Il faut leur donner chaque jour de l'eau de baignade propre. Les fientes doivent être contrôlées régulièrement dû à leur sensibilité aux différentes maladies.

Alimentation

II faut leur fournir une alimentation pauvre en graisse, différentes espèces de millet, aussi du millet japonais, de l’alpiste, de l'avoine, du paddy, du carthame, du dari rouge et blanc, différentes graines d'herbes, peu de graines de niger, de chanvre et de tournesol. En plus de cela, de la pâtée à l’œuf (rationnée) et différentes graines d'herbes mi-mûres et d'herbes sauvages mi-mûres entre autres cochléaria, persicaire et du mouron de même que du millet en grappes et aussi des graines de tournesol mi-mûres. Chaque jour de l'eau fraîche, du gravier pour l'estomac et du grit. Pendant la période de reproduction, il faut donner plus de pâtée à l’œuf, du vieux pain brun trempé dans le lait et des graines germées dont entre autre du millet en grappes germé.

Elevage

II est possible en captivité mais les résultats d'élevage sont rares.  A. Brummelen aux Pays-Bas a eu dans le courant de deux saisons de reproduction, d'un accouplement d'un male à poitrine orange et d'une femelle perruche à bouche d’or, un jeune bâtard qui a survécu. J.Postema aux Pays Bas a eu en 1972 de son couple 5 jeunes mais un seul a survécu. Fred Lewitzka avait fin des années 60 trois couples de poitrine orange. Deux femelles ont pondu pendant cinq ans des œufs non fécondés. En janvier 1973, une des femelles a à nouveau pondu. Cette fois-ci 4 œufs et 3 jeunes sont nés au bout de 21 jours de couvaison, un jeune est mort encore le même jour. Un œuf était non fécondé. Au bout d'une période de 38 jours passé au nid, le premier jeune a quitté le nid et quatre semaines plus tard les deux jeunes étaient indépendants.
En 1974, le même couple a refait une couvée. Un jeune est arrivé à terme. Le nichoir (une bûche naturelle) qui a été employé par les parents avait une hauteur de 23 cm et un diamètre de 10 cm, le trou d'entrée avait 5 cm.

En Australie, lors du programme de sauvegarde (voir information générale), des nichoirs naturels avaient aussi été employés avec un diamètre de 10 cm. Les perruches à ventre orange ont apparemment une nette préférence pour des nichoirs naturels.
Le diamètre des bagues pour ces oiseaux est de 4 mm

Mutations: aucune

 

Texte : H.W.J. van der Linden