LA CONURE COURONNÉE

 

La plus détenue de toutes les espèces du genre Aratinga, que ce soit pour l'élevage ou le plaisir d'en détenir, est Aratinga aurea.  La première réussite d'élevage en captivité date de 1880!  Elle se produisit en Allemagne. La conure couronnée est renommée pour ses qualités qui en font une espèce recommandée  pour les débutants dans l'élevage de perruches.  Sa particularité de pouvoir être facilement apprivoisée fait qu'elle est aussi souvent présente en solitaire dans une grande cage dans la salle de séjour de son maître.

 

Appellations

Scientifique: Aratinga aurea

Néerlandais: Goudvoorhoofdparkiet

Anglais: Peach-fronted Parakeet

Allemand: Goldstirnsittich

Italien: Conuro frontedorata

 

Description

La conure couronnée mesure plus ou moins vingt-six centimètres de longueur. Le mâle est identique à la femelle. L'orange du front recouvre pratiquement toute la largeur de la base du bec et  s’étend jusque vers le centre de la couronne. Une autre zone de couleur bleu terne débute à cet endroit précis pour se terminer dans la nuque en se diluant dans la couleur vert d'herbe sombre de celle-ci.

Plus en détails:

Couleur générale du corps: vert.

Manteau, couverture alaire, croupion et dessus de la queue: vert d'herbe sombre.

Joues, gorge et poitrine: vert olive clair avec une teinte gris bleuté.

Bas de la poitrine, ventre, flancs, cuisses et région anale: jaune verdâtre. La frontière des couleurs qui ornent la poitrine est bien nette.  Les sept rémiges externes sont de la couleur du bleuet. Les autres pennes et les plumes de couverture alaire primaires sont vertes pour se terminer toutefois en bleu foncé.

Dessus des grandes caudales: vert d'herbe sombre avec un reflet bleuâtre brillant à leur extrémité.

Dessous des grandes caudales: jaune olivâtre à l'exception des caudales primaires allongées qui sont grises en dessous.

Yeux: brun foncé avec un iris jaune orangé.  Chaque œil est entouré d'un cercle de petites plumes orangées avec entre ce cercle et l'œil proprement dit, un autre cercle fort ténu de peau nue.

Bec: gris noir.

Pattes: grises.

Ongles: gris noir.

 

Sous-espèces

Certains auteurs décrivent deux sous-espèces; beaucoup d'autres contestent cela en n'en citant qu'une.

Voici les détails:

 

Aratinga a. aurea (Gmelin 1788). 

Des provinces brésiliennes de l'Amazone, du Mato Grosso, de Sao Paulo au Pérou sud oriental, à l'est de la Bolivie et au nord de l'Argentine. Forme nominale.

 

Aratinga a. major (Cherrie et Reichenberger 1923).

La soi-disant grande conure couronnée. Vivrait au Paraguay septentrional. 

Description sommaire: taille trente centimètres. 

Cette sous-espèce est hypothétique, voir plus haut.

 

Biotope

La conure couronnée vit dans les grands espaces comme les steppes désertiques ou semi désertiques; les savanes plantées d'arbustes épars, d'arbres, de cactées, de végétation rabougrie. Il s'en trouve aussi à l’orée des forêts de feuillus et dans les endroits habités par l'homme, exploitations agricoles, parcs et jardins.

 

Comportement dans la nature

La conure couronnée est une espèce que nous qualifierons de commune. Ces oiseaux vivent en couples ou en petits groupes pouvant aller jusqu'à une cinquantaine d'individus. Les couples s'isolent toutefois durant la période de reproduction.

 

La nourriture consiste en noix, graines, baies, insectes et leurs larves.  Il est un fait que la conure couronnée occasionne bien des dégâts aux plantations humaines, ce qui ne la rend pas sympathique aux fermiers.  Nicher se fait dans les cavités d'arbres mais aussi dans les nids de termites arboricoles.

 

Cites

Appartient aux espèces fragiles et est cataloguée de ce fait à l'article 3a de la Liste II.

 

En volière

Nous avons ici à faire à une espèce assez robuste qui peut résister à un gel léger durant une courte période.

 

La Conure couronnée est agréable et peu exigeante. Elle n'est pas farouche et pas bruyante comme les autres Aratingas. Elle ronge toutefois le bois et cela c'est un point négatif à mettre à son compte.  Elle s'habitue rapidement à son maître mais peut se révéler agressive durant la reproduction envers d'autres espèces d'oiseaux. On peut détenir la Conure couronnée avec d'autres espèces plus grandes en dehors de la période des nids: Amazones et Piones entre autres. Espèce débordante d'énergie, elle dort dans son nichoir et aime se baigner.

 

Il faut la détenir de préférence dans une volière extérieure doublée d'un appentis maintenu hors gel. Ce dernier doit avoir une surface au sol d'au moins un mètre carré.  Les dimensions minimales de la volière extérieure doivent être (longueur x largeur x hauteur) 2 x 1 x 2 en mètres. Pendre le nichoir dans la partie intérieure à l'abri du gel, il servira de dortoir également. Il faut préférer une section de tronc d'arbre à la paroi épaisse; un nichoir fait de planches solides sera aussi accepté; il fera 35 à 60 cm de hauteur et sa dimension intérieure sera de 22 à 25 cm, le trou d'envol aura un diamètre de 6 cm. Il est préférable d'arranger l'endroit de façon à ce que les oiseaux du couple n'aperçoivent pas leurs voisin(e)s. Les volières mitoyennes seront séparées par un double treillis dont l'intervalle sera d'au moins 3 cm.

 

L'hiver venu, il faut adapter la durée de l'illumination diurne à 12 heures. Donner régulièrement des branches fraîches d'arbres fruitiers pour satisfaire leur besoin de ronger. L'eau de boisson doit être renouvelée quotidiennement.

 

Alimentation

La nourriture principale de l'espèce est basée sur un bon mélange de qualité pour grandes perruches. On y ajoute beaucoup de fruits, surtout des pommes, des poires et des mangues. La conure couronnée apprécie les baies de buisson ardent, d'églantier, de sorbier des oiseleurs; elle mange aussi avec plaisir des fraises et des framboises.  Carottes, épis de maïs verts et froment encore vert lui aussi, sont également appréciés comme toutes les céréales d'ailleurs. On peut aussi donner des graines de santé et des graines germées. La pâtée aux oeufs sera donnée avec parcimonie et on pourra y mélanger une once de pâtée universelle avec quelques insectes lyophilisés.  Humecter la nourriture molle avec du maïs germé et du soja vert. Durant la reproduction on cessera de rationner la pâtée aux oeufs et on donnera aussi du pain trempé.

 

Enfin l'eau de boisson et de bain sera toujours fraîche.  On donnera aussi du gravier, du grit et un bloc de minéraux.

 

Élevage

L'expérience taxe la conure couronnée d'espèce facile à faire reproduire. Les reproducteurs doivent avoir au minimum un an et demi à deux ans d'âge.

 

La période de reproduction débute fin mars ou début avril. La femelle pond communément trois ou quatre oeufs qui sont pondus à un jour d'intervalle. Il n'y a que la femelle qui couve. Le mâle lui tient toutefois compagnie durant la nuit dans le nichoir. L'incubation est de 23 jours.

 

Les jeunes ont un duvet blanchâtre à la naissance, celui-ci devient grisâtre au fil des jours qui passent. Il faut baguer les jeunes dès leur quatorzième jour (5,4 mm). Les yeux s'ouvrent à trois semaines. Le temps passé au nid avoisine largement sept semaines. Lors de l'envol, les jeunes sont complètement emplumés mais le cercle oculaire orangé est encore absent. Dès ce moment, les jeunes conures couronnées se nourrissent déjà seules sous l'œil attentif de leurs parents qui les alimentent encore durant un certain laps de temps.

A ce moment là, la femelle débute souvent une seconde ponte.

 

Si le père laisse ses jeunes en paix, on peut les laisser ensemble, dans le cas contraire il faut séparer. On a connaissance de trois nichées annuelles!

 

Mutations

On ne connaît pas de mutation de cette espèce à l'heure actuelle.

 

Texte: H.W.J. van der Linden