Conure Jamaïcaine

 

Aratinga nana (Vigors 1830)

 

 

Description

Taille 26 cm. Mâle et femelle: couleur générale du corps vert. Front, couronne, cou, côtés latéraux, manteau, couverture alaires et les rectrices supérieures de la queue sont de couleur vert gazon foncé. Les joues, les oreillons et le croupion sont d’un vert plus clair. Le menton et la gorge sont verts voilé de brun,  le haut de la poitrine est de couleur brun olive se prolongeant en vert olive sur le bas de la poitrine, le ventre, les flancs, les cuisses et la zone anale.

La trace qui sépare les couleurs est très marquée sur le milieu de la poitrine, le dessous de la queue est vert gazon. Les rémiges sont de couleur vert gazon se terminant en bleu profond. Les grandes rectrices sont sur le dessus vert gazon foncé et sur le dessous jaune olive. Les yeux foncés avec l’iris orange entouré d’un anneau oculaire nu de couleur blanc. Le bec est de couleur corne avec un peu de gris à la base de la mandibule supérieure et de chaque côté de l’inférieure, le bout est gris foncé. Les narines sont grisâtres avec quelques petites plumes orange sur le pourtour. Les pattes sont grises et les ongles gris noir.

 

Sous-espèces

A. n. astec  (Souancé 1857) - conure aztèque

Répartition: Se trouve depuis les régions de Veracruz Mexico le long de la côte Sud des Caraïbes jusqu’à l’Est du Panama.

Caractéristiques générales: Taille 24 cm; ressemble à la conure jamaïcaine mais la poitrine est d’un brun olive, le ventre brun olive jaunâtre, la zone anale et les cuisses sont vert gazon foncé. Bec plus petit, le gris est bien marqué.

 

A. n. nana (Vigors1830) - conure jamaïcaine

Répartition: Se trouve en Jamaïque.

Caractéristiques générales: Voir forme nominale.

 

A. n. vicinalis (Bangs & Penard 1919) - conure aztèque orientale

Répartition: Nord-est de Mexico.

Caractéristiques générales: Taille 24 cm. Dos vert gazon clair; poitrine gris olive clair; ventre vert jaunâtre.

 

Biotope

Milieu humide, tropical, bois humide le long des berges calcareuses jusqu’à des altitudes de 800 m.

Dans les régions de cultures et des vergers.

 

Statut des populations sauvages: encore assez abondante.

 

Mode de vie

En dehors de la saison d’élevage en groupes d’une trentaine d’oiseaux et parfois même d’une centaine. En élevage, d’avril - mai, les couples se séparent des groupes. Elles nichent dans les termitières, les oiseaux y creusent des galeries assez profondes qui se terminent par la chambre d’élevage. La nourriture est à base de graines, des fruits, des baies, des noix, des verdures.  Au moment des récoltes elles s’attaquent au blé et au maïs.

 

Information générale

Cette perruche est assez rare chez les éleveurs et la sous-espèce A. n. astec l’est encore plus. La sous-espèce A. n. vicinalis a probablement disparu des volières Européennes. Il y a quand même des résultats d’élevages connus de ces deux sous-espèces. Le premier élevage au monde avec la nana eut lieu en 1986 en Allemagne et avec l’aztèque en 1903 en Jamaïque.

 

 

Comportement

Oiseaux solides et à caractère calme dès qu’ils sont acclimatés au milieu.  Sauf en cas de menaces ou de perturbations le cri est moyen. Mordant moyen.  En dehors de la période d’élevage ils sont très tolérants vis à vis d’autres oiseaux de même envergure. Grande fidélité entre les partenaires, ils font tout ensemble. Ne se baigne pas ou rarement.

 

Logement et soins

Par couple en volière extérieure de minimum 2,5 x 1 x 2 m avec abri de nuit de 1 x 1 x 2 m évitant le gel et garantissant une luminosité de 12 heures. Moyen mordant ils ne nécessitent pas obligatoirement une volière en métal. Si les volières sont contiguës il faut prévoir des parois fermées pour les abris et au minimum un double grillage pour l’extérieur.  Bien que nichant dans les termitières elles acceptent des nids de forme horizontale de 25 cm de haut, de 25 x 35 cm de base avec un trou d’accès de 7 cm de diamètre. Comme garniture des déchets de bois vermoulu, pas de tourbe.  Pour se rapprocher du milieu naturel on peut aussi donner comme nid un tronc de saule qui présente des cavités de telle façon que les oiseaux pourront y creuser des galeries.  Le nid est placé dans l’abri de telle façon que les oiseaux s’y sentent en sécurité. Un premier signe d’acceptation du nid est le fait que les oiseaux y dorment.  Il faut régulièrement fournir des branches fraîches.  Bien qu’ils ne se baignent pas il est quand même conseillé en été de placer un récipient contenant de l’eau.

 

Nourriture

Comme base de celle-ci un mélange pour grandes perruches dans lequel il y a: du blé, de l’avoine, du paddy, du dari blanc et rouge, du niger, diverses sortes de millet, de l’alpiste, du sarrasin, quelques tournesols. Des graines germées et trempées. Des épis de maïs à moitié mûr, de blé et d’avoine en épis. Des fruits comme des pommes, des baies de rosiers du Japon, des baies d’aubépine, des baies de sorbier.  Des carottes, des scaroles et d’autres verdures.  Journellement des pâtées à base d’oeufs, d’insectes avec crevettes séchées.

De l’eau fraîche, du grit, des écailles, des minéraux doivent toujours être à la disposition des oiseaux.  En période d’élevage il faut renforcer la quantité de pâtée, du pain trempé dans du lait est aussi apprécié.

 

Élevage

C’est sporadiquement que cet élevage réussit. La détermination des sexes nécessite un examen endoscopique ou ADN. Pour l’élevage les oiseaux doivent avoir deux ans, mais il y a des cas ou il faut attendre plusieurs années. Les oiseaux sont en condition dès le mois d’avril, parfois un peu plus tard. La ponte peut varier de 3 à 5 oeufs.  La couvaison est de 23 jours par la femelle seule.  A la naissance les jeunes ont un duvet blanchâtre qui ensuite devient grisâtre. Après 14 jours apparaissent les bases des premières plumes, c’est aussi le moment de les baguer avec du 6 mm. Les jeunes sont plumés après six semaines et quittent le nid une semaine après et sont encore nourris pendant un certain temps par le mâle. Ils sont indépendants trois semaines après avoir quitté le nid. Les jeunes sont entièrement verts, l’iris est foncé. Le plumage se colorie après trois mois.  Deux pontes par an sont possibles.

 

Mutations: il n’y en a pas.

 

Texte: H.W.J. van der Linden