Caïque à tête orange

Pionites leucogaster (Kuhl, 1820)

Description

Format: environ 23 cm

Mâle et femelle: tête, partie supérieure de la région de l'oreille et cou orange. Région entre les oreilles et les yeux, côté du cou et région de la gorge, jaune. Manteau, dos et plumes couvrant le dessus de la queue vert foncé, de même que les ailes.

Le plumage de la poitrine et du ventre est de couleur blanc crème, il  a un aspect duveteux (pointe de la plume blanche et effilochée, base jaune clair). Les flancs et les cuisses sont verts et les plumes du dessous de la queue jaunes. Les grandes rémiges et la couverture alaire primaire sont bleu violet finement bordées de vert foncé. La partie supérieure des grandes plumes de la queue est vert foncé, la partie inférieure gris noir. Ils
ont des yeux foncés avec l'iris rouge prune entouré d'un cercle nu de couleur blanchâtre rose. Le bec et la cire sont de couleur corne. Les pattes sont de couleur chair et les ongles de couleur corne.

 

Sous-espèces

Pionites l. leucogaster (Kuhl, 1820)

Territoire d'origine : Le nord du Brésil au sud de la rivière Amazone dans la province Para au Nord-est du Mato Grosso et la partie orientale de la région Amazonienne.

Nom et caractéristiques : voir forme nominale.

Pionites l. xanthomeria (Sclater, 1958)
Caïque à tête orange à cuisses jaunes.

Territoire d'origine: au sud de l'amont de la rivière Amazone dans la province Amazonas, ensuite à l'ouest jusqu'à l'est de l'Ecuador, Pérou et le Nord de la Bolivie.

Caractéristiques : le mâle et la femelle se distinguent du leucogaster par les flancs et les cuisses jaunes. Le cercle oculaire nu est grisâtre. Le bec est de couleur corne mais est un peu plus teinté de gris à la base. Les pattes sont gris foncé et les ongles sont gris noir.

Note: Certains oiseaux appartenant à cette sous-espèce ont le cercle oculaire
nu de couleur foncé mais il y en a aussi où ce cercle est de couleur clair, donc blanchâtre rose; nous connaissons aussi ce phénomène chez la perruche jendaya (Aratinga jandaya).

 

Pionites l. xanthurus Todd, 1925

Caïque à tête orange à queue jaune.

Territoire d'origine : le territoire du xanthurus est coincé entre les territoires du leucogaster et du xanthomeria.

Note: aux frontières des différents territoires, des formes hybrides apparaissent: au nord et à l'ouest entre les sous-espèces xanthurus et xanthomeria, au sud-est entre leucogaster et xanthurus.

Caractéristiques : identique au leucogaster, mais de couleur un peu plus terne dans son ensemble. Les flancs, cuisses et les plumes du dessous de la queue sont jaunes de même que les parties supérieures et inférieures des grandes plumes de la queue. Le croupion et les plumes de la couverture supérieure de la queue sont verts mais tachetés de jaune.

 

Information générale

Le caïque à tête orange n'a été importé que de temps en temps et en petite quantité et n'est donc présent qu'en petite quantité chez les amateurs. Il est en tout cas plus rare que le caïque à tête noire. On n’en trouve en général que chez les amateurs qui se sont intéressés spécialement à l'élevage de ces caïques. Bien que les oiseaux bien acclimatés ou élevés en captivité soient très solides et qu'ils puissent atteindre un âge raisonnable (30 ans et plus), ils conviennent, d'après moi, moins bien pour les amateurs débutants.

Note: aux frontières des territoires de P. leucogaster et P. melanura, les 2 espèces s'hybrident entre elles.  Certains ornithologues supposent que P. l. xanthomeria serait un produit du croisement des 2 espèces.

 

Comportement

C'est un oiseau très vivant, agile dans ses mouvements, ses capacités de grimper sont sans égal et contrairement à la plupart des psittacidés, il n'emploie pas son bec. Il est très curieux de nature et adore ronger. Il est également fort bruyant et émet un son dérangeant et strident. Ces oiseaux dorment dans leur nichoir. Si on les compare à d'autres psittacidés, ils mangent beaucoup par rapport à leur taille. Il n'est pas tolérant envers d'autres psittacidés mais supporte d'autres espèces de Pionites en dehors de la saison de reproduction.

Un couple de caïques est inséparable. Ils font tout ensemble: manger et boire ensemble, se baigner ensemble, ils sont toujours perchés l'un à côté de l'autre, ils dorment ensemble et lorsqu'ils commencent à crier, et ils font cela très bruyamment, ils le font aussi ensemble. Je ne connais pas d’autre oiseau chez qui le désir de compagnie d'un oiseau de sa propre espèce soit aussi fort que chez le caïque.
Déjà rien que pour cette raison, il serait impensable de tenir un tel oiseau seul et de ne pas témoigner d'amour pour ses oiseaux.

 

Logement et soins

II faut les détenir par couples en volière avec un abri de nuit attenant. Du fait de leur envie de ronger, il est préférable de détenir ces oiseaux dans des volières en métal avec un abri de nuit en briques. La volière doit avoir au moins  (longueur x largeur x hauteur) 2 x l x 2 m et leur abri de nuit au minimum l x l x 2 m. Il faut aménager les volières intérieures de telle manière qu'il soit possible de les chauffer à 15°C pendant les mois d'hiver. Les oiseaux peuvent sans problème sortir à l'extérieur pendant les mois froids mais doivent aussi avoir la possibilité d'éviter le froid. Les caïques à tête orange ne peuvent pas être détenus en solitaires dans une cage (voir comportement).

Des caïques qui viennent d'être importés doivent être acclimatés avec soin. Ceci n'est pas très facile car certains sont particulièrement difficiles dans leurs préférences mais il y en a d'autres qui essayent tout ce que nous leur présentons. En général, ils préfèrent les grosses graines aux petites et les fruits aux légumes. En général, ils acceptent directement les graines de tournesol, les épis de maïs mi-mûrs, les pépins de pommes et les noix. Ceci est également valable pour la pomme, banane, raisins trempés et figues non sulfurés.
Ils aiment aussi boire de l'eau dans laquelle on a dilué du miel. Au bout d'un moment il faut élargir leur menu avec un mélange de graines plus varié de même qu'avec des légumes (voir alimentation). Surtout au début, certains oiseaux peuvent être des pensionnaires difficiles et cela peut prendre des mois avant qu'ils n'acceptent une nourriture qu'ils ne connaissent pas.
Pendant la période d'accoutumance veillez à leur procurer une température
constante de 20 ° C. Des caïques complètement acclimatés et des exemplaires nés en captivité ne sont vraiment pas compliqués au niveau nourriture et mangent tout ce qu'on leur présente.

Le nichoir dans lequel les oiseaux vont passer la nuit et probablement reproduire doit être pourvu d'une couche de bois vermoulu ou de copeaux de bois et doit être suspendu le plus haut possible dans l'abri de nuit, mais de telle façon que les oiseaux puissent quand même encore se percher dessus.

En opposition avec la plupart des perruches sud-américaines, qui ont une nette préférence pour un nichoir naturel, le caïque à tête orange accepte assez facilement un nichoir boite. Les parois des nichoirs doivent avoir au moins 4 cm d'épaisseur.

Cette épaisseur de parois est nécessaire car les oiseaux rongent les parois intérieures. Mesures d'un nichoir boite: hauteur 50 cm, surface de base 20 x 20 cm, diamètre du trou d'entrée: 6 cm. Les mesures d'un tronc naturel sont: hauteur 50 cm, diamètre intérieur 23 à 25 cm, diamètre trou d’entrée 6 cm.

Des branches fraîches de saule ou des branches d'arbres fruitiers (non pulvérisées) pour ronger doivent être présents en grande quantité. Ces oiseaux aiment se baigner et même plusieurs fois par jour, ce qui fait que de l'eau fraîche doit toujours être présente. Eventuellement il faut prévoir une installation d’arrosage.

 

Alimentation

Pour l'alimentation de caïques à tête orange, il faut avoir un équilibre dans la quantité de graines et la quantité de fruits et légumes et en plus leur fournir des graines germées et de la pâtée à l'oeuf.

Concernant le mélange de graines, il faut préparer un mélange de 20 % de carthame, 5 % de graines de tournesol, 25 % de dari, 10 % de paddy, 10 % d'avoine pelée, 5 % de froment, 5 % de sarrasin, 5 % de chanvre, 5 % d’alpiste, 5 % de millet et les 5 derniers % sont constitués d'arachides non grillées et pelées et quelques noix cassées. Pour ce qui est de la partie fruit, on peut choisir entre pomme, poire, orange, banane, raisin, cerises, fraises, cynorhodons et baies de sorbier. Les légumes sous forme de carotte, poivron,
salade, concombre, maïs mi-mûr, et mouron. De même des graines germées sont très appréciées.

Quelques fois par semaine vous pouvez saupoudrer les fruits avec une préparation de multi vitamines et de minéraux disponibles dans le commerce. En dehors de la saison de reproduction, donnez-leur un peu de pâtée à l'oeuf humidifiée avec des graines germées. Chaque jour leur donner de l'eau fraîche, du gravier pour l'estomac et du grit.

En saison de reproduction, il faut leur donner quotidiennement la quantité de pâtée à l'oeuf qu'ils consomment sur la journée. Des protéines sont disponibles sous la forme de quelques crevettes ou de croquettes pour chien. Vous pouvez aussi leur proposer de la panade pour lori.

 

Elevage

II y a de temps en temps des cas réussite de reproduction mais la tendance est positive car le nombre de couples reproducteurs est en augmentation ces dernières années. Le premier problème se pose au moment de la composition du couple. Il n'y a pas de dimorphisme et il arrive que deux mâles ou deux femelles se comportent comme un couple. Des détails qui sont donnés souvent pour les différencier comme la différence de grandeur et largeur de la mandibule supérieure reposent sur des coïncidences et ne donnent aucune certitude sur la nature du sexe. Si l'on veut être sûr de posséder un couple, il faut passer par un examen endoscopique. En même temps il est possible de contrôler si les oiseaux sont en bonne santé et s'ils sont à maturité sexuelle.
Actuellement il est aussi possible de faire faire un examen par ADN.

Les caïques à tête orange sont à maturité sexuelle après 5 ans, il ne faut rien attendre plus tôt.

Lorsque les oiseaux commencent à avoir des envies de nidification vers le mois
de mai, le nichoir est préparé. Nous voyons cela car les oiseaux rongent les parois intérieures. Certaines femelles, aidées par leur mâle, traînent de petites branches dans leur nichoir. Celles-ci sont décortiquées dans le nid et ensuite les bois les plus durs sont rejetés à l'extérieur. Avec le matériel ainsi obtenu un nid en forme d'écuelle est formé. Si les parois du nichoir sont trop fines, il existe le danger que les oiseaux aient démoli le nichoir avant la ponte du premier oeuf, ce qui fait que je conseille toujours de veiller à ce que les parois aient au minimum 4 cm d'épaisseur.

La ponte est constituée de 2 à 4 oeufs. Ceux-ci sont pondus tous les deux jours et en général dans les premières heures du jour. Il est fréquent q’une certaine quantité  d'œufs ne soient pas fécondés. La femelle couve à partir du premier oeuf, tâche qu'elle accomplit seule pendant environ 25 jours mais cette durée peut aussi varier en fonction de la température de la pièce. Le mâle nourrit la femelle dans le nid et lui tient compagnie la nuit. Les 9 à 10 premiers jours après la naissance, la femelle nourrit seule les poussins mais est ensuite aidée par le mâle. Quand les hampes font leur apparition, les poussins doivent être bagués avec une bague de 7 mm. Le contrôle du nichoir est possible mais soyez vigilant vis-à-vis de l'agressivité des parents pendant cette période. Les jeunes quittent le nid en général entre la 11ème et 12ème semaine. Dix jours plus tard ils mangent seuls mais sont quand même encore alimentés par les parents pendant environ 5 semaines.

 

Mutations: aucune

 

Texte: H. W. J. van der Linden