LES AGAPORNIS

 

13. L’acquisition d’agapornis

 

Il va de soi qu'avant l'acquisition des oiseaux, nous allons attendre que leur lieu de séjour soit tout à fait prêt. Si c'est la première fois que nous allons détenir des agapornis, nous avons intérêt à débuter avec des espèces bon marché et les plus robustes qui faciliteront l'élevage. Les premières à prendre en considération sont A. roseicollis et A. fischeri. Les deux espèces sont élevées en grande quantité et ne sont pas coûteuses.

Si nous désirons un peu plus de variété, nous pouvons porter notre choix sur A. personatus.

Bien qu'elles ne soient pas aussi robustes que les deux espèces précédentes, ce sont de bonnes couveuses et qui ne coûtent pas trop cher. Le problème est que le sexe n'est pas reconnaissable en ce qui concerne ces trois espèces. Lors de l'achat, convenez alors toujours d'un éventuel échange.

 

Aux éleveurs débutants qui se sentent attirés par l'élevage des oiseaux   colorés,   je conseillerais de s'en tenir au début à deux variétés  de  couleur. Commencez par exemple, d'abord avec A. roseicollis vert (vert clair) et aqua (autrefois: bleu de mer, vert céladon), éventuellement en combinaison avec des facteurs foncés et laissez de préférence aux éleveurs expérimentés  l'élevage  de combinaisons difficiles. Plus tard, lorsque vous deviendrez plus compétents en matière de transmission héréditaire des couleurs et de structure du plumage, vous pourrez expérimenter à l'aise dans ces domaines. Sans aucun doute, vous obtiendrez alors plus de succès.

 

Quand on veut obtenir un résultat dans l'élevage sportif des oiseaux, il faut choisir le meilleur matériel d'élevage possible. Cela signifie que nous devons acheter des oiseaux en parfaite santé, excellents dans la forme, la taille et la couleur. La taille de l'oiseau est particulièrement importante.

A cet effet, essayez d'acquérir des oiseaux dont la taille dépasse la moyenne sans pour autant présenter des fautes dans la forme.

Un éleveur expérimenté n'aura aucune difficulté à voir si un oiseau est en bonne santé. Le profane a intérêt à tenir compte des indications ci-après ou mieux encore, se faire accompagner par une personne compétente en la matière.

 

La première impression de santé chez un oiseau, nous la percevons déjà à une certaine distance de l'oiseau. Un oiseau en bonne santé est ferme dans ses plumes et actif. Si les premières impressions sont positives, nous l'examinons de près sur le dos dans la main, Dans cette position, l'oiseau doit paraître robuste, le sternum ne doit pas saillir. Les yeux doivent être ronds et brillants, les narines ouvertes et surtout sèches. Enfin, nous contrôlons si le plumage entourant le cloaque (anus) est sec et propre.

 

Le moment favorable pour l'achat est l'automne. La plupart des éleveurs se défont de leur population excédentaire et il y a un choix abondant. Achetez exclusivement des jeunes oiseaux. La raison en est que même en automne, on se débarrasse des oiseaux âgés qui n'ont pas donné satisfaction pendant la saison d'élevage afin de ne pas courir le risque de se retrouver en possession d'oiseaux sans valeur.

Hélas, un certain nombre d'éleveurs en ont fait l'expérience. Un bon conseil: n'achetez jamais un oiseau qui pour l'une ou l'autre raison ne plait pas.

 

Beaucoup d'oiseaux du groupe ayant un cercle oculaire blanc ne sont pas de race pure. C'est une conséquence directe de la manie d'un grand nombre d'éleveurs de transmettre des mutations survenues auprès d'une espèce d'oiseaux vers d'autres espèces via la hybridation. Chez les bâtards F1 et F2 et parfois aussi F3 de tels oiseaux, l'impureté de l'espèce est bien établie et le connaisseur le sait, mais par après, les choses deviennent plus difficiles. En cas de doute, n'achetez pas, cela vous épargnera un tas d'ennuis si plus tard il apparaissait que vos oiseaux ne sont pas de race pure.

N'achetez pas non plus d'oiseaux chez des gens qui en ce qui concerne le carnet d'élevage ne veulent ou ne peuvent pas vous donner d'informations sur la lignée des oiseaux.

Acheter des oiseaux d'élevage implique de choisir avec soin en fonction de vos souhaits et en tenant compte de la qualité. Evaluez cela de façon critique par rapport au prix. Il est compréhensible que pour de très bons oiseaux, il faille payer un peu plus cher: ceci ne signifie certainement pas que des oiseaux coûteux soient toujours de bons oiseaux. D'une façon générale, les amateurs débutants paient un prix beaucoup trop élevé, ce qui n'est vraiment pas nécessaire.

 

Lorsque nous avons un peu plus d'expérience, nous pouvons penser à détenir et élever d'autres espèces d'agapornis. Des descendants de A. nigrigenis, A. lilianae. A. canus, A. taranta obtenus par élevage sont régulièrement proposés, mais en petite quantité. Cela devient plus difficile si nous cherchons des descendants de A. pullarius “de propre élevage" car on n'en élève pratiquement pas.

 

Pour limiter dans la mesure du possible le danger de pertes d'oiseaux venant à peine d'être achetés, nous devons - j'en ai parlé plus haut - chez le vendeur, accorder beaucoup d'attention à la condition physique des oiseaux. Examinez aussi les oiseaux excédentaires que nous ne voulons pas acheter. S’il y en a dans un grand groupe qui ne soient pas en bonne condition, renoncez alors à votre achat. Le danger est grand que les oiseaux paraissant sains soient aussi contaminés.

 

N'oubliez pas de vous informer sur leur alimentation et remarquez bien comment les oiseaux sont logés et à quelle température. Dés leur arrivée à la maison, placez les oiseaux dans une vaste cage se trouvant dans un endroit calme et où règne une température assez semblable à celle qui régnait chez le vendeur. Les bouteilles et les distributeurs automatiques d'aliments sont des inconnus pour beaucoup d'oiseaux. Le danger existe qu'ils aient faim malgré  la  présence d'un distributeur automatique  rempli  de graines. Donc, fournissez l'eau et les aliments dans des récipients plats et placez les sur le sol de la cage.

 

Le changement de nourriture doit s'effectuer très progressivement. Nous devons au début être très modérés surtout dans la fourniture d'aliments verts. Observez régulièrement les oiseaux sans les déranger, mais prenez immédiatement des mesures en cas de nécessité. Ce n'est que lorsque nous sommes certains que les nouveaux arrivés sont en parfaite santé et acclimatés à leur nouvel environnement que nous pouvons les placer dans leur lieu de séjour définitif.

 

Texte: H.W.J. van der Linden