LES AGAPORNIS

 

12. Le logement

Les agapornis peuvent être logés aussi bien dans des volières que dans des cages. Le choix que l'on fait dépend surtout des projets que l'on a concernant les oiseaux, des moyens dont on dispose et de l'espace disponible.

 

Dans un grenier par exemple, on peut parfois se contenter du placement d'une tabatière supplémentaire pour recevoir plus de lumière du jour et pour partager l'espace en un certain nombre de petites volières d'intérieur. Les dimensions minimales d'une volière d'intérieur destinée à loger d'une façon permanente un couple d'agapornis doivent être de: 120 cm de longueur, 40 cm de profondeur et 50 cm de hauteur.

Pour économiser de l'espace, on peut superposer quelques petites volières. Cette façon d'économiser de l'espace est très utilisée pour loger des oiseaux et donne entière satisfaction. En plus de ces petites volières dans lesquelles les couples peuvent être logés de façon permanente, il est nécessaire, en fonction du nombre de couples à loger, de fabriquer une ou plusieurs volières plus grandes dans lesquelles on pourra placer les jeunes oiseaux. Il s'agit ici principalement de longueur et de profondeur et pas tellement de hauteur de sorte qu'elles puissent être superposées selon le désir. Un sous-sol ou une cave peut aussi être utilisé comme lieu de séjour pour les oiseaux. En cas de manque de lumière, on peut utiliser sans inconvénient de la lumière artificielle sous forme d'éclairage TL. Il existe même des tubes fluorescents (True-Lite) qui dispensent le spectre solaire complet, lumière ultraviolette comprise.

 

Il va de soi qu'un bel ensemble efficace, de volières établi dans le jardin est préférable à une petite mansarde bien que cette dernière présente certains avantages. Un emplacement à l'intérieur est généralement à l'abri du gel et peut être chauffé d'une manière simple de sorte que - si c'est nécessaire - l'élevage peut débuter en automne, en hiver ou en début de printemps. Dans un abri de jardin, cela ne peut être envisagé que d'une manière coûteuse. Bien que les agapornis complètement acclimatés soient robustes et puissent être tenus à l'extérieur toute l'année, nous devons leur garantir des nuits à l'abri de la gelée (Voir dans les fascicules précédents les indications concernant les différentes espèces à ce sujet). Dans un abri de jardin une source de chaleur est donc nécessaire sans plus.

 

Il ne me serait pas difficile de remplir des dizaines de pages avec toutes sortes de croquis et de plans de constructions mais par expérience, je sais que comme amateurs d'oiseaux, vous avez vos propres opinions et vous vous écarteriez de mes dessins. Cette liberté de procéder, je vous l'accorde bien volontiers et je m'appliquerai à vous donner un certain nombre de conseils et d'astuces dont vous pourrez tenir compte lors de la construction.

Le premier conseil est le suivant: Ne faites pas les volières trop petites même si vous n'avez l'intention de ne tenir que quelques oiseaux. Plus tard vous vous rendrez compte que ce conseil était judicieux.

 

Pour se faire une idée de la grandeur approximative du lieu de séjour des oiseaux, vous pouvez tenir compte d'une régle de base de quatre ou cinq oiseaux par mètre cube.

Pour la couvaison en colonies, je compte 1 à 1.5 mètre carré de surface au sol par couple d'élevage.

 

La figure 1 montre le plan d'un dortoir divisé en compartiments (partie soulignée en gras) et un ensemble de cinq petites volières d'extérieur. Contre le mur du fond du dortoir, se trouvent les cages d'élevage. Entre les cages d'élevage et les volières intérieures, il y a un couloir d'environ 80 cm de large.

 

 

Fig. 1

 

Avant de commencer la construction, il y a intérêt à se conformer aux prescriptions locales d'urbanisme de la commune où l'on habite. La plupart des communes exigent un permis de construire préalable. Dans les nouveaux lotissements, les autorités sont souvent peu conciliantes et rendent parfois difficile l'obtention d'une autorisation de construire une volière. Pour demander un permis de construire, il faut fournir un plan dessiné, en général en trois exemplaires avec une description des matériaux à utiliser. Si vous êtes locataires,  n'omettez pas d'examiner les dispositions figurant à ce sujet dans le contrat de location. Cela peut vous éviter beaucoup d'ennuis par la suite. Il est clair que l'on devra s'en tenir strictement au plan et aux prescriptions prévues.

En outre, un certain nombre de règles évidentes s'appliquent pour la volière de jardin. Les agapornis aiment de temps à autre se prélasser au soleil. La meilleure orientation pour une volière de jardin est donc face avant vers le sud. Lorsque ce n'est pas possible, essayez en tout cas de tenir compte le plus possible de cette localisation. Veillez surtout à ce qu'il y ait aussi de l'ombre. Donc, n'utilisez pas de plastique ondulé ni de verre filigrané sur le dortoir.

 

Une bonne volière de jardin doit reposer sur une fondation solide. Si la volière est en bois, l'assise ne doit pas être lourde et six couches d'une demi brique maçonnées peuvent suffire: trois couches dans le sol et trois couches au-dessus. Pour obtenir une meilleure surface portante, on recommande de la pierre pour la couche inférieure, sur laquelle reposent alors cinq couches d'une demi brique maçonnées. Dans les couches supérieures, nous plaçons les ancrages auxquels la construction pourra être fixée.

Il ne faut pas faire de démonstration pour insister sur le fait que l'ensemble doit être horizontal.

Les parois du dortoir doivent être doubles et bien isolées. Nous utiliserons du bois raboté pour la paroi extérieure.

Pour la boiserie intérieure, nous préférerons des panneaux plastifiés. Ce matériau est une excellente protection contre le goût de ronger des agapornis sur lequel ils n'ont pas de prises et qui en outre n'est pas cher. Entre les parois extérieures et  intérieures, nous placerons de la laine de verre ou de roche. Le toit doit être isolé de façon adéquate et bien achevé. Le sol sera en béton. Avant de couler le béton, on déroulera une feuille de plastique sur le sol. Des plaques de templex seront placées sur le plastique et alors seulement le béton sera coulé. Cette façon de procéder est nécessaire afin d'isoler de l'humidité et du froid.

 

Les dimensions des volières intérieures peuvent être grandes ou petites à votre gré. Ne tenez pas uniquement compte du nombre d'oiseaux à tenir mais tenez aussi compte du fait que nous devrons pouvoir nous mouvoir facilement lors de l'entretien des volières.

 

Pour que les couples puissent séjourner paisiblement et pour éviter des   dommages   aux doigts, nous utilisons aussi des plaques plastifiées pour les cloisons dans les volières intérieures: un double grillage avec un espace intermédiaire de 5 cm environ peut également convenir. Comme cloisons entre les volières extérieures, les plaques ne conviennent pas, aussi nous conseillons du double grillage.

 

Utilisez dans les volières extérieures  du  sable grossier de rivière comme recouvrement de sol. Ce qui est encore mieux, c'est une couche de graviers ou de décombres afin que l'eau de pluie puisse s'éliminer facilement.

 

Cela n'a pas beaucoup de sens de faire des plantations dans une volière destinée à des agapornis. Utilisez plutôt comme décoration quelques branches entrelacées. Les meilleurs perchoirs sont en bois naturel par exemple à partir de branches de saule d'un diamètre de 10 à 25 mm. Les perchoirs doivent de temps en temps être renouvelés.

 

Certains amateurs utilisent pour leur volière du treillis plastifié. Etant donné que les agapornis rongent un peu tout, cette couche protectrice ne tient pas longtemps. Le coût supplémentaire de cette sorte de treillis est donc de l'argent perdu. J'ai personnellement une bonne expérience avec du treillis galvanisé. Comme protection supplémentaire contre les intempéries, j'applique au rouleau une fine couche de goudron de marine que l'on peut obtenir dans les magasins de fournitures de marine. Si le treillis est ainsi traité tous les deux ans, il peut tenir pendant plusieurs dizaines d'années.

 

La ventilation dans le dortoir doit être optimale. Les fenêtres en façade doivent pouvoir s'ouvrir. En outre, je conseille d'installer un générateur d'ions négatifs.

Un générateur d'ions négatifs est un appareil électrique qui produit un flux constant d'ions négatifs grâce auquel est restauré l'équilibre naturel de l'atmosphère de la volière qui est souvent très poussiéreuse et étouffante. A côté des propriétés bienfaisantes d'un ioniseur d'air, grâce aux ions négatifs, les moisissures et les bactéries peuvent être détruites sans effets secondaires toxiques.

 

Pour éclairer les locaux intérieurs, il est préférable de placer des tubes fluorescents. Il est vrai qu'ils coûtent un peu plus cher mais ils sont avantageux à l'usage. Les tubes TL existent en plusieurs puissances et en plusieurs couleurs. Les tubes TL de couleur n° 33 et 84 sont recommandés pour l'espace d'élevage intérieur. Les deux produisent une lumière neutre blanche et abondante.

En regard de la puissance en Watts, j'ai chaque fois indiqué l'intensité lumineuse exprimée en lumens. Ces valeurs sont nécessaires pour nous permettre de calculer la juste intensité lumineuse dans nos locaux, Ce qui est déterminant pour l'éclairage du local n'est pas tellement la puissance de la source lumineuse, mais plutôt l'éclairement par unité de surface. Ce dernier porte le nom d'intensité lumineuse et s'exprime en lux.

1 lux est l'éclairement d'une surface sur laquelle tombe un flux lumineux de 1 lumen par mètre carré. Nous pouvons résumer cela par la formule: l lux = 1 lumen/m2. Pour le local de séjour des oiseaux, nous compterons au minimum  500 lumens par m2 ou bien 500 lux. Dans un local de 10 m2, nous aurons donc besoin de sources lumineuses d'une puissance globale de 10 x 500 = 5000 lumens.

A l'aide du tableau ci-dessus, nous pouvons déterminer la puissance lumineuse exacte.

 

   Aperçu des tubes TL de couleur

                  33 et 84

Couleur

    Watt

    Lumen

     33

 

       8

 

       410

 

     33

 

     15

 

       960

 

     33

 

     18

 

     1150

 

     33

 

     30

 

     2300

 

     33

 

     36

 

     3000

 

     33

 

     58

 

     4800

 

     84

 

       8

 

       450

 

     84

 

     15

 

     1000

 

     84

 

     18

 

     1450

 

     84

 

     30

 

     2400

 

     84

 

     36

 

     3450

 

     84

 

     58

 

     5400

 

 

 

Pour l'allumage et l'extinction des lumières, nous utiliserons de préférence un interrupteur à programme.

De ma propre expérience,  je sais que l'allumage et l'extinction des lumières   effectués manuellement deviennent trop irréguliers et conduisent les oiseaux à une diminution de leur condition.

Lors du réglage de l'éclairage, nous tiendrons compte qu'a l'état naturel, les agapornis dorment de 10 à 12 heures. La lumière du jour dans notre environnement doit donc être prolongée jusqu'a une durée de 14 heures. Pendant la nuit, lorsque les tubes sont éteints, laissez briller une petite lampe. Il est très recommandé d'utiliser ici des petites veilleuses que l'on place dans les chambres d'enfants et que l'on enfiche sur une prise de courant.

 

Comme protection contre la gelée nocturne, un petit radiateur à gaz à ventouse murale est suffisant. Celui qui désire débuter l'élevage plus tôt en début d'année, doit s'équiper d'un foyer plus puissant étant donné que pour l'élevage, une température d'environ 15° Celsius est nécessaire.

 

En ce qui concerne la nourriture, nous la distribuons de préférence sur un endroit élevé. Nous pouvons par exemple fixer une planche à une des cloisons des volières intérieures sur laquelle seront posés les petits bacs contenant les graines, les fruits et le grit.

 

Les agapornis se baignent souvent. Un récipient plat contenant de l'eau sera mis à leur disposition. Etant donné que les oiseaux s'y abreuvent aussi, d'autres sources de boisson pourraient ne pas être prévues.

 

Les volières d'élevage représentent un chapitre à part. Etant donné que les oiseaux n'y séjourneront que temporairement, leurs dimensions pourront être un peu plus petites que celles de volières dont il est question au début de ce chapitre. Une bonne mesure est 80 cm de large, 40 cm de profondeur et 50 cm de hauteur. Si vous construisez la volière d'une façon conforme à ce qui est décrit ci-dessus et en suivant le plan de la figure 1, vous pouvez grouper les cages d'élevage en une forme de batterie. Avec une hauteur du plafond de 240 cm, vous pouvez fabriquer quatre rangées de cages superposées.

Dessous, on dispose alors d'un espace d'environ 40 cm pour le rangement de matériel, aliments, nichoirs, cages d'exposition, etc. Selon vos désirs, vous pouvez garnir cet espace de clapets ou de portières.

 

Fig. 2

 

 

Sur la fig. 2. vous trouvez un dessin d'une volière d'élevage mobile. Comme vous pouvez le voir, j'ai omis le tiroir à sable. Personnellement, je trouve que c'est une absurdité. Etant donné qu'il y tombe toujours des graines, elles y collent presque toujours. Avec une brosse ou l'aspirateur, vous pouvez nettoyer la volière très rapidement.

 

Comme matériau pour une volière d'élevage, le multiplex de 8 mm est très recommandé. Pour la face arrière, des plaques de plastique de 4 mm environ d'épaisseur peuvent être utilisées. Pour les perchoirs, utilisez du bois vert. Veillez à bien fixer les perchoirs et placez-les à une hauteur telle que le mâle ne soit pas gêné dans ses efforts par le plafond de la volière.

Pour  l'élevage, deux modèles de nichoirs sont utilisés: un horizontal et un vertical. Les deux modèles conviennent aussi bien l'un que l'autre. Personnellement, j'emploie des nichoirs fabriqués par moi-même en bois de sapin raboté. Le modèle horizontal a une surface intérieure de12 x 22 cm et une hauteur intérieure de 19 cm, le modèle vertical mesure à l'intérieur 17 x 17 x 25 cm. Le trou d'envol est place en haut à droite ou à gauche et a un diamètre de 5 cm (fig. 3).

 

 

 

Fig. 3

 

 

Les murs intérieurs de la volière de nuit doivent être blanchis. A cet effet, nous utilisons de la chaux à blanchir que l'on trouve dans les magasins de fournitures pour animaux. En dernier lieu, nous traitons les parois extérieures. Nous utilisons un vernis d'extérieur vert foncé ou brun foncé. Lorsque le vernis est sec, plantez de la verdure autour de la volière afin de donner à l'ensemble un aspect naturel.

 

Texte: H.W.J. van der Linden