LES AGAPORNIS

 

9. Agapornis personatus Reichenow 1887

 

Cette espèce d'agapornis, très populaire, a été découverte en 1877 par le Dr. G. A. Fischer et décrite en 1887 par Reichenow. En 1925, les premiers exemplaires partaient vers les USA. Deux ans plus tard, ils étaient importés en Europe pour la première fois. Le premier élevage connu dans le monde date de 1926 et porte le nom de K. V. Painter, Cleveland, USA. En 1928, Rambausek en Allemagne, remportait un succès suivi de Stäger en Suisse. Au cours de cette même année, des résultats d'élevage étaient signalés en Angleterre et en Australie.

Il n'y a pas de sous-espèces.

 

Habitat

Le nord de la Tanzanie, du lac Manyara en direction du sud jusqu'a la région montagneuse d'Iringa. Dispersées par l'homme autour de Dar es Salam et Tanga, Nairobi et Mombasa et selon des informations de Fry, Keith et Urban (1988), des formes bâtardes de l'agapornis fischeri ont été aperçues dans ces régions.

 

Description de l'espèce Agapornis personatus

Format 14,5 cm.

Mâle et femelle: La tête, les joues et le menton sont noir profond sur l'arrière de la tête se transformant en brun olive terne. Tout autour du cou, de l'avant jusqu'en haut de la poitrine, court un col jaune profond. Chez de nombreux oiseaux, nous voyons souvent à l'intersection des couleurs de l'arrière de la tête - cou et bavette - poitrine, une zone étroite de transition. (Dans le standard des couleurs des agapornis de différentes associations ornithologiques, cette zone de transition orange n'est pas autorisée).

La couleur générale du corps est verte; la couverture et le manteau sont vert gazon foncé. Le plumage de la couverture donne l'impression d'être martelé. Dans la courbe de l'aile se trouve une fine rangée de plumes jaunes. La partie inférieure de la poitrine, le ventre, les flancs et la région anale sont vert jaunâtre. Les grandes rémiges sont gris foncé, teintées à l’extérieur; sous l'aile, les plumes de couverture sont bleu grisâtre et vertes.

Le croupion montre du mauve sur un fond de couleur verte. Les plumes supérieures de couverture de la queue sont mauves sur fond vert; les caudales inférieures sont vert jaunâtre. Les rectrices presque totalement recouvertes par les sus et sous caudales sont vertes; sur les rectrices secondaires se trouve à partir de la base un dessin transversal orange jaune – noir; les pointes de la queue sont vert pâle. Le bec est rouge avec à sa base une petite bande  blanche. Les yeux sont brun foncé, entourés d'un cercle blanc de peau. Les pattes sont grises; les ongles gris foncés.

 

Biotope

L'Agapornis personatus est un habitant d'herbages où poussent parcimonieusement des acacias, des baobabs et des fourrés. La nourriture consiste surtout en graines d'herbes et baies de sorte qu'ils passent une grande partie de la journée sur le sol. Leur habitat présente beaucoup de ressemblance avec celui de l'Agapornis fischeri. L'époque de la couvaison tombe entre mars et août. Ils couvent généralement dans des cavités de baobabs. On trouve également des couvées dans des vieux nids d'hirondelles et dans les endroits défrichés, dans des cavités de constructions. La construction du nid est tout à fait analogue à celle du fischeri.

Importance du nid: 4 - 6 oeufs.

Après la couvaison, les personata forment de grands groupes qui tourbillonnent ensemble.

 

Logement et soins

Bien  que dans certains domaines, les personata soient un peu moins robustes que les fischeri, à condition qu'ils puissent disposer d'un abri de nuit à l'abri du gel, ils peuvent passer toute l'année à l'extérieur. Heureusement, nous pouvons disposer d'oiseaux élevés en captivité, supportant notre climat. Les importations du milieu sauvage ne sont d'ailleurs plus   autorisées depuis le 15 décembre 1997.

L'infériorité de cette espèce par rapport au fischeri existe surtout sur le plan psychique. Les personata et en particulier les formes issues de mutations sont surtout sensibles au stress. Des tensions provoquées par une manipulation maladroite ont provoqué la mort de plus d'un personatus. Si nous devons attraper ces oiseaux, nous devons éviter de les poursuivre inutilement. En outre, nous devons éviter de les tenir en main plus que le temps strictement nécessaire. Une propriété favorable du personatus est qu'il est généralement remarquablement moins agressif que le fischeri.

Bien qu'il faille toujours héberger les agapornis par couples, on peut garder ensemble plusieurs couples de personata dans une volière spacieuse à condition que l'on mette à leur disposition suffisamment de nichoirs au moins deux par couple d'élevage. Il est préférable de détenir les couples de personata dans des cages d’élevage ou dans des petites volières. En ce qui concerne l'alimentation, je renvoie au chapitre consacré à ce sujet.

 

Élevage

Comme matériau de construction du nid, les personata donnent la préférence à l'écorce de branches de saule, mais les fins rameaux eux-mêmes ainsi que les feuilles sont également utilisés pour le nid. Le matériau de construction du nid est apporté avec le bec par la femelle. La construction du nid commence par la construction du fond. Ensuite le devant est construit, puis le plafond et la partie arrière. Enfin, le creux du nid est garni de petits fragments d'écorces déchiquetées. Nous remarquons ce comportement chez tous les agapornis du groupe à "cercle oculaire blanc".

Les oeufs sont pondus tous les deux jours; de 3 à 6 oeufs, habituellement 5 à 6. Généralement, la couvaison débute après la ponte du deuxième oeuf. La femelle est seule à couver et ne quitte le nid que sporadiquement; durée de couvaison: 22 jours. Le mâle nourrit la femelle au nid. La nuit le mâle tient compagnie à la femelle au nid, en journée rarement.

Lorsque les jeunes éclosent, ils sont recouverts d'un duvet rouge orange qui devient gris foncé au fur et à mesure de leur croissance. A l'âge de 9 jours environ, les jeunes peuvent être bagués; mesure de la bague 4.5 mm. Le dixième jour, les jeunes ouvrent les yeux. Quelques jours plus tard, le premier duvet est aussi devenu gris foncé. Environ un mois après l'éclosion, les jeunes ont toutes leurs plumes. Après l'envol - en moyenne après 40 jours - les jeunes reçoivent encore leur nourriture pendant 14 jours. Dés qu'ils sont devenus indépendants, nous devons les séparer des parents. Les adultes peuvent ainsi commencer une nouvelle ponte en toute tranquillité. Les jeunes personata ressemblent à leurs parents mais sont de couleur plus terne. La couleur de la tête est noir bunâtre. Sur la partie supérieure du bec, on aperçoit une tache noire.

La mue des jeunes débute à un âge d'environ 3 mois et peut être observée  durant un à quatre mois. Pendant cette période, les oiseaux sont plus sensibles à toutes sortes d'affections. Le mieux est d'héberger les jeunes oiseaux durant cette période dans une volière intérieure.

 

Mutations

La plus connue des formes de mutations de cette espèce d'agapornis est indubitablement la forme bleue (bleu ciel). Cette forme qui date déjà de 1927 a été produite en pleine nature el s'est installée en Angleterre. Ce personata bleu fut accouplé à une forme sauvage verte. De ce couple, on obtint jusqu'en 1929, dix descendants de couleur naturelle qui furent croisés pour le bleu. En 1930, les premiers oiseaux bleus étaient obtenus en captivité à partir des oiseaux croisés. En 1935, M. Morin (France) produisit également différents personata bleus à partir de porteur bleu x porteur bleu. Peu de temps après, les premiers personata porteur bleu allèrent aux USA, plus tard aussi au Japon. Après la seconde guerre mondiale, les personata bleus furent élevés sur une grande échelle, surtout au Japon.

La mutation bleue se transmet de façon autosomique et est récessive par rapport à la couleur naturelle. Le facteur héréditaire de cette mutation est indiqué par le symbole bl. Le symbole pour la couleur sauvage originale est bl+.

 

Description du bleu (autrefois: bleu ciel)

La tête, les joues et le menton sont noir terne. Le col qui s'étend jusque sur la partie supérieure de la poitrine est blanc. Le manteau et la couverture sont bleu ciel foncé. Le dessous de la poitrine, le ventre, les flancs et la région anale sont bleu ciel. Dans la courbe de l'aile, se trouve une étroite bande blanche. Les rémiges sont gris foncé, teintées de bleu à l’extérieur.

Le croupion est violet. Les caudales supérieures sont violet se transformant en bleu ciel foncé; les caudales inférieures sont bleu ciel. Les grandes rémiges sont bleues. Les rémiges secondaires montrent, à partir de la base un dessin transversal  blanc – noir, les pointes  de la queue sont bleu ciel foncé. Le bec est de couleur corne. L'ensemble ressemble à la forme sauvage.

 

Pastel

Dans la forme pastel, il est question d'une réduction de la mélanine dans le plumage d'environ 50%. La forme pastel se transmet de façon autosomique et est récessive vis-à-vis de la couleur sauvage. Le facteur héréditaire qui est responsable de cette mutation est indiqué par le symbole apa (allèle multiple de a).  Le symbole pour la couleur sauvage originale (lisez : non muté) est a+.

 

Description du pastel vert (vert clair)

Le front et la bavette sont rouge orange; l'arrière de la tête et les joues sont orange jaune avec une légère teinte olive brunâtre qui se transforme progressivement en jaune au niveau du cou. Le manteau et la couverture sont vert clair olivâtre. Le dessous de la poitrine, le ventre, les flancs et la région anale sont jaune vert. Les grandes rémiges sont grises avec des extrémités jaunes ternes. Le croupion est jaune olive avec un voile quelque peu bleuâtre. La couleur des caudales supérieures de même que celle du croupion se transforme en vert clair olive ; les caudales inférieures sont jaune vert. Les rectrices sont vert clair olivâtre, les rectrices secondaires montrent, à partir de la base,  un dessin transversal orange jaune – gris et des extrémités jaune vert. Les pattes varient du gris clair à la couleur chair; les ongles varient du gris clair à la couleur corne. L'ensemble ressemble à la forme sauvage.

 

Dilué (autrefois: suffusion)

La forme de mutation diluée est aussi bien connue.

Chez le « dilué » (dilute), la réduction de la mélanine est d'environ 90%.

La mutation « dilué »  est génétiquement autosomique et récessive vis-à-vis de la couleur sauvage. Le facteur héréditaire qui est responsable de cette réduction de melanine est indiqué par le symbole dil. Le symbole pour la couleur sauvage originale (lisez : non muté) est dil+.

 

Description du dilué vert (suffusion vert clair)

Le front et la bavette sont orange rouge; l'arrière de la tête et les joues sont orange jaune passant progressivement à la couleur jaune du col. Le manteau et la couverture sont jaune olive clair; le dessous de la poitrine, le ventre, les flancs et la région anale sont jaunes couverts d’un voile vert. Les grandes rémiges sont blanc gris avec des extrémités jaunes ternes. Le croupion et la couverture supérieure de la queue sont olive jaune clair; les caudales inférieures sont jaunes couvertes d’un voile vert. Les rectrices sont jaune vert clair, les rectrices secondaires présentent, à partir de la base, un dessin transversal orange jaune – gris pale et des extrémités jaune vert pale. Les pattes sont couleur chair, les ongles, couleur corne. L'ensemble ressemble à la forme sauvage.

 

Les facteurs foncés

Tout comme chez l'Agapornis roseicollis, nous connaissons diverses nuances foncées des couleurs chez l'Agapornis personatus. A l'exception de la forme sauvage verte, ce sont les couleurs SFF-vert (vert foncé; international: D-vert) et DFF-vert (olive: international DD-vert). Ces nuances de couleur sont causées par la structure en barbe du plumage résultant d'un facteur héréditaire connu sous le nom de facteur foncé. Le facteur foncé se transmet de façon autosomique et est dominant par rapport à la forme sauvage. Autrement dit, le facteur foncé est dominant par rapport à son absence.

Un vert clair ne peut par conséquent jamais être porteur pour vert foncé ou vert olive. Le facteur foncé est donc soit visible soit absent.

La forme sauvage du personatus ne possède pas de facteur foncé, d'où la dénomination de couleur vert (vert clair). Le personatus SFF-vert (vert foncé ou D-vert) possède un seul facteur foncé, le DFF-vert (vert olive ou DD-vert) en possède deux.

Grâce au croisement du facteur foncé, nous connaissons maintenant dans la série bleue en plus du bleu (bleu ciel), également les teintes SFF-bleu (bleu cobalt ou D-bleu), donc avec 1 facteur foncé et DFF bleu (mauve ou DD-bleu), donc avec 2 facteurs foncés.

Dans la série pastel: pastel vert (pastel vert clair), pastel SFF-vert (pastel vert foncé ou pastel Dark green) et pastel DFF-vert (pastel olive ou pastel Double Dark green), ainsi que pastel bleu (pastel bleu ciel), pastel SFF-bleu (pastel cobalt ou pastel Dark blue) et pastel DFF-bleu (pastel mauve ou pastel Double Dark blue). Ainsi que : dilué vert (dilué vert clair), dilué SFF-vert (dilué vert foncé ou dilute Dark green), dilué DFF-vert (dilué vert olive ou dilute Double Dark green) et dilué bleu (dilué bleu ciel, dilué SFF-bleu (dilué cobalt ou dilute Dark blue), dilué DFF bleu (dilué mauve ou dilute Double Dark blue).

Le simple facteur foncé en combinaison avec les facteurs bleus et le facteur violet (voir ci-après) donne comme résultat le violet visible.

 

Le violet

Cette mutation se transmet de façon autosomique et est récessive par rapport à la forme sauvage. Le facteur héréditaire de cette mutation est indiqué par le symbole V. Le symbole pour la couleur sauvage (lisez : non muté) est V+.

Le facteur violet cause un changement dans la structure des barbes du plumage grâce auquel il apporte à la couleur générale du corps, en association avec le facteur bleu et un simple facteur foncé, une couleur violet profond.

La couleur violette est causée chez le personata par une combinaison de trois facteurs héréditaires.

1. Les facteurs bleus qui empêchent la formation de la psittacine.

2. Un simple  facteur foncé qui est responsable de l'exacte profondeur de la zone spongieuse des plumes.

3. Le facteur violet qui provoque une agglomération modifiée de mélanine et en même temps une structure modifiée de la zone

    spongieuse.

 

Le facteur violet a la plus forte action (effet le plus visible) lorsqu’il est doublement présent.

 

Le personata bleu (bleu ciel avec le facteur violet ajouté et le personata SFF-bleu (mauve) avec le facteur violet ajouté ne sont pas à vrai dire à appeler violets en ce qui concerne la couleur, mais bien à reconnaître comme tels pour un oeil exercé.

 

Le bleu à bec rouge

Une toute nouvelle forme de mutation est celle qui est appelée « bleu à bec rouge ». Par cette mutation, tout comme chez le personata bleu, le plumage du corps de couleur verte devient bleu et le plumage jaune devient blanc tandis que la couleur rouge du bec reste inchangée.

Cette mutation se transmet de façon autosomique et est récessive vis-à-vis de la couleur sauvage. Le facteur héréditaire du « bleu à bec rouge » est indiqué par le symbole rbb (rbb = red bill blue). Le symbole pour la couleur sauvage (lisez : non muté) est rbb+.

 

Le fallow

Par ailleurs nous connaissons également chez le personata la mutation appelée « fallow ». Cette mutation est apparue aux USA. Le fallow n'est - pour autant que je sache - pas encore disponible en Europe.

Sur une photo que j'ai eu l'occasion de voir, la tête et le masque paraissent brun; la couleur générale du corps peut être décrite comme olive jaune. Les rémiges, de teinte jaune brunâtre. La couleur de l'oeil est rouge.

Le fallow se transmet de façon autosomique et est récessif vis-à-vis de la couleur sauvage. Le facteur héréditaire du « fallow » est indiqué par le symbole pf. Le symbole pour la couleur sauvage (lisez : non muté) est pf+.

 

Autres couleurs

Ces dernières années, on parle de personata lutino et albino.

En ce concerne l'apparence, ceci est tout à fait correct, cependant ce ne sont pas des formes de mutations de personata mais d'Agapornis lilianae.

Par l'effet de l'hybridation, on a transposé la mutation « ino » du lilianae vers le personata. Dans le chapitre "Hybrides" je reviendrai sur ce sujet.

 

Texte: H.W.J. van der Linden